• ELEMENTS - CRITIQUE

    Par Amélie Chiffelle, aurelie dupuis, Claire Montégudet, Harijith Ajithkumar, Hibiki Masaki, Julien Pignat, Lara Bertholet, Luca Hoser, Manon Amsler, Raoul Cordoba, Sarah Von Steiger, Timon Voide, Tina Regelin, Vlora Seljmani, 17/11/17

    MALLEY, 0845, 13 OCTOBRE 2017

                                                                                      STUDIOS CHIAVI, MARECHAL, DUPUIS

    ELEMENTS_AD_studiodupuis_01 ELEMENTS_AD_studiodupuis_02ELEMENTS_AD_studiodupuis_03 ELEMENTS_AD_studiodupuis_04ELEMENTS_AD_studiodupuis_05 ELEMENTS_AD_studiodupuis_06ELEMENTS_AD_studiodupuis_07

    Creating a "hybrid" between the vertical and the horizontal, are achieved by selecting objects between a table, a bed, a door or a window.

    Through this process, we sought not only to create a structure that incorporates these fundamental fonctions, but also to use this hybrid combination to bring life to a mind-opening sensation, at both the humain-scale and the city-scale.

    We have then looked closely at what characterizes our surrounding ecosystem, then used these hints to completely embed our hybrid element into its environment

    As the dictionary Merriam Webster defines the word element: "the state or sphere, natural or suited to a person, place or thing", our structures try to become more like a natural extension of its surrounding reality

    We are proud to say that each and every one of our constructions are elegantly integrated into the city of Malley, revealing a profound and meaningful connection with the cityscape. 

  • ELEMENT - Symbiose

    Par Amélie Chiffelle, aurelie dupuis, Claire Montégudet, Harijith Ajithkumar, Hibiki Masaki, Julien Pignat, Lara Bertholet, Luca Hoser, Manon Amsler, Raoul Cordoba, Sarah Von Steiger, Timon Voide, Tina Regelin, Vlora Seljmani, 17/11/17


                    du bois,

                          des outils,

                               une consigne.

    Pénétrer un site, se l'approprier, l'utiliser, l'étendre jusqu'à s'y confondre.


    Quatre éléments, quatre sensibilités, quatre recherches acharnées de quelques lignes pour proposer une vision d'un espace, un instant d'intimité. 



     Image Fri Nov 17 2017 17:12:04 GMT+0100 (CET)

    ____________

     Timon Voide, Lara Bertholet, Manon Amsler

    Jeu des échelles. L'élément disparaît dans le bâti, il se confond pour le moins attentif, puis se révèle. Il étend, questionne les limites pour s'ancrer dans le passé qui le supporte. Au loin, il suspend le regard du passant; dans son intimité, il invite à une nouvelle expérience. 


    Image Fri Nov 17 2017 17:12:04 GMT+0100 (CET)____________ 

    Julien Pignat, Claire Montegudet, Harijith Ajithkumar

    Une partie au site. Analyser, enrichir, construire une réalité différente. 


    Image Fri Nov 17 2017 17:12:04 GMT+0100 (CET)____________

    Sarah Von Steiger, Raoul Cordoba, Vlora Seljmani

    Partir d'un élément existant, étendre la matière qui se camoufle dans son environnement tout en créant une intimité.


    Image Fri Nov 17 2017 17:12:04 GMT+0100 (CET)

    ____________

    Amélie Chiffelle, Tina Regelin, Hibiki Masaki, Luca Hoser

    Un fragment ancré qui révèle une perception d'horizon naissant. 

  • Revelation : Now I 'Scie'

    Par Hibiki Masaki, Amélie Chiffelle, Luca Hoser, Tina Regelin, 14/11/17


    A Post-Critique Revelation 


    An architect's most useful tools are an eraser on the drafting board and a wrecking bar at the site.

    - Frank Lloyd Wright


    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_42


        Les points d'appuis de la structure, après réflexion, se trouvaient principalement sur le mur et sur les barrières: les poteaux qui se reposaient sur l'avant-toit ne contribuaient peu structurellement. 

        Nous avons donc scié, pour finir la critique, la partie de la table qui se reposait sur l'avant-toit. On obtient ainsi une forme plus légère, en affinant plus en plus notre élément jusqu'à l'essentiel. 


    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_43


  • Now I See

    Par Hibiki Masaki, Amélie Chiffelle, Luca Hoser, Tina Regelin, 13/11/17

    Now I See


    In this world I am merely a passerby.
    Finding no home to call my own.

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_30


    I walk the hostile streets,
    Trapped in a complexe maze of concrete 

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_31


    Why then should it be this way?
    Is this the modern way of life?

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_32


    We search for a place we can rest,
    Together, we'll open the windows and take a breath. 

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_33


    Slow down the hectic life, take a seat and you will find,
    A new horizon, and a peace of mind.

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_34



    Drawings

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_37

    Axonometric projection of Entire Structure 1:10


    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_35 ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_36

                             Monge 1:20                                                                    Axonometric projection of details 1:10



    Photographique Interpretations

    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_38ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_39 ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_40ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_41

  • Reimagining_a_Horizon

    Par Hibiki Masaki, Amélie Chiffelle, Luca Hoser, Tina Regelin, 05/11/17

        horizon (n) : 

            1.  Partie de la surface terrestre où se termine notre vue

            2.  Limite subjective (spatiale, temporelle ou morale), depuis un point de vue particulier

          Etymologie:  Du grec ancien horízôn. Dérivé du verbe horízô : « limiter », « borner »


    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_26ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_27


     « L’architecture est la projection de mon corps »

    - Paul Valérie 


    La fin du XXième siècle et début du XXIième sont marqués par un accroissement massif des mobilités à l’échelle de la ville.

    Se pose donc la question du rapport entre l’échelle humaine et l’échelle du bâtiment qui s’exprime à la fois en termes d’accessibilité et d’hospitalité.

    L’échelle humaine peut être considérée comme une fonction confortable d’un corps dans un espace, qui ne subit aucune rupture et discontinuité de perception, pouvant donc créer un sentiment d’oppression, de malaise, ou encore de déroute.

    La fluidité de perception et donc l'essentielle pour créer un espace agréable adapté à l'humain.

    Nous essayons donc de : s'adapter au site, surélever le point de vue, repenser l’horizon, capter l’énergie du flux continu et le rediriger, attraper l’instant et créer une pause dans le mouvement. 

    La question de l’échelle humaine ouvre une nouvelle perspective et un nouvel espace à construire, de nouveaux lieux à raconter...



    ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_28ELEMENTS_AD_hoserluca-masakihibiki-regelintina-chiffelleamélie_29