• ELEMENTS_W04

    Par Bauer Mélanie, Gobet Elliot, Pezzetta Chiara, 19/11/17

    Synthèse de la phase ELEMENTS


    Choix du lieu


    Nous avons avant tout observé le grand nombre de cyclistes passant par le quartier de Malley. À partir de cette observation, nous avons fait une étude du traffic des vélos dans Malley afin de pouvoir trouver le lieu qui puisse être le plus utile pour un parc à vélos. 


    Forme de l'élément 


    Nous avons décidé d'intégrer au maximum ce lieu pour pouvoir l'utiliser pleinement et ne faire qu'un avec lui. Nous avons alors mesuré l'angle d'inclinaison du talus présent sur ce lieu. Avec cette valeur, nous avons voulu créer le dossier de telle sorte à ce qu'il suive cette pente dejà existante. Nous avons également travaillé sur un angle qui pourrait bloquer les roues de la majeure partie des vélos (de course, VTT, etc.) et qui pourrait être confortable en tant que repose-tête.


    Rapport au corps


    Nous avons étudié les mouvements du corps lors d'un parcage de vélo. Pour cela, nous avons testé toutes sortes de parcs à vélos différents, c'est-à-dire verticaux, horizontaux, en hauteur, sur le sol, etc. Nous avons défini quel serait le parc à vélo le plus agréable à utiliser, c'est-à-dire seulement le pousser et ne pas devoir trop se baisser pour le cadenasser. Nous avons aussi pris soin de regarder que ces contraintes soient en accord avec la seconde fonction de notre élément, qui est de pouvoir confortablement se coucher dessus.


    Un nouvel espace 


    Le nombre d'éléments construits au jour de la critique était de trois, par manque de matériel. Ce nombre n'est qu'un aperçu de ce que pourrait être une réalisation complète avec nombre d'éléments en plus, qui créée un espace différent à chaque configuration. Ensuite, l'espace change varie en fonction du nombre de vélos qui y sont déposés ou encore si des personnes y sont assises. On peut aussi plus, ou moins les espacer.




  • ELEMENTS_W04

    Par Bovier Julie, Dragusha Kastriot, Ferrara Alvina, Özcan Timur, 17/11/17

    Choix du site :

    Nous souhaitions, dès le départ, que notre élément se situe à la limite du réel et du fictif, introduit dans la première phase, MEASURES. Ensuite, après une étude de la végétation, nous avons pu déterminer sa situation exacte car la végétation était un facteur important à prendre en compte dans le site choisi.

    Forme de l’élément :

    De plus, avec le lien fait à nos topographies en plâtre, nous nous sommes basés sur une des fissures constatées entre deux de ces moules, ce qui a déterminé  la forme générale de notre élément.

    Rapport au corps :

    En travaillant sur cette fissure, nous ne souhaitions pas rester à la surface mais, au contraire,  rentrer à l’intérieur et d’analyser son rapport au corps.  Ainsi, nous sommes arrivés à une forme exigüe, difficile d’accès. Pour l’accentuer d’autant plus, nous nous somme basés sur les portes de Fushimi Inari pour créer une illusion de resserrement et d’ouverture.  Cela,  associé à la végétation, a  amené un jeu de lumière intéressant à notre structure.Image Fri Nov 17 2017 17:34:53 GMT+0100

    Création d’un nouvel espace :

    Ce passage met en exergue un nouvel espace. Nous l’avons exploité en construisant un escalier amenant au sommet de notre élément, créant une zone de rencontre, où l’on s’arrête et non plus simplement un passage qui ne se veut être qu’une zone de transit. Ce dernier reprend les différences de hauteurs  de nos moules. Il nous a permis de rigidifier notre structure, tout en gardant le plus de verticalité possible. Le choix de pièces horizontales amovibles ont donné deux facettes à notre élément : avec ou sans la présence de l’homme, une zone de rencontre ou un passage à l’aspect organique.

    Image Sun Nov 19 2017 09:30:20 GMT+0100 (CET)Synthèse de la critique :

    Le choix du site était bon mais nous aurions du oser pousser notre structure plus loin dans la végétation pour que l’unique passage soit à l’intérieur de notre structure et s’emparer ainsi de la végétation.


    Image Sun Nov 19 2017 09:30:20 GMT+0100 (CET)    Image Sun Nov 19 2017 09:30:20 GMT+0100 (CET)




  • ELEMENTS_W01-02

    Par Dekoninck Laure, Theytaz Julie , 02/11/17


    - filtre -


    " Dispositif destiné à favoriser ou à entraver le passage de certaines composantes de fréquence d'un signal électrique acoustique, lumineux […] destiné […] à séparer des zones de nature différente "

    larousse



    - s'isoler -


    " Être séparé, perdre ses connexions. Rendre comme une île, séparer de tous les côtés. Ôter à quelqu'un ses relations." 

    littré



    Arriver sur un terrain.

    L'appréhender.

    Construire autour, avec ce qui existe et ce qui nous est donné.

    Inventer un espace isolé autour d'une boîte à livres, entre la végétation, qui crée un filtre envers l'agitation de la route et du reste de la ville. Le cheminement et le passage de la foule déterminent le positionnement de l'élément, s'incluant parfaitement dans le terrain, n'ayant aucun sens nulle part d'autre; il prend la forme du sol, s'y adapte. Un espace de transition se crée, forme une limite atténuée entre la verdure et le sol goudronné, de part ses lattes verticales, s'inspirant de la végétation, tel les joncs ou encore des graminées.Sa réalisation dépend alors du corps humain et de son comportement gestuel.

    L'analyse de ses mouvements nous permet de le comprendre complètement. La boîte rouge est le centre du projet; tout en restant dans l'axe et le plan horizontal, elle stabilise le tout. La continuité se crée avec une table flottante, amenant à s'y attarder, à entrer et y passer un instant.

    L'inspiration de la TREEHOUSE de Lacaton Vassal importe dans cette construction, du fait de la création de son espace entre et autour la végétation existante, l'incluant à l'intérieur. le principe de cabane fait le lien avec la séparation au reste du monde.
                     

                                              Image Tue Nov 14 2017 12:40:13 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Un élément est une partie d'un tout, et cet élément est compris dans son environnement. On ne le distingue pas depuis certains points de vue opposés, tout comme on ne distingue pas la personne se cachant dedans... 


  • ELEMENTS_W01

    Par Bovier Julie, Dragusha Kastriot, Ferrara Alvina, Özcan Timur, 02/11/17

    Notre élément est un passage entre  l’extérieur, qui se veut être dans notre cas le monde « réel » et  l’intérieur, notre topographie « fictive ». Cette transition de lieu nous permet de franchir la limite à travers une fissure constatée entre nos moules. (cf : MEASURES)


    Transition :

    « Transformation lente et progressive » Reverso

    « Lliaison, raccordement, continuité, passage, aboutement, suture, jonction, soudure. » Reverso

    « Transition is the process in which something changes from one state to another.» Reverso


    Limite :

    « Ligne qui circonscrit un espace, marque le début et/ou la fin d'une étendue. » Larousse

    « Frontière entre deux territoires contigus. » L’internaute

    « The limit of an area is its boundary or edge. » Reverso


    Ouverture :

    « Espace vide qui permet l'entrée quelque part, la communication entre l'extérieur et l'intérieur ; issue, accès. » Larousse

    « An aperture is a narrow hole or gap.» Reverso



    « Porte, lieu, seuil - pour aller et venir, rester, passer un peu de temps - mais aussi s'attarder. Sortir signifie venir dans un autre monde, parce que l'extérieur et l'intérieur sont essentiellement les mêmes (...). Donc, la question n’est pas de voir la porte comme un mal nécessaire pour traverser un mur qui sépare une pièce d'une autre. La zone entre ici et là, entre moi et l'autre côté de la porte - est une chose plus merveilleuse. L’«entre-deux» c’est tout ce qui est essentiel.»

    Aldo van Eyck, discours à l’Académie royale des Arts à la Hague, 1961



  • ELEMENTS_W1

    Par Bauer Mélanie, Gobet Elliot, Pezzetta Chiara, 02/11/17


    JONCTION


    « Point où deux choses se joignent. »

    www.linternaute.com


    « Action de se joindre, de se réunir, en parlant de groupes en mouvement. »

    www.larousse.fr


    Le concept de « jonction » est pour nous le point central de notre élément. Premièrement, le vélo va faire office de lien entre les deux parties constituant celui-ci. Notre espace permet de se détacher de la circulation tout en y restant lié, ayant une vue directe sur le trafic cycliste le plus dense de la section qui nous a été imposée. Finalement, l'espace que nous allons créer est le théâtre de la transition entre le mouvement et le repos.