• "A ROOM FOR A GARDEN"

    Par Dafflon Samuel, Guibentif Oscar, 19/03/19

    Forêt, nm. masc. : étendue de terrain couverte d'arbres ; ensemble de ces arbres.

    Sa densité peut varier, fermant plus ou moins l'espace, créant des clairières, des ouvertures sur le paysage, comme des fermetures. Suivant cette densité, on peut se sentir libre, comme enfermé. Des rythmes se créent alors, suivant les arbres et leur densité, un enchaînement d'ouvertures et de fermetures, de plein et de vide. Dans une clairière, une protostructure s'implante, entourée par ces arbres, par ces densités.  Dans cette protostructure, notre projet prend place, et naturellement, il sera fortement lié à son environnement.


    Notre projet est basé sur cette idée de rythme d'arbres, ainsi que sur l'idée qu'un espace accueillant un jardin doit être aéré et lumineux. Ce rythme d'arbres entourant la protostructure est alors évoqué par des montants verticaux en bois, laissant des vides, permettant l'aération et l'entrée de la lumière. Ainsi, ce projet se construit en réaction au site, à l'environnement qui l'entoure, et c'est également ce pourquoi nous avons décidé de fermer la paroi ouest, qui donne sur un muret surmonté d'une haute haie. Nous avons donc cherché un revêtement pour cette façade pouvant être posé sur la structure déjà existante que nous avions déterminé précédemment. Nous avons trouvé le cuivre intéressant, car c'est un matériau qui ne va pas rester figé dans le temps mais qui va, à la manière du bois de la protostructure qui va se griser, changer de couleur en fonction des conditions climatiques. Ainsi, un espace est créé, évoqué par les montants, même s'ils ne le ferment pas totalement, ainsi qu'avec les plaques de cuivre, découpées en carrés de 3cm de côté posés sur la pointe.

    Nous avons ensuite voulu étendre notre projet sur plusieurs niveaux de la protostructure, commençant au niveau du sol (niveau 0) et s'élevant jusqu'au niveau 3, avec l'ajout d'un plancher pour créer un sol au niveau 1, et un plafond sur certaines cellules au niveau 2 pour mieux fermer l'espace. Le volume produit crée une ouverture vers le ciel avec la "tour" allant jusqu'au niveau 3, ouverture que l'on ressent de plus en plus au fur et à mesure que l'on monte les escaliers et que l'on avance dans l'espace.

    Pour finir, un point de la protostructure que nous avons produit avec trois autres groupes que l'on trouve très intéressant est que tout les projets sont en lien et possèdent des connections physiques et visuelles. C'est pour garder cette idée de cohésion entre les projets que nous avons laissé la paroi orientée sud, celle en contact avec les autre groupes, telle quelle, c'est-à-dire tel que les autres les ont faites.



    Image Wed Mar 20 2019 11:07:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    entrée                        




    Image Wed Mar 20 2019 11:07:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    avancée, début de l'ouverture vers le haut                        




    Image Wed Mar 20 2019 11:07:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    paroi ouest, cuivrée                        




    Image Wed Mar 20 2019 11:07:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    vue générale sur les différents niveaux                       




    Image Mon Mar 25 2019 13:14:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    plan          



    Image Mon Mar 25 2019 13:14:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


                     Image Mon Mar 25 2019 13:14:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    Image Mon Mar 25 2019 13:14:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Mar 25 2019 13:14:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    élévations          




    Image Mon Mar 25 2019 17:35:29 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    axonométrie          



  • ROOMS - Grange au Lac

    Par Dafflon Samuel, Eglin Alix, Fabbro Dorian, Grossenbacher Lena, Guibentif Oscar, Jacoby Laurent, Srivastava Alexandre, Zuber Clara, 18/03/19



    Les Rooms réalisées par le groupe de La Grange au Lac



    Image Mon Mar 18 2019 20:53:01 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Mar 18 2019 20:53:01 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Mar 18 2019 20:53:01 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Mar 18 2019 20:53:01 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Mar 18 2019 22:00:33 GMT+0100 (CET)




    Image Mon Mar 18 2019 20:53:01 GMT+0100 (CET)




    Image Fri Mar 22 2019 17:36:25 GMT+0100 (CET)













  • GARDEN

    Par Guibentif Oscar, 14/12/18

    "TRACES"

    Evian et le Laviau sont deux lieux se faisant face, disposés de part et d'autre du lac, à la fois trop éloignés pour qu'on puisse imaginer passer de l'un à l'autre facilement, et à la fois assez proche pour être visibles depuis l'autre rive. Mais alors qu'est-ce qui lie ces deux lieux ? Nous avons alors réfléchi à des tracés pouvant structurer ce territoire formé par les deux rives et le lac, des sortes de lignes, de chemins permettant un déplacement dans le territoire. Après avoir étudié différentes possibilités, nous avons choisi de se concentrer sur les vents et les courants, les vents étant présents sur terre et au dessus du lac, et les courants prenant le dessus lorsque l'on entre dans l'eau. A l'aide de cartes des courants du lac, nous avons pu établir une simplification de ceux-ci par des "chemins" que suivrait un objet lâché dans le lac. Pour ce qui est des vents, nous avons choisi d'utiliser les directions du Vent Blanc, du Bornan, et du Morget. Deux de ces vents étaient déjà présents sur la protofigure que nous avions pour PLANES et GARDENS, et nous avons ajouté à ceux-ci le Morget, qui fait face au Bornan, créant une confrontation entre les deux rives. A l'aide de ces vents, nous avons pu établir un quadrillage, que nous pourrions par la suite utiliser comme rythme pour une protostructure. De plus, les lignes de courant dans le lac recoupent ce quadrillage, créant de nouvelles positions pour la protostructure dans le lac, menées à la fois par les vents et les courants.

    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Etude des courants sur le lac Léman



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Vents présents autour du lac


    "INTERVENTION 1"

    Nous avons aussi défini un tracé qui ne soit plus en plan, mais en élévation, avec des horizons, infinis, et qui mettent donc en lien les deux sites. C'est sur ce tracé que s'est basée notre première intervention. En effet, nous avons reporté un horizon ayant un rôle central dans nos projets à Evian, l'horizon du sol de la Buvette, au Laviau. Pour cela, nous avons placé des marqueurs blancs dans les arbres au bord de la plage, à 10 mètres de haut, correspondant à l'altitude du sol du pavillon.


    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    INTERVENTION 1, LAVIAU


    "INTERVENTION 2"

    Pour notre deuxième intervention, nous avons voulu évoquer un autre de nos tracés : celui défini à l'aide des vents. Ce tracé est représenté par un quadrillage orienté selon les vents cités ci-dessus. Donc pour évoquer ce tracé, nous avons réalisé sur la plage une grille à l'aide de tas de sable. Nous avons pensé que ce rythme et cette orientation créés pourraient servir de rythme pour une protostructure. C'est ce qui nous a en partie mené à notre troisième et dernière intervention.



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    INTERVENTION 2, LAVIAU


    "INTERVENTION 3"

    Pour cette intervention, avons voulu lier tout ce que nous avions produit jusqu'ici pour créer une nouvelle compréhension, plus intéressante et plus aboutie. Nous avons alors installé notre quadrillage de tas de sable sur la plage faisant face aux arbres que nous avions marqué. Le quadrillage de sable à été installé à l'aide d'un outil en bois que nous avons construit, permettant de placer des marques sur un quadrillage de 2x2 mètres, qui sont les dimensions d'un module de protostructure créé par un autre groupe de notre double studio. La mise en relation de ces deux interventions permet de créer quelque chose de plus spatial, avec un rythme au sol pour la protostructure, orientée selon nos tracés, et une hauteur permettant de la mettre en lien à notre deuxième site. De plus, nous avons placé des tas de sable très proches de l'eau, afin que le lac interagisse avec notre intervention, nous permettant d'étudier l'influence de notre dernier tracé, celui des courants, sur une protostructure construite sur le lac.



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    INTERVENTION 3, LAVIAU


    Image Wed Dec 19 2018 12:37:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Wed Dec 19 2018 12:37:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    GABARIT


    Image Wed Dec 19 2018 12:37:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Wed Dec 19 2018 12:37:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Image Wed Dec 19 2018 12:37:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Wed Dec 19 2018 12:37:23 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    DESSIN GARDEN















  • "FOUNDATIONS"

    Par Eglin Alix, Guibentif Oscar, 02/12/18



    Chacun de nos quatre planes possède un rapport au sol différent, avec tout de même un élément de fondation bien présent et important dans sa construction. Cette fondation peut autant se présenter sous la forme de poteaux de soutien, que d'une dalle horizontale, dépendant du projet réalisé, mais leur différence de forme ne change en rien leur importance dans l'implantation des projets dans le sol. La présence de traces de ces fondations sur notre sol crée une nouvelle base d'appui solide, permettant d'implanter de nouveaux projets. En effet, si l'on ne connaît pas les éléments ayant mené à ces fondations, beaucoup de nouvelles choses pourraient être créées à l'aide de celles-ci, ouvrant ainsi de nouvelles possibilités de construction sur le terrain même ayant été modelé par nos PLANES.Image Sun Dec 02 2018 19:10:05 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sun Dec 02 2018 19:10:05 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Sun Dec 02 2018 19:10:05 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



                     Image Sat Dec 29 2018 10:55:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)






  • "HORIZON CANOPY"

    Par Guibentif Oscar, 18/11/18

    "Horizontal like a desert, colorless, endless, with its only reference the horizon, indefinitely far away" (Dieter Dietz, POSTFACE, codex PLANES). Cette idée de plan comme horizon se retrouve sur la protofigure, définissant quatre horizons : "BOTTOM", "WATER", "NODES", et "CANOPY". Ce dernier, élevé à 20 mètres du sol, se trouve hors du champ de vision d'une personne qui regarde devant elle, il est démesurément éloigné des trois autres. Se trouvant hors de notre vue, il est rare de voir cet horizon, et son existence est si banale que peu de personnes auront le réflexe de lever les yeux vers lui. Et pourtant, pourtant il est intéressant, beau. Cet horizon est en mouvement constant. Le haut de tous ces arbres, ayant pourtant une image inspirant force et robustesse, lui, bouge au gré du vent, changeant cette idée de solidité en celle de souplesse et de fragilité au fur et à mesure que l'arbre s'élève. Des milliers de feuilles, telles un océan, créant des vagues, forment un horizon non plus fixe et lisse, mais en mouvement. Cet horizon a attiré mon attention, car il était lié au thème de travail que nous avions choisi pour MEASURES, à savoir le cycle de vie de l'arbre. Mais alors, comment orienter le regard vers celui-ci ? Qu'est-ce qui fait que nous levons les yeux ? Lorsque l'on pénètre dans une cathédrale, n'orientons-nous pas notre regard vers le haut pour en observer le plafond ? Mais alors pourquoi ne fait-on pas cela pour le plafond de notre cuisine ? Le plafond de la cuisines est bas, et se trouve dans notre angle de vue lorsque l'on regarde devant nous. Celui de la cathédrale, au contraire, est haut. Si l'on se limite à regarder face à nous, il semble pouvoir s'étendre à l'infini au dessus de nous, alors nous levons les yeux pour en voir la fin. N'est-ce pas le même phénomène qui se produit lorsque, au milieu de la ville de New-York, des gratte-ciels s'élèvent tout autour de nous, et que nous avons pour réflexe quasi-primaire de lever les yeux pour en apercevoir le bout ? Et quand, au beau milieu du désert Qatari, on se retrouve face à une immense plaque métallique, installée par Richard Serra, et s'élevant verticalement, n'avons-nous pas le réflexe de lever les yeux pour découvrir le bout de ce plan vertical semblant interminable ? La hauteur serait donc initiateur du réflexe spontané de regarder vers le haut ? En effet, cette notion de hauteur est commune à la cathédrale, des gratte-ciels, ainsi que l'oeuvre de Richard Serra. C'est cette frustration de ne pas connaître la fin de ce que l'on voit, causée par cette hauteur, qui nous pousse à lever les yeux.



    Image Mon Nov 19 2018 11:08:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Mon Nov 19 2018 11:08:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Richard Serra, “East-West/West-East”, 2014



    Image Mon Nov 19 2018 11:08:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Plafond de la cathédrale Saint-Isaac, Saint-Pétersbourg, 1818-1858


    Image Mon Nov 19 2018 11:08:50 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Vue depuis le sol de certains gratte-ciels de New-York


    "HORIZON CANOPY"

    Image Mon Nov 19 2018 12:14:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    C'est sur ce phénomène que se base le développement de mon projet pour PLANES. En effet, voulant faire lever les yeux vers l'horizon que j'ai décrit précédemment, j'ai dû créer une structure rappelant la hauteur. J'ai alors décidé d'un vecteur, liant la base du noeud qui m'avait été attribué au point le plus haut du point que j'ai dû créer, placé à la limite entre la terre et la végétation, soit le début de la forêt dense, et donc de la canopée comme horizon. C'est dans la direction de ce vecteur que je veux orienter le regard, pour révéler à un passant, un promeneur, cet horizon. C'est donc à l'aide de deux planches de bois parallèles, s'élevant à plus de 15 mètres du niveau du sol créant une fente ouverte sur la canopée, et soutenues par une dalle de fondation horizontale que j'ai pu orienter le regard comme je le voulais.



    Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Plans déterminés à l'aide de fil rouge  


    Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sun Dec 02 2018 18:47:02 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sun Dec 02 2018 18:47:02 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    PLANES construit        



    Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sun Dec 02 2018 18:47:02 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Image Mon Nov 19 2018 13:45:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Intégration du PLANES dans la protofigure          



    Image Sun Dec 02 2018 17:25:53 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Dessin PLANES 1:33          


    "GARDENS"

    Pour GARDENS, un des objectif consistait en la réalisation d'un dessin au 1:3 d'un détail de construction de notre PLANES. Celui-ci devait être dessiné tel que le projet pourrait être réalisé en réalité, c'est-à-dire que la colle ne suffit plus, des vis la remplaceront. J'ai alors dessiné le détail de l'attache de ma plaque de bois à la protofigure. 



    Image Sun Dec 09 2018 20:58:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Détail de construction 1:3