• S U S P E N S I O N

    Par Chen Bertha, Imadalou Baya, 04/03/19


    R O O M


    Le projet pour «Rooms» s'intitule Suspension, il s'étend dans la longueur de la protostructure située devant la buvette de Jean Prouvé à Evian. Il s'agit d'une pièce composée d'une graduation arrivant au niveau supérieur de la protostructure, ainsi invitant à la traversée de la buvette au lac. Cette phase consiste à traiter la relation de l'eau d'Evian et de la buvette à travers rooms.

    En premier lieu,  l'espace prend place dans la perpendicularité du pavillon afin de souligner l'horizontalité de la buvette.

    En deuxième lieu, nous avons choisi de réaliser notre projet à l'aide de deux matériaux; le tissu et le bois. Notre réflexion a ainsi porté sur l'interaction entre le tissu et l'eau de pluie. Le premier tissu utilisé est un tissu imperméable avec lequel nous avons réalisé une première maquette.




    T  E  S  T   M A Q U E T T E  I


                                                        Image Wed Mar 06 2019 22:30:07 GMT+0100 (CET)  

                                                                               Maquette de la première partie de la rooms





    Image Wed Mar 06 2019 22:30:07 GMT+0100 (CET)                                                    Détail du tissage du toit de la pièce 



    Les premiers essais consistaient à explorer les différentes méthodes de tissage. Cependant, le tissu imperméable avait l'inconvénient d'isoler l'espace et représentait un coût trop élevé pour la construction. Nous nous sommes alors intéressés au tissu d'échafaudage, accessible en grande quantité et présentant une protection contre le vent et la pluie. 




                           Image Fri Mar 22 2019 21:26:59 GMT+0100 (CET)                 Image Fri Mar 22 2019 21:26:59 GMT+0100 (CET)

                                      Tissu imperméable                                                                          Tissu d'échafaudage





    R É F É R E N C E S  


    Plusieurs interventions architecturales ont guidé notre réflexion et particulièrement celui d'une tour à eau nommée "Warka Water" réalisée par Arturo Vittori qui utilise les mailles du tissu d'échafaudage pour récolter l'eau de pluie pour arroser les terres sèches.


                                        

                                  Image Mon Mar 04 2019 08:17:35 GMT+0100 (CET)        Image Wed Mar 20 2019 14:03:14 GMT+0100 (CET)
                                  Peter Zumthor                                                                               Assemble Studios

                       "Steilneset Memorial"                                                                  "Horst Festival"               
                                  Vardø Norvège,  2011                                                                   Newcastel, 2016-2017

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

                                                            Image Thu Mar 21 2019 11:22:56 GMT+0100 (CET)

                                                            Image Thu Mar 21 2019 11:11:10 GMT+0100 (CET)

                                                            Arturo Vittori
                                                                                    "Warka Water"                                                                                             
                                                                                     Ethiopie, 2018    




    A  R O O M  W I T H  W A T E R   

       

                                                                          

    Le projet final se compose de deux parties, une première partie constituée d'une série d'escaliers prend place dans quatre cellules. A la fin des escaliers, l'observateur arrive au niveau supérieur de la protostructure composée d'un plancher. La pièce est clos grâce à une barrière invitant l'utilisateur à observer la vue. 


    La rooms utilise d'une part le tissu d'échafaudage comme toit et garde-corps et d'autre part, il participe au contreventement de la structure par la forme diagonale du tissage. Le tissu d'échafaudage permet ainsi aux gouttes de pluie de s'accrocher aux mailles et de s'écouler le long du tissage. Nous introduisons ainsi une nouvelle source d'eau dans le domaine d'Evian.

    Des éléments en bois viennent solidifier la structure et permettent de soutenir le tissu. Les escaliers ainsi que le plancher sont des éléments préfabriqués qui viennent s'insérer entre les noeuds de la protostructure, tandis que le tissage est un élément réalisé sur place.



          Image Sun Mar 24 2019 14:41:18 GMT+0100 (CET)Image Sun Mar 24 2019 14:41:18 GMT+0100 (CET)

          Plan et élévation de notre room    




    Image Fri Mar 22 2019 21:26:59 GMT+0100 (CET)                          Détail des marches et du tissage

                                                                 


    Image Fri Mar 22 2019 21:26:59 GMT+0100 (CET)                  Observatoire



    Image Fri Mar 22 2019 21:37:54 GMT+0100 (CET)

                      Protostructure composée des quatre projets







  • C O N S T E L L A T I O N S

    Par Chen Bertha, Imadalou Baya, Lienhart Virginie, Montalbetti Alissia, Ramondetto Nouria, 17/12/18




    P R O T O F I G U R E


    Cette nouvelle phase intitulée "Scaffolding" aborde le thème de la protofigure. Nous avons envisagé la protofiguration comme une structuration d’un site, la production d’une ou de plusieurs figures qui donnent alors des directions, des règles pour l’implantation d’une protostructure sur ce site.

     
    SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_301Carte du site du Laviau


                                                 SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_302Carte du site d'Evian




    C O N S T E L L A T I O N S


    Nous nous sommes concentrés sur la liaison entre les deux côtés du lac Léman pour réaliser notre intervention. Chaque site est défini par son point de repère : un phare situé de chaque côté de la rive qui marque l'analogie entre le Laviau et Evian. 



            SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_303        SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_101

                                         Phare du Laviau                                                                                                 Phare d'Evian


    La protofigure prend la forme de constellations qui correspondent chacune à un thème : les chemins pédestres, le rivage et les points d'intérêts. D'une part, les points d'intérêts du Laviau représentent l'emplacement des projets de "Measures" et "Elements". D'autre part, nous avons choisi les points d'eau ainsi que le parc de la buvette de Jean Prouvé pour le site d'Evian.


    Par ailleurs, une nouvelle constellation à l'échelle du Léman unit le site d'Evian à celui du Laviau. La relation entre les deux sites s'établit grâce aux deux phares situés de chaque côté des deux rives, auxquels les points d'intersection des constellations d'Evian et du Laviau sont reliés et définissent des axes. Nous avons donné une spatialité à ces axes sous la forme de couloirs. En fonction des milieux traversés (terre, lac, ou les deux) leur dimension et leur ancrage au sol change. La protostructure prend donc cette forme dans laquelle les projets viendront se développer.



    C A T A L O G U E


    SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_102


    SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_304



    SCAFFOLDING_LC-EC_bressanadrien-chenbertha-dareysalice-imadaloubaya-lienhartvirginie-montalbettialissia-ramondettonouria-respinguetamélie-stettlertim-zulianisandy_201

    Dessin du plan de la protofigure du Laviau à Evian






  • C O N T I N U I T E

    Par Biselx Guillaume, Imadalou Baya, 02/12/18




    G A R D E N S


    La phase "Gardens" prend place dans la continuité de "Planes" dont l'objectif est de représenter les fondations dans le sol de chaque espace réalisé. La zone qui nous a concernée est celle située entre les vecteurs V9 et V10.



    R E A L I S A T I O N


    Nous nous sommes intéressés à la façon dont chaque planes prend son encrage dont le sol afin de créer une continuité dans la superposition des différentes traces et des fondations de chaque projet qui permet alors de créer un nouvel espace d'interaction entre chaque planes.

                                               

        GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_101  GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_102


    Moule en plâtre de "Gardens"

                                                                      GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_103

       Moule en plâtre de "Gardens"



       GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_104  GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_105                                                                             Détail des fondations


        
                      GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_106           

                Moules de Gardens en commun



          GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_107    

                 Moules de Gardens en commun



                           GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_201

      Dessin du plan de "Gardens" 

            


          GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_202

             Dessin de l'élévation de "Gardens" 

                 


                                                    GARDENS_LC_EC_biselxguillaume-guyotjérémie-imadaloubaya-voruzantoine_203

                        Dessin des coupes de "Gardens" 

                   





  • T R A N S I T I O N

    Par Imadalou Baya, 16/11/18




    L I M I T E S


    Le projet pour «Planes» intitulé Transition aborde le thème des limites de la terre à l'eau étudiées dans les phases précédentes, à savoir «measures» et «Elements». Il s'agit pour cette phase de créer un espace de transition de la terre à l'eau mettant en évidence les trois limites définies, celle de la terre, celle entre la terre et l'eau et enfin la limite de l'eau.



    E S P A C E


    L'espace considéré est formé de quatre plans inclinés. Le vecteur V9 attribué sur la limite terre et eau constitue le centre de tous les plans. Le deuxième vecteur V9' choisi sur la limite de l'eau définit la diagonale sur laquelle mon espace est positionné. Par ailleurs, l'espace prend place à l'intérieur d'une protofigure dont l'observateur est positionné au-dessus des nœuds, c'est-à-dire 80 cm au-dessus de la terre.


    Tout d'abord, deux plans triangulaires dont l'un situé sur la limite terre et le second sur la limite de l'eau se rejoignent en leurs sommets au point centre placé sur la limite terre eau. Dès lors, la transition de la terre à l'eau est illustrée par la réunion de chaque plan passant par chaque limite.

                                                                    

    Ensuite, le troisième plan  définissant la limite de la terre relie les deux plans triangulaires et se situe en-dessous de l'observateur. Le quatrième plan illustrant la limite de l'eau relie les deux autres cotés des plans inclinés et se trouve au-dessus de l'observateur à une hauteur allant de 1 mètre 50 à 3 mètres.


    PLANES_LC_imadaloubaya_101 

                                                                                Les quatre plans en plâtre


    Ainsi, l'objectif de cet espace est d'évoquer les limites par le mouvement du corps de l'observateur à travers ces plans de la terre à l'eau. En effet, l'observateur commence par marcher au-dessus du plan incliné se trouvant sur terre, puis il ressent la limite entre la terre et l'eau par l'union de tous les plans aux croisements de cette limite et enfin il termine par passer en-dessous du plan incliné situé dans l'eau.


    Les photos ci-après présentent l'espace mis en place dans la protofigure ainsi que les dessins réalisés


                                               PLANES_LC_imadaloubaya_102

    Espace Transition vue de face



             PLANES_LC_imadaloubaya_103        PLANES_LC_imadaloubaya_104

    Espace Transition vue latérale et en plongée



                                                     PLANES_LC_imadaloubaya_105

    Détail des encoches d'assemblage de deux plans



                      PLANES_LC_imadaloubaya_201

                                                                                 Dessin en projection de Monge et axonométrie du "Planes"


                      PLANES_LC_imadaloubaya_202

    Dessin en perspective du Planes




    G A R D E N S


    La phase "Planes" se poursuit par la conception d'une articulation d'un détail de notre espace en parallèle de la phase "Gardens". D'une part, pour "Gardens", je me suis concentrée sur la manière de représenter les fondations des trois plans dans le sol. De ce fait, la trace de la fondation d'un plan dans le sol est illustrée par la coupe du plâtre de "Gardens" en deux parties. 


    PLANES_LC_imadaloubaya_106


    PLANES_LC_imadaloubaya_107


      PLANES_LC_imadaloubaya_108  

    Trace de la fondation dans le "Gardens"






    D'autre part, pour le détail, je me suis intéressée à la façon dont les trois triangles se rejoignent en leurs sommets car ils représentent la stabilité du système. J'ai développé un procédé qui utilise les encoches pour assembler les deux plans triangulaires principaux ainsi qu'un système d'assemblage avec des encoches et des vis pour assembler le plan qui se situe entre les deux plans triangulaires principaux.



                                   PLANES_LC_imadaloubaya_203

    Détail de l'articulation en leurs sommets des deux triangles principaux



                                   PLANES_LC_imadaloubaya_204

    Détail de l'articulation du triangle situé entre les deux triangles principaux






  • L' E A U S U R T E R R E [ S Y N T H È S E]

    Par Chen Bertha, Imadalou Baya, 21/10/18



    S Y N T H È S E


    Notre projet L'eau sur terre portant sur la relation entre la terre et l'eau vise à étudier les reliefs du milieu terrestre et celui marin.

    La première partie de ce projet figurant dans "measures" permet de comparer le relief de l'eau à celui de la terre grâce à la réalisation, d'une part, d'un moule en plâtre d'un tronc d'arbre représentant le relief de la terre et d'autre part, d'un deuxième moule de l'empreinte de l'eau sur le sable.

    La seconde partie du processus dans la phase "Elements" présente l'union des deux reliefs par la réalisation d'un élément graduel en plâtre composé de trois marches. Chaque marche définit les trois limites du territoire dans la transition de la terre à l'eau. Il s'agit de la limite de la terre, celle entre la terre et l'eau et enfin celle de l'eau. La relation de mouvement entre la terre et l'eau est mise en avant grâce à l'empreinte du sable réalisée sur la surface de chaque marche exprimant le relief de la terre. Lorsque l'eau frappe la dernière marche d'escalier placée dans l'eau, l'instant figé de l'empreinte est mis en mouvement grâce à l'eau qui pénètre dans les creux du moule et qui l'entoure. Ainsi, le relief de la terre figuré par l'empreinte du sable est uni à celui de l'eau produit par l'agitation des vagues.