• GARDEN

    Par Céline Gruffel, Robin Jouve, Romain Masoni, Vanesa Santillan Messina, 18/12/18

    "TRACES"

    Evian et le Laviau sont deux lieux se faisant face, disposés de part et d'autre du lac, à la fois trop éloignés pour qu'on puisse imaginer passer de l'un à l'autre facilement, et à la fois assez proche pour être visibles depuis l'autre rive. Mais alors qu'est-ce qui lie ces deux lieux ? Nous avons alors réfléchi à des tracés pouvant structurer ce territoire formé par les deux rives et le lac, des sortes de lignes, de chemins permettant un déplacement dans le territoire. Après avoir étudié différentes possibilités, nous avons choisi de se concentrer sur les vents et les courants, les vents étant présents sur terre et au dessus du lac, et les courants prenant le dessus lorsque l'on entre dans l'eau. A l'aide de cartes des courants du lac, nous avons pu établir une simplification de ceux-ci par des "chemins" que suivrait un objet lâché dans le lac. Pour ce qui est des vents, nous avons choisi d'utiliser les directions du Vent Blanc, du Bornan, et du Morget. Deux de ces vents étaient déjà présents sur la protofigure que nous avions pour PLANES et GARDENS, et nous avons ajouté à ceux-ci le Morget, qui fait face au Bornan, créant une confrontation entre les deux rives. A l'aide de ces vents, nous avons pu établir un quadrillage, que nous pourrions par la suite utiliser comme rythme pour une protostructure. De plus, les lignes de courant dans le lac recoupent ce quadrillage, créant de nouvelles positions pour la protostructure dans le lac, menées à la fois par les vents et les courants.


    Etude des courants sur le lac Léman



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Vents présents autour du lac


    "INTERVENTION 1"

    Nous avons aussi défini un tracé qui ne soit plus en plan, mais en élévation, avec des horizons, infinis, et qui mettent donc en lien les deux sites. C'est sur ce tracé que s'est basée notre première intervention. En effet, nous avons reporté un horizon ayant un rôle central dans nos projets à Evian, l'horizon du sol de la Buvette, au Laviau. Pour cela, nous avons placé des marqueurs blancs dans les arbres au bord de la plage, à 10 mètres de haut, correspondant à l'altitude du sol du pavillon.


    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    INTERVENTION 1, LAVIAU


    "INTERVENTION 2"

    Pour notre deuxième intervention, nous avons voulu évoquer un autre de nos tracés : celui défini à l'aide des vents. Ce tracé est représenté par un quadrillage orienté selon les vents cités ci-dessus. Donc pour évoquer ce tracé, nous avons réalisé sur la plage une grille à l'aide de tas de sable. Nous avons pensé que ce rythme et cette orientation créés pourraient servir de rythme pour une protostructure. C'est ce qui nous a en partie mené à notre troisième et dernière intervention.



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    INTERVENTION 2, LAVIAU


    "INTERVENTION 3"

    Pour cette intervention, avons voulu lier tout ce que nous avions produit jusqu'ici pour créer une nouvelle compréhension, plus intéressante et plus aboutie. Nous avons alors installé notre quadrillage de tas de sable sur la plage faisant face aux arbres que nous avions marqué. Le quadrillage de sable à été installé à l'aide d'un outil en bois que nous avons construit, permettant de placer des marques sur un quadrillage de 2x2 mètres, qui sont les dimensions d'un module de protostructure créé par un autre groupe de notre double studio. La mise en relation de ces deux interventions permet de créer quelque chose de plus spatial, avec un rythme au sol pour la protostructure, orientée selon nos tracés, et une hauteur permettant de la mettre en lien à notre deuxième site. De plus, nous avons placé des tas de sable très proches de l'eau, afin que le lac interagisse avec notre intervention, nous permettant d'étudier l'influence de notre dernier tracé, celui des courants, sur une protostructure construite sur le lac.



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Tue Dec 18 2018 19:01:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    INTERVENTION 3, LAVIAU



    Image Wed Dec 19 2018 22:21:36 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)         Image Wed Dec 19 2018 22:21:36 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    GABARIT



    Image Thu Jan 03 2019 10:33:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    DESSIN GARDEN

  • Dessin Arrêtes 3 à 4

    Par Eva Collier, Tim Stettler, 09/12/18





    Image Sun Dec 09 2018 22:14:08 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)


    Image Sun Dec 09 2018 22:03:51 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)






  • Dessin GARDENS

    Par Tim Stettler, 09/12/18




    Image Sun Dec 09 2018 21:53:44 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)


    Image Sun Dec 09 2018 21:53:44 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)






  • Arrêtes 3 à 4

    Par Eva Collier, Tim Stettler, 02/12/18




    Image Sun Dec 02 2018 22:53:09 GMT+0100 (CET)

    Maquette topographique




    Image Sun Dec 02 2018 22:53:09 GMT+0100 (CET)

    Coffrage en cours de réalisation




    Alors que nous avions déjà réalisé une carte commune et un système de coordonnées regroupant nos projets, nous avions jusqu’alors travaillé avec des méthodes et des conceptions très variées. La phase planes s’est présentée comme une occasion de travailler réellement ensemble, avec une cohérence constructive et un objectif commun.

    Or, il n’existe aucune configuration permettant de placer simultanément les projets de chacun dans la protofigure commune, ce qui nous paru d’abord comme un embarras ; alors que nous travaillions ensemble pour un résultat commun, nos projets se chevauchaient et se superposaient inconfortablement dans la maquette, ce que nous interprétâmes comme un souci de cohésion.

    Tout cela prend soudain du sens avec Gardens. En construisant une maquette topographique du site marquant l’ancrage au sol de chacun de nos projets individuels, on réalise qu’ils s’y plantent tous de manière lisible et complémentaire. On peut comprendre la place de chacun, les interférences des travaux entre eux, les multiples approches de construction face à un terrain commun. Un terrain qui, dans cette nouvelle maquette, prend le dessus.




  • Intersection planes

    Par Marthe Maerten, Romain Masoni, 02/12/18

    La rencontre de nos deux planes vient créer un nouvel espace, engager une délimitation différente. La structure porteuse des projets se voit disparaître par le soutient que l'un apporte à l'autre. Ainsi, la contrainte d'intersection devient un avantage, majoritairement structurel, et permet de nouvelles perceptions de cet espace.


    Image Sun Dec 02 2018 22:36:47 GMT+0100 (CET)