• ROOMS

    Par Adrien Bressan, Alice Dareys, Amélie Respinguet, Arthur Breen, Céline Gruffel, Emma Bailly-Maitre, Eva Collier, Florian Faucheur, Isabelle Nguyen , Jérémie Guyot, Marthe Maerten, Robin Jouve, Romain Masoni, Tim Stettler, Valentin Parisi, Vanesa Santillan Messina, 24/03/19

    studio chiavi. ROOMS. Evian.


            2 sites liées par une ligne du funiculaire.


            Image Sun Mar 24 2019 19:41:43 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    1ère halte: Hôtel Splendide 


            Image Sun Mar 24 2019 21:11:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                   


    2ème halte: Les Mateirons

                 
            Image Sun Mar 24 2019 19:41:43 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)               
         
                                              


  • Dessin ROOMS

    Par Tim Stettler, Romain Masoni, 24/03/19





    Image Sun Mar 24 2019 11:47:58 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)       Image Sun Mar 24 2019 11:47:58 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)


    Image Sun Mar 24 2019 11:47:58 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)       Image Sun Mar 24 2019 11:47:58 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)



    Image Sun Mar 24 2019 11:47:58 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)





  • Rooms_Site 4, Becoming Léman, Evian

    Par Alice Dareys, Amélie Respinguet, Céline Gruffel, Emma Bailly-Maitre, Marthe Maerten, Romain Masoni, Tim Stettler, Vanesa Santillan Messina, 18/03/19


    Light and trees


    La pinède, petit parc en pente, en contrebas de La Grange au Lac à Evian. Si proche et pourtant si différent des routes, chemins, et rails qui lui tournent autour, qui le relient à la ville en bas. Le champ des possibles est peuplé d’arbres et d’ombres. Il se peuple de piquets et de ficelles aussi. Marque sur marque, trait sur trait. 1m50 de rangée en rangée. Des ballons taquinent la cime des arbres, introduisant une notion d'échelle dans le paysage. Un peu de vent les  fait bouger.

    Le poteau ne flotte plus au bout de sa ficelle. D’une grille tridimensionnelle émergent quatre entités, quatre propositions spatiales qui interagissent avec le lieu. Conçus tels qu’ils le sont par la protostructure à base carrée, large de 10m, haute de 12 ; son extrémité sud s’enfonçant dans la butte alors que son extrémité nord s’élève à 1m 50 au dessus de l’herbe.

    L’expérience de ces quatre rooms –réunies toutes ensembles ou une à la fois-, c’est peut-être de descendre la butte depuis La Grange au Lac, intrigué par la grande nacelle blanche suspendue à 10 m de hauteur qu’on voit devant soi. De s’engouffrer dans la grande structure de bois, où les ombres des arbres se projettent sur de longs panneaux verticaux. Puis de s’asseoir un instant sur les marches qui, de la sortie du funiculaire, rattrapent le premier niveau de la protostructure. Lové sous le toit en lamelles de bois au sud ou profitant de la vue dégagée sur le lac au nord.



    Image Mon Mar 18 2019 00:24:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Mar 18 2019 00:24:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Mar 18 2019 00:24:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    Image Mon Mar 18 2019 00:24:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Mon Mar 18 2019 00:24:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Mon Mar 18 2019 00:24:04 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Plans et coupes 1:33


  • Views

    Par Romain Masoni, Tim Stettler, 17/03/19




    Image Sun Mar 17 2019 16:55:56 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)






    Image Sun Mar 17 2019 16:55:56 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)






    Image Sun Mar 17 2019 16:55:56 GMT+0100 (Mitteleuropäische Normalzeit)






  • ROOMS

    Par Romain Masoni, Tim Stettler, 17/03/19


    Un voyage dans le temps. Une histoire d'un lieu. Un arrêt de funiculaire.

    Les Mateirons. Halte.


    Le bas de la parcelle est parsemé d’arbres dans une légère pente. La bise souffle, les

    branches dansent, les ballons virevoltent, le soleil réchauffe.


    Le site offre un bain de lumière entrecoupé par le tronc des arbres. Les ombres se

    créent, se déplacent. La journée avance. Bientôt, le soleil se couche déjà.


    Le décor a dévoilé ses atouts.


    La lumière et ses ombres; des projections, de la transparence, une superposition, des

    plans, l’espace se modèle. Une intériorité nait. Un espace répondant à l'environnement

    se façonne.


    Un espace où l’extérieur animerait l’intérieur et la frontière entre les deux se jouerait à

    travers un tissu. Tissu fin, perméable à la lumière.


    Les ombres projetées animeraient à nouveau le site, faux miroir du réel. Des images

    dépourvues de couleurs et de profondeur.


    Le spectacle serait là, dessiné sur de grandes voiles qui se mouvraient au rythme du

    vent.


    La nature ferait vivre l’espace.