• Synthèse Planes

    Par Amélie Respinguet, 02/12/18

    Je vois différents plans qui se succèdent, représentant les strates que l’on trouve au bord du lac. Je me situe sur le premier plan. Je marche dans la direction du Vent Blanc, qui souffle horizontalement à la rive. Je monte sur le second plan, ce nouvel espace dans lequel je me trouve semble avoir été créé pour moi, puis je monte sur le troisième. Je vois au-loin l’eau et le phare qui m’éclaire. le quatrième, quant à lui, ne m’est pas accessible beaucoup trop haut pour moi, il est à la hauteur des cimes qui m’entourent. Je l’imagine ce plan flottant au-dessus de moi, inatteignable.


    Image Sun Dec 02 2018 23:00:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

                                                                                    Maquette Planes


    Image Sun Dec 02 2018 23:00:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

        espace créé dans la protofigure


    Nœuds v5-v5' : 11.2 cm

    Aire:73 cm2

    hauteur: 2.4 cm de l'eau


    Image Sun Dec 09 2018 18:57:00 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Monge 1:33


    Image Sun Dec 02 2018 23:00:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)     Image Sun Dec 02 2018 23:00:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    inspiré des éléments horizontaux de Measures et Elements



  • V8_Orientation

    Par Eva Collier, 02/12/18



    Image Sun Dec 02 2018 23:41:57 GMT+0100 (CET)

    Maquette dans la protofigure


    Image Sun Dec 02 2018 23:41:57 GMT+0100 (CET)

    Rapport aux tiges


    Image Sun Dec 02 2018 21:25:26 GMT+0100 (CET)

    Décomposition de la relation aux tiges, échelle 1:3


    Image Sun Dec 02 2018 21:25:26 GMT+0100 (CET)


    Perspective à hauteur d'homme




    Image Sun Dec 02 2018 21:25:26 GMT+0100 (CET)


    Monge et axonométrie de la structure



    Suite à quelques essais, je pense être mieux parvenue à m’approprier le site, sans l’encombrer mais le complétant, en exploitant ce qu’il me propose ; un système de nœuds débouchant sur trois axes. Mon « plane » se situant dans les hauteurs de la protofigure, je profite de ses tiges verticales pour élever ma maquette tout en renforçant la rigidité des lamelles de bois et leur angle. Après mes différentes tentatives d’aborder l’exercice, il est devenu plus clair que l’exercice ne vise pas à engendrer des concepts pratiques. Il entraine une visite de l’espace, dans un site précis, qui est compromise dans sa justesse et sa finesse si l’on cherche à lui donner un sens utilitaire. C’est pourquoi j’ai retenu pour cette maquette finale uniquement l’essence  de mon objectif initial : transporter le regard, l’orienter grâce à trois fenêtres inscrites dans la protofigure, dimensionnée en largeur par rapport aux proportions humaines et en hauteur selon les position et angles entre les strates avoisinantes. Les angles sont découpés en trois cadres qui abritent un vide, comme un puits dans l’espace.



  • Planes : Synthèse

    Par Alice Dareys, 02/12/18


    Une séquence de deux plans, un contexte issu d’un site existant, pratiqué ; celui de measures et elements.

    Sortis de cette réalité ces deux plans peuvent être envisagés comme de purs plans géométriques, sans épaisseur, sans fin. Seul subsiste dans leur caractérisation leur interaction l’un avec l’autre, leurs inclinaisons l’un par rapport à l’autre, leur intersection.

    Si l’on explore maintenant un nouveau site avec ce profil, quelle en est la nouvelle matérialité, les nouvelles dimensions, les positions légitimes ? Quel ancrage, quelle définition ? Pour l’avancée du plan au dessus de l’eau, il s’agit de préserver un moment d’arrêt, une rupture, la dalle est épaisse et s’arrête net. Pour le plan incliné qui se déploie au dessus du sol, il pourrait a priori demeurer infini. Cependant cet infini n’étant pas matérialisable, il ne serait que représentation. Finalement étirer ce plan incliné jusqu’à sa rencontre avec le relief, ce plan devenant le plan tangent au relief en ce point, paraît plus légitime, le plan se fond dans le relief en quelque sorte. Enfin dans la direction parallèle au rivage, la séquence des deux plans n’a pas nécessairement de limite d’expansion, le système constructif retenu permet de recréer des portions de dalle sur une distance quelconque.

    Ces choix sont guidés par la volonté d’établir une condition de sol, le profil envisagé comme dalle, comme plateau que l’on peut parcourir. Mais c’est un plateau sous tension, plat puis légèrement incliné ou légèrement incliné puis plat selon mon mouvement. Et c’est un profil qui dialogue avec les éléments verticaux de ce nouveau site, ce sont eux qui participent du rythme de ma démarche, de mon regard. Aussi parce qu’ils marquent profondément le sol de par le système d’insertion dans la protofigure choisi. Dans leur interaction avec le sol mis en place, ils sont le décor qui vient s’y planter (assez littéralement) et définissent différents plans possibles dans ma progression.




    Image Sun Dec 02 2018 10:05:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sun Dec 02 2018 10:05:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Sun Dec 02 2018 10:05:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Insertion dans la protofigure (maquette au 1:33) 




    Image Sat Dec 08 2018 13:43:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Monge (1:33) et perspective, "Expansion"



    Image Sat Dec 08 2018 13:43:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sat Dec 08 2018 13:43:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sat Dec 08 2018 13:43:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Sat Dec 08 2018 13:43:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)






  • V15 - Synthèse PLANES "Plans Mobiles"

    Par Florian Faucheur, 01/12/18

    En reprenant l'élancement et l’aspect parallèle des rails de mon seuil choisi dans la phase "MEASURES" et poursuivi dans la phase "ELEMENT",

                                                                    Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Seuil avec rails         


    Les baguettes horizontales de la protofigure Dans la phase "PLANES" agissent comme guides pour mes plans qui coulisse le long de ces éléments de bois et créés un espace toujours différent en fonction des placements de mes trois plans dans l’espace. En plus d’interagir avec la protofigure, mes plans dialoguent entre eux, ayant chacun des débords et renfoncements qui créés des liaisons entre ceux-ci. Ces débords et renfoncements déclenche aussi un jeu entre plein et vide à travers les plans, créant ainsi des motifs et une géométrie toujours différents.


                                              Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Mes trois Plans en mouvement sur la protofigure           



    Pour fixer mes plans dans la protofigure et qu'il reste parallèle à celle-ci en coulissant, j'ai opté pour des fines baguettes de bois fixées sous chacun de mes plans, s’étendant sur toute la longueur des plaques, qui créer aussi un rappel aux rails de mon seuil.                                    

                                                      Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    verso des trois plans            



    La forme des mes plans subissent les contraintes de la protofigure, chaque plaque est unique:

    - les rails de bois sous les plaques viennent se bloquer entre deux baguettes horizontales de la protofigure

    - les nœuds de bois bloquent la progression horizontales des plaques. 

        

                                    Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Plans intégrés sur la protofigure       




    Dessin relatif à la phase "PLANES"

                                                 

                                                      Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Plan 1:33  et  Axonométrie 1:11   


                                  Image Sat Dec 01 2018 11:40:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Élévation 1:33  et  Perspective 1:33   




  • DISCOURS PLANES

    Par Emma Bailly-Maitre, 26/11/18

    PLAN: « Ce qui exprime la profondeur dans une perspective » (CODEX PLANES)

     

    C’est pour moi la définition qui caractérise au mieux mon projet dans PLANES. En effet, une succession de pans, qu’ils soient verticaux, horizontaux ou orientés dans une autre direction ne montre-elle pas une nouvelle dimension ? Les distances se créent, les pans se distinguent les uns des autres afin d’introduire une profondeur. Mais en considérant cette profondeur, pourrions-nous observer une nouvelle aire, voire même un volume, caractérisant plus précisément ce ou ces plans? Enfin, pourrions-nous considérer qu’un plan peut se distinguer en plusieurs axes, comme une articulation de plans?

    Ici, en reprenant les reliefs de mon moulage dans MEASURES et en liant ceux-ci avec le point de référence (à 0,0,0) de notre protofigure, on obtient un tout nouveau milieu, un nouvel environnement. En arrivant près de cette succession de reliefs de près de 7 mètres de haut en partant du fond du lac, de multiplicités de plans, le regard est dirigé vers le phare, comme attiré par celui-ci. Les dimensions des plans verticaux et de la profondeur créent une liaison forte entre notre corps, plus précisément notre regard, et le mouvement de celui-ci le long des pans verticaux. Cependant, en observant ces plans, on peut se demander ce qui se passerait si l’on se positionnait à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur? En effet, à l’extérieur, la surface semble infinie, sans limite propre définie par ce planes. Mais si l’on se place autrement, on obtient une toute nouvelle aire, une nouvelle dimension de mon plan. Telle une sorte de cabine, d’un espace clos et contrairement à l’autre placement, on se sent différemment. Les pans verticaux surgissent et s’élancent hors de l’eau vers le ciel, comme fixés depuis le fond du lac. Les ombres rendent le lieu plus sombre. Cependant, si l’on observe ces reliefs, ils guident toujours notre regard inconsciemment vers le phare, sans même voir celui-ci. Ainsi, malgré les deux dimensions différentes que l’on peut observer avec ces plans, on arrive à obtenir des similitudes sur les directions, les axes principaux, ou même au décor.