• Espaces engendrés et ancrage au sol

    Par Revaz Alix, Rodriguez Lucas, 04/12/18

    Pour la phase gardens, nous nous sommes intéressés à l'espace créé sous nos planes.

    On peut facilement remarquer que nos deux projets ont pour but de prendre de la hauteur. Cependant, ils sont très différents car l'un monte doucement, alors que l'autre est beaucoup plus radical, il prend vite de la hauteur. Il est ici question de contraste entre une promenade légère et d'une ascension directe.

    Exploiter l'espace formé par le sol et les poteaux permet d'accentuer ce contraste. L'un des "planes" à un grand nombre d'attache au sol, ce qui forme un espace chargé qui reste léger par la hauteur des plateformes, alors que l'autre invite le visiteur à regarder vers le haut, à élever le regard. 




    fig.1. Perspective, point de vue d'un nageur 



        Image Tue Dec 04 2018 14:44:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)              Image Tue Dec 04 2018 14:44:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.2. vision de l'espace formé en dessous et du dessus des planes 



    Ainsi, nous avons dû définir un sol. Celui-ci a été établi grâce aux relevés de "mesures". Le but étant de faire de cet espace un lieu exploitable par les visiteurs, nous avons placé les plateformes les plus basses à une hauteur de 2m30. 

    Après avoir définit un sol, il a été question de trouver un moyen d'ancrage au sol. Pour cela, nous nous sommes inspirés du système utilisé pour les pilonnes électriques en bois. Cette technique utilise des cales en pierre et non du béton, ce qui est plus respectueux de l'environnement et donc plus adapté pour une construction au sein d'une réserve naturelle.





    Fig.3. Plan 


    Fig.4. Vision générale






  • P R O T O S T R U C T U R E

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Camille Fauvel, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Guillaume-Gentil Juliette, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Züllig Lorine, 03/12/18



    Image Mon Dec 03 2018 18:28:49 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)

    Protostructure - 1:33





  • Promenade

    Par Revaz Alix, 19/11/18

    C'est une promenade. Les plateformes me guident. Certaines étant plus dures que d'autres à gravir, je préfère m'arrêter, m'assoir et m'accouder. Mon regard se porte vers le centre, vers un vide, mais aussi vers la personne en face de moi qui est assise les pieds flottants. Nos regards se croisent. Ce n'est pas un vide. C'est un point de réunion, entre les promeneurs et les projets alentours.



    Image Tue Dec 04 2018 14:17:26 GMT+0100 (CET)

    fig.1. Photos générales




    Image Tue Dec 04 2018 14:17:26 GMT+0100 (CET)     Image Tue Dec 04 2018 14:17:26 GMT+0100 (CET)


    fig.2. Photos plateformes


    fig.3. Perspective 1, vision intérieure


    fig.4. Perspective 2, vision transversale


    Mon "PLANES" est donc un jeu de plateformes. Il invite les visiteurs à s'élever, gravir les plateformes, puis peut être à s'arrêter, s'assoir, contempler...

    La structure est construite dans la continuité de la protofigure, elle est formée de baguettes prédéfinies par la protofigure et s'agrandit des deux côtés de celle-ci. les plateformes de plâtre viennent, elles, se reposer légèrement dessus, et lier le tout. 

    Elle est organisée de sorte à former un espace intérieur libre, dépourvu de plateforme. Cet espace libre marque le point de limite entre l'eau et la terre. C'est donc un point de rencontre entre ces deux masses mais aussi un point de rencontre entre les visiteurs. 


    fig.5. Plan et élévation



  • Coupes

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Guillaume-Gentil Juliette, 30/10/18

    travail commun

    Profil de la berge du lac Léman à Saint-Sulpice en coupes en plâtre.

    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)




  • Prolongation de l'abri naturel des arbres et création d'un nouvel espace

    Par Cortes Zélie, Revaz Alix, 23/10/18

    ELEMENTS

    Pour cette seconde phase, nous avons continué notre réflexion commencée lors de la phase "Measures". Nous nous étions intéressées aux 3 éléments principaux qui composent la berge : l'eau, la végétation et le sable ainsi qu'à leurs relations et leurs liens. 

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 1 : Vue du site 

    Sur notre site d'étude, il y a un retrait de la forêt, qui laisse place au sable, une sorte d'enclave, c'est cet endroit sur lequel nous avons décidé d'implanter notre élément. En effet, ce lieu est l'unique endroit où tout en étant dans la forêt, nous marchons sur le sable et nous pouvons admirer le lac. Nous avons également constaté, que en fonction de certains facteurs et notamment la météo, l'eau peut monter très haut et recouvrir quasiment la totalité de la plage excepté cette alcôve qui reste découverte et qui devient le seul endroit praticable de la plage.


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 2 : Retrait de la végétation sur la plage


    Nous avons également constaté que le long de la berge, les arbres forment un abri naturel soit contre le soleil, soit contre les intempéries, nous avons donc décidé de prolonger cette abri naturel en créant une structure qui permettrait aux branches des arbres de se poser dessus et de prolonger cet abri naturel avec comme support notre élément. 

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 3 : Vue de la végétation depuis le sol


    En étudiant, le site et la disposition de la végétation, nous avons choisi une forme triangulaire pour notre abri, car celle-ci permet à notre élément de s'adapter à la configuration du lieu. 

    L'objectif était de fabriquer une structure légère qui pourra évoluer avec le temps, la nature et la végétation pouvant l'apprivoiser, la faire mouvoir. Pour cela, nos avons choisi d'utiliser les arbres présents comme points d'ancrage au sol et d'y trouver un système d'attache solide mais flexible au lieu.

    Nous avons donc décidé d'utiliser deux arbres, comme poteaux naturels, en les intégrant chacun à un angle de la structure, l'un en utilisant ses branches comme support et l'autre en prenant parti des aspérités du tronc pour y faire tenir un cadre triangulaire, c'est donc la morphologie des arbres qui a déterminé la hauteur de l'élément, deux mètres dans la réalité. Cependant, la configuration de notre site ne nous permettait pas d'avoir un troisième point d'accroche suffisamment robuste, nous avons donc intégré à la structure un troisième point d'ancrage non-naturel, c'est-à-dire un poteau.

    Ce poteau est placé juste à la limite entre la végétation et le sable pour que la végétation puisse elle aussi se l'approprier. 


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 4 : Points d'accroche aux deux arbres


    Notre élément est à l'échelle 1:3 et il est constitué d'un cadre triangulaire en bois avec des poutres moisées, fixées à l'aide de vis, du poteau ainsi que de 13 fines baguettes clouées aux poutres. Elles sont placées perpendiculairement à la berge et au sens de pousse des branches pour qu'elles en deviennent le support.


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)     Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 5 : L'élément in situ 


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 6 : Vue de la végétation depuis le dessous de la maquette


    Nous avons également réalisé un plan ainsi qu'une élévation de la maquette à l'échelle 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 7 : Plan de l'élément 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 8 : Élévation de la maquette 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 9 : Élément placé sur le plan 1:30





    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 10 : Maquette de l'élément 1:3


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 11 : Détails constructifs de la maquette 1:3


    Notre élément permet donc de créer un nouvel espace qui est désormais protégé du soleil et des intempéries mais cette espace prend également une autre dimension, grâce à l'abri, la végétation va gentiment s'installer sur le plan horizontal et créer un endroit isolé de la plage, tout en restant sur la plage. Et cela, en étant inclus dans la forêt sans pour autant perdre l'ouverture sur le lac. L'élément invite les visiteurs de la plage à prendre place dans cette espace qui réunit la végétation, la plage ainsi que le lac. C'est une structure qui va très certainement changer au fil du temps, car la végétation va peut-être l'apprivoiser, y grimper, s'y poser, éventuellement le déplacer et l'inclure dans son paysage. Finalement, l'élément est livré à la nature, puisque une fois déposé sur place, elle en fera ce qu'elle veut.


    Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)