• P R O T O S T R U C T U R E

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Camille Fauvel, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Guillaume-Gentil Juliette, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Züllig Lorine, 03/12/18



    Image Mon Dec 03 2018 18:28:49 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)

    Protostructure - 1:33





  • Elements

    Par Haghighat Shoar Keivan, Züllig Lorine, 19/10/18

    Elements



    Image Mon Oct 22 2018 17:40:14 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                      Plan et coupes au 1:6


    Pour la deuxième phase de ce premier projet, nous avons choisi de rester dans le thème de la limite qui a déjà été traité avec le détail au 3 :1. C’est pourquoi nous avons réfléchi à redimensionner l’espace de notre plage grâce à une structure qui vient lui donner une dynamique différente tout en gardant une fonction propre.


                                                               Image Fri Oct 19 2018 15:54:21 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                                                               Maquette au 1:3 de l'élément en question


    Dans cette optique la, nous avons réfléchi à comment les visiteurs circulaient sur notre plage. Un chemin d’usage y arrive par le nord-est, et en repart par le bord du lac vers la plage suivante, située plus à l’ouest. Nous avions donc affaire à un espace traversant, qui ne nous paraissait pas fonctionner idéalement avec l’idée de la réserve naturelle ou l’homme se place comme observateur discret et non comme promeneur.

    C’est sur la base de ces constatations que l’idée d’une limite nous est venue à l’esprit : en effet, en fermant l’un des chemins (en l’occurrence celui quittant la plage vers l’ouest), l’espace traversant existant se transforme en espace fermé qui invite le visiteur à s’attarder sur la berge, faisant de lui un observateur plus qu’un promeneur.

    Cette perspective est d’autant plus intéressante que l’élément proposé permet au promeneur de s’adosser. La pente du dossier qu’il crée est assez faible en son milieu, mais se redresse sur les côtés : le but de cette démarche est de créer une cohérence par rapport à la vue que chaque angle du dossier offre : les deux côtés plus droits permettent d’observer le lac, respectivement la forêt, tandis que la partie plus basse du milieu fait face à un arbre très proche, source d’ombre propice au repos.

                    

                    Image Fri Oct 19 2018 15:54:21 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Fri Oct 19 2018 15:54:21 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Fri Oct 19 2018 15:54:21 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                    Détail constructif                            Les vis couvertes de sciure              Vue en plan de la structure

        

    Comme notre élément prend la place d’un chemin d’habitude, qui n’est par définition ni officiel, ni entretenu, il en reprend certaines caractéristiques : en effet, c’est une structure en bois très simple, simplement posée sur le sol. Si des promeneurs souhaitent s’y adosser, alors il perdurera un certain temps. Sinon, les deux masses de forêt qui l’entourent reprendront bien vite leurs droits.


  • L'érosion comme vecteur modulant les berges du Léman

    Par Haghighat Shoar Keivan, Züllig Lorine, 07/10/18



    L'érosion comme vecteur modulant les berges du Léman



    Image Mon Oct 22 2018 17:17:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                      La plage en question



    Pour ce premier travail, le sujet à traiter est un secteur de berge situé à l’orée de la réserve naturelle de l’île aux oiseaux, à l’embouchure de la Venoge, à St-Sulpice. Le relief de cette plage nous a paru intéressant, et il nous a semblé pertinent d’en faire une analyse à deux échelles différentes, l’une comme l’autre sur le thème de l’érosion.


    La première approche porte sur une vue assez générale de la plage. Le travail a consisté à relever le plus précisément possible le mouvement du sol dans notre secteur avec des moyens assez limités. Ces données nous ont tout d’abord permis de dessiner un plan au 1:30, où l’on peut se faire une idée assez détaillée de notre plage, de ses mouvements de terrain, de comment elle est occupée d’une part par de la végétation et d’autre part par le lac, et de l’effet de l’enrochement la bordant à l’ouest sur sa dynamique.


    Image Mon Oct 22 2018 17:17:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)
                      Le plan & les coupes au 1:30



    Dans un deuxième temps, il nous a été possible de récupérer ces informations pour y effectuer un dézoom. Le résultat en est un plan au 1:300, où les différentes parties de la berge se recoupent et donnent au lecteur une idée de sa globalité sur plusieurs centaines de mètres.


    Image Mon Oct 08 2018 18:38:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Mon Oct 08 2018 18:37:11 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Mon Oct 22 2018 17:17:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                                   Détail au 3:1: Moule, terrain et résultat final


    Pour finir, nous avons voulu nous concentrer sur un détail précis de la berge. Notre choix s’est porté sur une marche naturelle formée entre le terrain retenu par la forêt et la plage à proprement parler, en sable assez épais, bien plus travaillé par le lac. Nous en avons donc fait un moule au 3:1, qui donne une assez bonne idée de l’effet considérable qu’a le lac sur le milieu.



    Image Mon Oct 22 2018 17:17:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)    Image Mon Oct 22 2018 17:17:16 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

                          Détail au 3:1: Détail et plan