• P R O T O S T R U C T U R E

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Camille Fauvel, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Guillaume-Gentil Juliette, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Züllig Lorine, 03/12/18



    Image Mon Dec 03 2018 18:28:49 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)

    Protostructure - 1:33





  • PLANES

    Par Major Rachel, 25/11/18

        Se baladant au bord d’un lac, il aperçoit une structure massive et géométrique émergeant de l’eau. Comme une sorte de cube dans lequel on serait venu découper des marches à différents niveaux. Il s’approche et constate, grâce à la transparence du liquide, l’existence de marches sur les côtés qu’il n’avait pas remarquées auparavant. 

    Il se lance alors et saute sur le premier escalier central séparé de la terre par l’eau. 

    Pour se balader il doit escalader ces marches dont certaines ne sont pas de tout repos. A quelques endroits il se trouve face à une grande surface et se sent bloqué, coincé mais aussi de manière étonnante protégé. A l’inverse, à d’autres endroits où les façades sont petites, il respire. Arrivé au sommet il se sent grand, pourtant, quand il regarde autour de lui il s’aperçoit que moult autre structures l’entourent et qu’elles sont particulièrement conséquentes. Inopinément, il retrouve sa taille humaine.

     





    Image Mon Dec 03 2018 23:51:28 GMT+0100 (CET)

    Fig. 1 : Photo du projet PLANES







    Image Mon Dec 03 2018 23:51:28 GMT+0100 (CET)

    Fig. 2: Perspective 1 & 2; vue à 4m du projet & vue à l'intérieur du projet






    Image Mon Dec 03 2018 23:51:28 GMT+0100 (CET)

    Fig. 3: détail de la Tomba Brion, Carlo Scarpa, 1978, Altivole, près de Trévise, Italie


    Carlo Scarpa a conçu une tombe pour la famille Brion, sous demande d'Onorina Tomasi Brion. La tombe de Scarpa lui-même se situe à proximité mais à l'extérieur de cette construction. 

    L'architecte joue avec la géométrie, en effet la structure comporte plusieurs détails qui sont des modénatures ornementées en hommage à ceux qui sont partis. 







  • GARDENS

    Par Brosteaux Océane, Major Rachel, 25/11/18

        Nous avons décidé de travailler ensemble car nos deux structures sont aussi bien en contradiction, l’une est massive et l’autre joue avec la légèreté, que semblables sur certains points. En effet, chacune d’entre-elles interagissent avec les éléments naturels du site que ce soit l’eau ou le vent par exemple. 

    Pour notre Garden, l’idée principale était de renforcer le lien discret qui était déjà présent entre nous lors de la phase précédente (PLANES). Suite à plusieurs recherches, nous avons abouti sur une idée liant directement mais de façon plus cohérente et visible les deux structures entre-elles. Nous souhaitions que le passage de la structure massive à la structure plus légère se fasse de manière fluide et stable. C’est pourquoi, nous avons décidé d’ancrer une des parois en bois à la structure en béton et que les marches de cette dernière deviennent les plateformes de la seconde structure.


    Image Fri Nov 30 2018 18:51:34 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.1 Premier plan commun (échelle 1:33)


    Image Fri Nov 30 2018 18:51:34 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.2 Perspective commune


    Image Fri Nov 30 2018 18:51:34 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.3 Plan commun final (échelle 1:33)



    Image Mon Dec 03 2018 22:51:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.4 Élévations communes (échelle 1:33)



    Image Tue Dec 04 2018 09:55:19 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.5 Moule de la maquette finale 


    Image Mon Dec 03 2018 22:01:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.6 Immersion dans la maquette finale (échelle 1:33, premier point de vue)


    Image Mon Dec 03 2018 22:01:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.7 Immersion dans la maquette finale (échelle 1:33, deuxième point de vue)


    Image Mon Dec 03 2018 22:42:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Mon Dec 03 2018 22:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.8-9 Insertion de la maquette dans la protostructure


    Image Tue Dec 04 2018 09:18:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Fig.10 Détail de la liaison des deux projets (échelle 1:3)


  • Coupes

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Guillaume-Gentil Juliette, 30/10/18

    travail commun

    Profil de la berge du lac Léman à Saint-Sulpice en coupes en plâtre.

    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)




  • MEASURES

    Par Jouanjan Alice, Major Rachel, 06/10/18




    MEASURES


    L’endroit que nous étudions se situe sur les berges de St Sulpice. Il s’agit de l’enrochement séparant la plage de la réserve naturelle interdite. Nous nous sommes demandées comment cet enrochement faisait office de barrière, tout en protégeant la berge de l’érosion.


    En effet, il faut noter la présence abondante de ronces dans la continuité de l’enrochement. Celles-ci ont un rôle multiple : elles permettent le retour de la biodiversité et donnent à l’enrochement une allure plus naturelle. Elles le stabilisent grâce à leurs racines. L’association de ronces (que l’on a laissé se développer volontairement), du grillage et de l’enrochement constitue une barrière à la fois visuelle et physique (plus de 3 mètres de haut).


    measure_cf_alicejuanjan-rachelmajor_01   measure_cf_alicejuanjan-rachelmajor_02

     Fig.1 : Vue de l'enrochement depuis la plage

    Fig.2 : Vue de la plage depuis l'enrochement



    Nous avons pris les mesures en utilisant, pour une première approche du lieu, une échelle basée sur les dimensions de nos corps. Pour pouvoir ensuite créer le plan et les 6 coupes à l'échelle 1:30 nous avons effectué des relevés en utilisant les instruments à notre disposition (corde, double mètre, rapporteurs etc.). 



    measure_cf_alicejuanjan-rachelmajor_03

    Fig.3 : Plan et coupes au 1:30



    Nous avons moulé les 3 coupes les plus intéressantes en plâtre, celles qui permettaient de comprendre la topographie du lieu instantanément, en utilisant des techniques différentes à chaque fois pour fabriquer les moules.




    measure_cf_alicejuanjan-rachelmajor_04 measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_05 measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_06


    Fig. 4, 5, 6 : Moules des coupes situées à 75 cm du centre de l'enrochement, au milieu de l'enrochement et à 2 mètres du centre de l'enrochement à l'échelle 1:30



    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_07 measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_08 measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_09

    Fig. 7, 8, 9 : Coupes à l'échelle 1:30



    Notre intérêt pour la relation entre l'enrochement et la berge nous a porté à nous intéresser à la manière dont ceux-ci étaient liés. Lorsque nous sommes retournées sur le site prendre nos mesures le lendemain d'un jour de pluie, nous avons immédiatement remarqué que l'eau du lac avait creusé une marche naturelle, qui avait enseveli partiellement l'un des rochers se trouvant sur la plage. cette configuration inhabituelle, montrant explicitement la manière dont les éléments naturels viennent accentuer, voire modifier, l'ancrage dans le sol d'éléments rajoutés par l'homme, nous a intrigué. Le lien fort qui s'était créé grâce à l'érosion entre le sable et la pierre nous semblait essentiel à étudier, car il symbolise les éléments clés de notre site et la façon dont ils interagissent entre eux par le biais de l'action de la nature. 



    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_10

    Fig. 10 : Photo du détail au 3:1 (rocher recouvert par le sable)



    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_11

    Fig. 11 : Détail au 3:1




    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_12
    Fig. 12 : Moule du détail au 3:1 (vue de dessus)


    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_13

    Fig.13 : Plan et coupes du moule, échelle 1:2



    Le fait de reconstituer ce détail en le grossissant permet ainsi de se rendre compte précisément de l'alliance du sable et du rocher, mais également d'immortaliser cet élément très éphémère qui se reconstitue différemment chaque jour en fonction du vent, des vagues, de la pluie ou du passage des hommes.



    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_14

    Fig.14 : Moulage du détail en plâtre à l'échelle 3:1, vue frontale en plongée 



    measure_cf_alicejouanjan-rachelmajor_15

    Fig.15 : Moulage du détail en plâtre à l'échelle 3:1 




    ELEMENTS


    Pour concevoir notre élément, nous avons réfléchi à comment inviter les gens à se rendre sur notre site et l'utiliser. C'est pour cela que nous avons construit une structure qui suscite la curiosité, accessible depuis l'enrochement et depuis l'eau, dont les proportions permettent de s'y asseoir confortablement. Mais nous avons également voulu changer la perception que les gens ont du lieu, notamment en permettant un regard élargi sur la réserve naturelle, jusqu'à présent masquée par la barrière et la végétation. De plus, des escaliers invitent à descendre jusqu'à l'eau, mais permettent également une vue surélevée unique sur l'ensemble du lac.



    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_16

    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_17

    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_18

    Fig. 16, 17, 18 : vues du moule 



    Nous n'avons pas souhaité reproduire ou imiter les rochers, ainsi nous avons joué la carte d'un contraste très simple et géométrique en opposition à la complexité et au désordre de l'enrochement. Pour accentuer cet effet nous avons créé notre structure tout en longueur, pour donner une impression d'étirement de cet enrochement, très massif.




    element_cf_alicejouanjan-rachelmjor_19

    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_20

    Fig. 19, 20 : vues des coffrages intérieurs du moule



    Nous avons du prendre en compte les variations du sol sous l'eau que nous avions relevées lors de Measures, ainsi le fond de notre structure n'est pas droit, mais adapté à la pente. Ceci nous permet d'avoir un ancrage au sol qui ne dénature pas le site. 



    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_21


    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_22

    Fig. 21, 22 : Plan et vues à l'échelle 1:6, détails à l'échelle 1:3 du moule de Elements 




    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_22

    Fig. 22 : Moulage en plâtre, vue de dessus



    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_23

    Fig. 23 : Moulage en plâtre, vue depuis la réserve naturelle




    element_cf_alicejouanjan-rachelmajor_24

    Fig. 24 : Moulage en plâtre, vue depuis la forêt