• Columns

    Par Vouillamoz Akim, 23/10/18

    ELEMENTS

    "Le chaos dans le cosmos", telle est la manière dont nous avons abordé cette nouvelle phase qu'est ELEMENTS. Ce cosmos métaphorique qui nous a été attribué, se trouve être la courbure de l'eau de la section de plage que nous avons traité tout au long de MEASURES. Cette entente entre l'eau et la berge fonctionnait de façon singulière, mais tout en étant harmonieuse. Puis, nous avons reçu les instructions concernant la deuxième phase du projet, ayant pour but d'apporter un objet perturbateur, fait de bois ou de plâtre (ou même des deux), venant ébranler la vision initiale que nous avons eu de notre site. Plus explicitement, nous avions comme but d'agencer un "chaos" dans ce "cosmos", qui viendrait mettre en exergue des questions ciblés qui nous ont occupé tout le long de ce projet. 

    Le "chaos", c'est-à-dire l'objet perturbateur que nous avons mis en place, est en réalité un ensemble d'éléments: trois colonnes. Positionnées côtes à côtes, celles-ci sont le fondement d'une colonnade qui, horizontalement à la berge, avec pour point de départ l'enrochement, seraient une manière forte d'exprimer cette courbure qui fût l'objet principal de nos recherches. 

    Pour réaliser cela tout en s'imprégnant un minimum sur cette plage, c'est à-dire limiter l'ancrage de nos colonnes dans le but de modifier le moins possible le terrain, nous avons déterminé qu'un socle à base carré ne serait point efficient. Nous avons donc dû trouver un autre moyen d'ancrer ces colonnes de manières stable, mais légère. Pour se faire, nous avons utilisé les courbes de niveau découlant de MESURES pour créer un socle en bois, représentant le sable, et nous permettant grâce à ces courbes de niveau de créer une base sur laquelle nos colonnes pourraient reposer sans terrain initiale.


                    ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_101


    Socle 1:3 représentant le sable et de présentoir à maquette


    A échelle réelle, les mesures ont également été prises à 1m de l'enrochement situé vers la courbe d'eau la plus à gauche de la berge et se prolongeant sur une distance de 4 m. Ces distances sont efficientes pour la construction de notre élément mais pourrait évidemment embrasser toute la plage pour acquérir les mesures de la totalité de la colonnade. 




            ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_201ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_202


    Monge 1:30 de MESURES avec l'ajout de notre élément


    Les colonnes à l'échelle de la maquette, c'est-à-dire 1:3, font 57cm de hauteur et ont une envergure de 10cm. Elles sont faites de plâtre et chacune d'entre elle a été coulée en trois parties différentes: le chapiteau, le fût et la base. La distance séparant les colonnes équivaut à 33.3 cm de centre à centre, mais laisse un réel espacement de 23.3cm.


    Image Sun Oct 28 2018 16:14:35 GMT+0100

    Axonométrie 1:3
     

                     ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_102


    Maquette 1:3 composée de l'union du socle et de l'élément

    Le socle était primordial dans la création de notre maquette. Le terrain dans notre problématique initiale était centrale et continue à être traité tout au long de notre projet. Le sol est tout aussi important que les colonnes dans lequel nous les avons intégrées; sans sa présence dans notre représentation graphique et de maquette nous n'aurions eu aucune compréhension du terrain sur lequel nous nous trouvions. Les mouvements du sol, son instabilité et ses variations rendent tout ce questionnement autour des colonnes nettement plus riche: Comment poser les colonnes de façon judicieuse pour les faire tenir? Comment les maintenir à la même hauteur? Comment les maintenir à un niveau d'eau qui permet de garder leur importance sur le site (sans toutefois prendre une dimension trop conséquente à l'aune du site) et ne pas les faire disparaitre?

    Les trois colonnes auraient une taille, dans la réalité, d’1m72 et un espace de centre à centre d’1m et un espacement réel de 70 cm. La taille de la colonne représente la taille d’une femme se trouvant plus ou moins dans la moyenne; cette « féminité » nous permettait d’apporter une certaine légèreté à la totalité de la structure. Ces choix de colonnes comme éléments n’ont pas étés laissé au hasard: le tronc d’arbre était un modèle par excellence pour la création des colonnes. Étant donné que cette berge se trouvait entourée par des arbres et diverses végétation, nous y trouvions du sens de faire ce parallèle. Tout comme la matière de la colonne en elle-même, en réalité, aurait été en pierre, renvoyant une fois de plus à notre site, se trouvant délimité par des enrochements de chaque côté. 



                                                                                                                                                                                              ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_103

    Notre élément posé sur le site de St-Suplice (pour des raisons techniques posées sur le sable et non dans l'eau au niveau de l'enrochement comme prévu initialement) à l'échelle 1:3

    A l'origine, nous voulions représenter des colonnes corinthiennes. Notre choix s'était porté ainsi dans l'optique de représenter la nature, la féminité, l'innovation. Mais notre choix final s'est porté sur des colonnes sans ordres. Un abus de langage pourrait déterminer celles-ci comme "classiques": un socle, un fût, un chapiteau. Cet abus de langage n'est pas de notre ressort. Nous avons voulu représenter l'idée de colonne par ces mêmes 3 éléments, rappelé l'ordre corinthien par cette aspect pseudo-féminin de par la taille et l'envergure de la colonne, mais nous n'avons en aucun cas la prétention de définir ces colonnes comme idéelles.

    De plus, le choix de ce socle et d'intégrer un chapiteau sur la colonne, ont une fonction métaphorique. Nous avons vu ces supports comme structures porteuses; des bases pour commencer l'enseignement sont nécessaires, ces structure permettraient donc de maintenir la fondation de l'acquisition des connaissances et un apprentissage structuré avec des bases solides. Ce projet est donc le début d'un voyage vers le monde idéal que Platon a jadis défini, ces colonnes étant encore dans le monde superficiel, faux, et à la fin de ce voyage nous pouvons espérer réussir à terminer ce projet et le perfectionner jusqu'à ce qu'il devienne un moyen de sublimer ce site tout en respectant tous les critères architecturaux.


    Notre projet c'est avéré être trop envahissant, une colonnade placée à cet endroit prendrait le dessus sur la plage et l'interface créé par cette union serait inégale, ces éléments deviendraient l'objet d'intérêt principal. Malgré tout, notre but premier peut tout de même être réalisé par un système de colonne. Le but principal de notre projet était de créer une ligne avec pour base l'enrochement et cela de manière parallèle à la berge. De cette manière le courbure aurait été mise en valeur par la distance entre la berge et les colonnes. Mais finalement cette ligne n'a pas besoin d'être continue. Si l'on reprend la définition d'une ligne, il s'agit d'un segment reliant 2 point ou plus sur un seul et même axe. La colonnade pourrait donc être représentée par 2 colonnes placées stratégiquement sur la même ligne que celle prévue précédemment : une à chaque extrémité de la plage. Grâce à cela, la plage reste dominante et notre problématique est mise en valeur. La contrainte d'instaurer un élément dans un espace sans pour autant prendre le dessus sur celui-ci est respectée. 


  • Prolongation de l'abri naturel des arbres et création d'un nouvel espace

    Par Cortes Zélie, Revaz Alix, 23/10/18

    ELEMENTS

    Pour cette seconde phase, nous avons continué notre réflexion commencée lors de la phase "Measures". Nous nous étions intéressées aux 3 éléments principaux qui composent la berge : l'eau, la végétation et le sable ainsi qu'à leurs relations et leurs liens. 

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 1 : Vue du site 

    Sur notre site d'étude, il y a un retrait de la forêt, qui laisse place au sable, une sorte d'enclave, c'est cet endroit sur lequel nous avons décidé d'implanter notre élément. En effet, ce lieu est l'unique endroit où tout en étant dans la forêt, nous marchons sur le sable et nous pouvons admirer le lac. Nous avons également constaté, que en fonction de certains facteurs et notamment la météo, l'eau peut monter très haut et recouvrir quasiment la totalité de la plage excepté cette alcôve qui reste découverte et qui devient le seul endroit praticable de la plage.


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 2 : Retrait de la végétation sur la plage


    Nous avons également constaté que le long de la berge, les arbres forment un abri naturel soit contre le soleil, soit contre les intempéries, nous avons donc décidé de prolonger cette abri naturel en créant une structure qui permettrait aux branches des arbres de se poser dessus et de prolonger cet abri naturel avec comme support notre élément. 

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 3 : Vue de la végétation depuis le sol


    En étudiant, le site et la disposition de la végétation, nous avons choisi une forme triangulaire pour notre abri, car celle-ci permet à notre élément de s'adapter à la configuration du lieu. 

    L'objectif était de fabriquer une structure légère qui pourra évoluer avec le temps, la nature et la végétation pouvant l'apprivoiser, la faire mouvoir. Pour cela, nos avons choisi d'utiliser les arbres présents comme points d'ancrage au sol et d'y trouver un système d'attache solide mais flexible au lieu.

    Nous avons donc décidé d'utiliser deux arbres, comme poteaux naturels, en les intégrant chacun à un angle de la structure, l'un en utilisant ses branches comme support et l'autre en prenant parti des aspérités du tronc pour y faire tenir un cadre triangulaire, c'est donc la morphologie des arbres qui a déterminé la hauteur de l'élément, deux mètres dans la réalité. Cependant, la configuration de notre site ne nous permettait pas d'avoir un troisième point d'accroche suffisamment robuste, nous avons donc intégré à la structure un troisième point d'ancrage non-naturel, c'est-à-dire un poteau.

    Ce poteau est placé juste à la limite entre la végétation et le sable pour que la végétation puisse elle aussi se l'approprier. 


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)  Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 4 : Points d'accroche aux deux arbres


    Notre élément est à l'échelle 1:3 et il est constitué d'un cadre triangulaire en bois avec des poutres moisées, fixées à l'aide de vis, du poteau ainsi que de 13 fines baguettes clouées aux poutres. Elles sont placées perpendiculairement à la berge et au sens de pousse des branches pour qu'elles en deviennent le support.


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)     Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 5 : L'élément in situ 


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 6 : Vue de la végétation depuis le dessous de la maquette


    Nous avons également réalisé un plan ainsi qu'une élévation de la maquette à l'échelle 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 7 : Plan de l'élément 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 8 : Élévation de la maquette 1:6


    Image Fri Oct 26 2018 23:04:46 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 9 : Élément placé sur le plan 1:30





    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 10 : Maquette de l'élément 1:3


    Image Mon Oct 22 2018 22:27:50 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale) Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fig. 11 : Détails constructifs de la maquette 1:3


    Notre élément permet donc de créer un nouvel espace qui est désormais protégé du soleil et des intempéries mais cette espace prend également une autre dimension, grâce à l'abri, la végétation va gentiment s'installer sur le plan horizontal et créer un endroit isolé de la plage, tout en restant sur la plage. Et cela, en étant inclus dans la forêt sans pour autant perdre l'ouverture sur le lac. L'élément invite les visiteurs de la plage à prendre place dans cette espace qui réunit la végétation, la plage ainsi que le lac. C'est une structure qui va très certainement changer au fil du temps, car la végétation va peut-être l'apprivoiser, y grimper, s'y poser, éventuellement le déplacer et l'inclure dans son paysage. Finalement, l'élément est livré à la nature, puisque une fois déposé sur place, elle en fera ce qu'elle veut.


    Image Mon Oct 22 2018 23:48:07 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




  • E L E M E N T S

    Par Balmer Victoria, Meier Louis, 22/10/18

    Durant notre phase MESURES, nous avons été amenés de nombreuses fois à marcher sur cet enrochement. Certaines fois pour prendre des mesures de cailloux, d'autres fois du lac, mais à chaque fois nous avons pris du plaisir. Se balader sur ces rochers était comme un jeu d'équilibre, qui tombait parfois à l'eau. Mais bizarrement, nous n'avons jamais vu d'autres personnes le faire. Naturellement, pour cette nouvelle phase, nous voulions créer un élément pouvant changer l'interaction des gens avec cet enrochement, leur permettant d'y marcher, sans pour autant prendre le risque de tomber.


    Image Mon Oct 22 2018 18:26:13 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)
    Maquette de la structure (seulement partie non-immergée) - 1:3 



    Image Sun Oct 28 2018 23:46:16 GMT+0100 (CET)

    Plans et coupes, complétés avec l'élément - 1:30 


    Au lieu de faire une simple barrière à laquelle se tenir, nous avons décidé de faire une structure évolutive, qui devient de plus en plus utilisable au fur et à mesure que l’on avance. En effet, la hauteur de chaque bout de bois est le reflet de la profondeur de l’eau à ce même endroit, avec le niveau de l’eau servant d’axe de symétrie. Cela permet d’avoir une continuité entre les deux phases, MESURES et ELEMENTS.


    Image Mon Oct 22 2018 18:26:13 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Image Mon Oct 22 2018 18:26:13 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Fragment de maquette sur le site - 1:3 


    Cette structure évolue à l’inverse de la profondeur du lac et devient de plus en plus utile à la personne marchant sur l’enrochement, parallèlement à la diminution de l’équilibre.


    Image Sun Oct 28 2018 14:05:03 GMT+0100 (CET)

    Détail de l'implantation dans le terrain - 1:6 et 1:3



    Image Mon Oct 22 2018 18:26:13 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    Maquette de l'implantation sur le site - 1:3


    ___________________________________________________________________________________________________

  • Les enrochements et la berge : expérience visuelle et perspective

    Par Rodriguez Lucas, Brenne Thomas, 21/10/18

    À la suite de notre réflexion sur la portion de la berge qui nous avait été attribuée, lors du thème « Measures », nous avons décidé pour le thème « Elements » de travailler sur l’effet produit par l’enrochement sur la berge. Pour cela, nous avons remarqué qu’un point de vue –à partir de l’enrochement même- permettait d’observer concrètement l’effet produit par ces roches. En effet, l’angle de vue à partir de ce point précis du site nous laissait la possibilité de comprendre la position des deux plages du fait d’une perspective offerte sur la berge Est, plus éloignée.


    Image Sun Oct 21 2018 19:49:15 GMT+0200 (CEST)


     Photographie de l'enrochement (angle dans l'alignement de la digue)


    Nous nous sommes alors intéressés à deux artistes du XXème siècle : R. Magritte et P. Delvaux. Ces deux artistes possèdent en effet un élément commun qui est qu’ils ont tous les deux traité à un moment dans leurs peintures la notion de « Fenêtre ouverte sur le monde » -on pense ici par exemple à « L’agent secret » de Magritte ou « La fenêtre » de Delvaux-. Ces peintures nous ont fait réfléchir sur la notion de perspective et de comment jouer avec la perception de l’observateur.


                Image Sun Oct 21 2018 19:49:15 GMT+0200 (CEST)         Image Sun Oct 21 2018 19:49:15 GMT+0200 (CEST)




    Ainsi, pour intervenir sur le site de manière à révéler cette perspective de la façon la plus pertinente, nous avons pensé à créer des cloisons pour les placer ensuite sur le site afin de réduire le champ visuel de l’observateur à un angle souhaité. Pour faire ressentir cette réduction de champ visuel tout en laissant l’observateur libre d’interagir avec la structure, nous avons pensé à une disposition spécifique des cloisons permettant, quel que soit la position de la personne, d’orienter son regard en direction de la berge à l’Est de l’enrochement.


    Image Sun Oct 28 2018 18:28:53 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Plan, coupes et détails constructifs de notre élément (échelle 1:6)


         Image Sun Oct 21 2018 19:49:15 GMT+0200 (CEST)         Image Sun Oct 21 2018 20:03:03 GMT+0200 (CEST)


    Photographies des cadres et des armatures des cloisons


    Image Sun Oct 21 2018 20:03:03 GMT+0200 (CEST)


    Photographie des cloisons (en plâtre et en bois) avec l'enrochement (en carton) àl'échelle 1:3

     

    Les cloisons sont donc placés en décalé sur notre enrochement pour ne permettre la vue que d’un côté de la berge. Les cloisons de taille inférieure servent quant à elles à contreventer les grands panneaux et renforcer l’orientation du champ visuel. Ces parois mesurent en réalité deux mètres de haut pour permettre de réaliser cet effet visuel pour la majorité des personnes venant sur le site (taille moyenne d’un Homme : 1m75).


    Image Sun Oct 21 2018 20:03:03 GMT+0200 (CEST)


    GIF Perspective créée par les cloisons


  • Les réactions du mouvement de l'eau

    Par Brosteaux Océane, Sarda Lise, 13/10/18

        Cette nouvelle phase du projet nous propose d'intégrer un élément changeant la perspective du milieu dans lequel celui-ci est implanté, ici la rive de Saint-Sulpice. Nous avons réfléchis à de nombreuses structures simples permettant de modifier l'approche humaine au niveau de la plage. Nous nous sommes orientées vers un objet mettant en valeur, tant au niveau visuel que sensoriel (par le toucher), le mouvement de l'eau et les variations du niveau du lac en fonction de temps et de la période de l'année.

                      Image Fri Oct 19 2018 18:11:33 GMT+0200 (CEST)

    Fig.1 Plan et insertion de l'élément (échelle 1:30)  

                      Image Fri Oct 19 2018 18:11:33 GMT+0200 (CEST)

    Fig.2 Coupes et insertion de l'élément (échelle 1:30)

    L'objet réalisé consiste en un banc placé dans l'eau à une profondeur d'environ 25 centimètres. Il est également protégé par une voûte de feuillage retombant jusque dans le lac, un peu en avant.

    C'est au passage d'une vague que notre élément prend vie. En effet, le courant et la force de cette vague met en mouvement des éléments mobiles entourant certains pieds du banc, et les vibrations résultantes des heurts avec les pieds se propagent jusque dans l'assise. Ainsi La variation de la puissance des vagues est sensitive. Les éléments mobiles, quant à eux, rendent compte de la différence du niveau de l'eau en fonction du temps.

                      Image Fri Oct 19 2018 18:11:33 GMT+0200 (CEST)

    Fig.3 Monge de l'élément (échelle 1:3)

                      Image Wed Oct 17 2018 13:00:58 GMT+0200 (CEST)

    Fig.4 Dessus de la maquette (échelle 1:3)

                      Image Wed Oct 17 2018 13:00:58 GMT+0200 (CEST)

    Fig.5 Carrés créant une vibration (échelle 1:3)

    Notre élément met en avant l'horizontalité du lieu par l'assise ainsi que la verticalité par les pieds fins et très élancés. Le choix du matériau nous a semblé évident; entièrement en bois, ceci renvoi à la forêt se situant à l'arrière de notre plage. La régularité de la structure dépeint un contraste que nous avons relevé, celui de la stabilité et de l'instabilité.

    Nous avons dimensionné les multiples pieds afin qu'une personne assise sur l'élément n'absorbent pas la vibration en touchant elle-même le sol. Aussi, nous n'avons pas intégré de dossier afin de laisser libre le choix de s'assoir face au lac, aux enrochements ou encore à la plage. Cela permet aussi d'expérimenter différentes postures qui changent le ressenti de la vibration.

                      Image Wed Oct 17 2018 13:00:58 GMT+0200 (CEST)

    Fig.6 Maquette sur le site de Saint-Sulpice (échelle 1:3)