• P R O T O S T R U C T U R E

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Camille Fauvel, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Guillaume-Gentil Juliette, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Züllig Lorine, 03/12/18



    Image Mon Dec 03 2018 18:28:49 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)


    Image Mon Dec 03 2018 17:09:07 GMT+0100 (CET)

    Protostructure - 1:33





  • SYMBIOSIS

    Par Pena Galiam Daniel, Vouillamoz Akim, 25/11/18


    Dans la continuité de PLANES, le but de notre GARDENS est de renforcer le lien entre nos deux projets à l'aide de la création d'un sol. Notre lien s'est déjà renforcé avec PLANES puisque nos deux projets sont déjà unis : l'escalier de l'un devient la structure porteuse de l'autre. 

    Notre GARDENS s'articule ainsi : en redonnant vie à la terre oubliée, le chemin renaîtra. 

    Le but de notre projet est de reprendre la topographie existante du terrain pour créer un escalier berge-eau. Ce projet est bénéfique pour chacun de nos deux projets puisqu'il crée un sol et accentue le propos de l'un, et il crée un moyen d'accéder à l'eau pour l'autre. De plus, cette structure étant juxtaposée entre nos deux projets, notre lien en sera renforcé et nos deux projets seront d'autant plus communiquant. D'une part, la structure porteuse mise en place pour porter la toiture permet de passer du toit d'un projet à l'intérieur de l'autre. D'autre part, l'escalier de GARDENS permet de passer de l'intérieur d'un projet à l'eau en passant par l'autre projet. 


    Image Wed Dec 05 2018 09:04:41 GMT+0100

    Détail de la relation des deux projets, maquette en bois et plâtre 1/33


    Image Wed Dec 05 2018 09:04:41 GMT+0100

    Vue d'un projet depuis l'intérieur du second projet, maquette en bois et plâtre 1/33


    Image Wed Dec 05 2018 09:04:41 GMT+0100

    Vue d'ensemble des deux projets dans leur contexte, maquette en bois et plâtre 1/33


  • ROOF

    Par Vouillamoz Akim, 25/11/18

    Qu'est ce qu'un espace ? Telle est la question qui a été à l'origine de mes recherches pour planes. Dans la continuité de 

    MESURES et ELEMENT, je me suis intéressé à la naissance d'une courbe et l'espace que cela produit. 

    La courbure possède un "centre" qui est l'endroit le plus important de celle-ci. Cette forme particulière crée un sol avec lequel on peut interagir. Dans le prolongement de cette forme, le but de ce projet a été de créer une toiture ayant la forme de cette courbure à l'aide de courbes de niveaux. Grâce à cela, un espace se crée. Avec la création d'un sol horizontal, cette toiture crée un espace qui s'accroit rapidement. En exagérant l'espace initial des courbes de niveaux, on passe d'un espace de deux mètres de hauteur à six mètres de hauteurs en seulement quelques mètres. 

    En faisant cela, mon intérêt c'est porté sur la perception de l'espace : en l'absence de murs, un espace est principalement défini par son sol si sa toiture est horizontale. En l'occurrence, ici la toiture n'est pas horizontale. L'espace utile n'est-il pourtant pas le même ?

    L'intérêt de ce toit est de changer la notion d'espace. Ici, l'intérêt même du projet n'est pas de créer un lieu d'attache ou de  repos, mais bel et bien d'obtenir un lieu d'observation du lac. Grâce à se projet, on peut remarquer l'importance de la ligne d'horizon dans la perception d'un espace. La folle hauteur de la fin de la toiture attire l’œil et rend donc l'espace plus grand. 



    Image Sun Nov 25 2018 21:35:50 GMT+0100


    Maquette 1/33, Plâtre et bois

    Cette première maquette était composée de la toiture, d'un sol et de trois structures en bois utilisées pour soutenir le toit. Il s'est avéré que la structure centrale créait en réalité deux espaces ce qui n'était pas le but de ce projet. De plus, le rapport à la protofigure et aux autres était inexistant puisque ce projet était autosuffisant. 



    Image Sun Nov 25 2018 21:35:50 GMT+0100

    Maquette 1/33, Plâtre et bois



    Image Sun Nov 25 2018 21:35:50 GMT+0100


    Maquette 1/33, Plâtre et bois

    Cette deuxième maquette répond désormais aux critères fixés avec une attache à la protostructure ainsi qu'aux autres. De plus, la structure organisée précédemment pour la première maquette n'existe plus et est reprise par les autres projets. Pourtant le résultat reste trop approximatif, la relation aux autres projets doit encore être améliorée pour que la structure puisse rester précise et ne pas perdre sa forme pour combler une imprécision dans son rapport aux autres. 


  • Coupes

    Par Balmer Victoria, Brenne Thomas, Brosteaux Océane, Cortes Zélie, Ferreira Figueiredo Tiago, Frey Saida, Haghighat Shoar Keivan, Jouanjan Alice, Major Rachel, Meier Louis, Pena Galiam Daniel, Revaz Alix, Rodriguez Lucas, Sarda Lise, Tami Kyan, Trivizas Alex, Vouillamoz Akim, Guillaume-Gentil Juliette, 30/10/18

    travail commun

    Profil de la berge du lac Léman à Saint-Sulpice en coupes en plâtre.

    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)



    Image Tue Oct 30 2018 00:25:09 GMT+0100 (CET)




  • Columns

    Par Vouillamoz Akim, 23/10/18

    ELEMENTS

    "Le chaos dans le cosmos", telle est la manière dont nous avons abordé cette nouvelle phase qu'est ELEMENTS. Ce cosmos métaphorique qui nous a été attribué, se trouve être la courbure de l'eau de la section de plage que nous avons traité tout au long de MEASURES. Cette entente entre l'eau et la berge fonctionnait de façon singulière, mais tout en étant harmonieuse. Puis, nous avons reçu les instructions concernant la deuxième phase du projet, ayant pour but d'apporter un objet perturbateur, fait de bois ou de plâtre (ou même des deux), venant ébranler la vision initiale que nous avons eu de notre site. Plus explicitement, nous avions comme but d'agencer un "chaos" dans ce "cosmos", qui viendrait mettre en exergue des questions ciblés qui nous ont occupé tout le long de ce projet. 

    Le "chaos", c'est-à-dire l'objet perturbateur que nous avons mis en place, est en réalité un ensemble d'éléments: trois colonnes. Positionnées côtes à côtes, celles-ci sont le fondement d'une colonnade qui, horizontalement à la berge, avec pour point de départ l'enrochement, seraient une manière forte d'exprimer cette courbure qui fût l'objet principal de nos recherches. 

    Pour réaliser cela tout en s'imprégnant un minimum sur cette plage, c'est à-dire limiter l'ancrage de nos colonnes dans le but de modifier le moins possible le terrain, nous avons déterminé qu'un socle à base carré ne serait point efficient. Nous avons donc dû trouver un autre moyen d'ancrer ces colonnes de manières stable, mais légère. Pour se faire, nous avons utilisé les courbes de niveau découlant de MESURES pour créer un socle en bois, représentant le sable, et nous permettant grâce à ces courbes de niveau de créer une base sur laquelle nos colonnes pourraient reposer sans terrain initiale.


                    ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_101


    Socle 1:3 représentant le sable et de présentoir à maquette


    A échelle réelle, les mesures ont également été prises à 1m de l'enrochement situé vers la courbe d'eau la plus à gauche de la berge et se prolongeant sur une distance de 4 m. Ces distances sont efficientes pour la construction de notre élément mais pourrait évidemment embrasser toute la plage pour acquérir les mesures de la totalité de la colonnade. 




            ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_201ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_202


    Monge 1:30 de MESURES avec l'ajout de notre élément


    Les colonnes à l'échelle de la maquette, c'est-à-dire 1:3, font 57cm de hauteur et ont une envergure de 10cm. Elles sont faites de plâtre et chacune d'entre elle a été coulée en trois parties différentes: le chapiteau, le fût et la base. La distance séparant les colonnes équivaut à 33.3 cm de centre à centre, mais laisse un réel espacement de 23.3cm.


    Image Sun Oct 28 2018 16:14:35 GMT+0100

    Axonométrie 1:3
     

                     ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_102


    Maquette 1:3 composée de l'union du socle et de l'élément

    Le socle était primordial dans la création de notre maquette. Le terrain dans notre problématique initiale était centrale et continue à être traité tout au long de notre projet. Le sol est tout aussi important que les colonnes dans lequel nous les avons intégrées; sans sa présence dans notre représentation graphique et de maquette nous n'aurions eu aucune compréhension du terrain sur lequel nous nous trouvions. Les mouvements du sol, son instabilité et ses variations rendent tout ce questionnement autour des colonnes nettement plus riche: Comment poser les colonnes de façon judicieuse pour les faire tenir? Comment les maintenir à la même hauteur? Comment les maintenir à un niveau d'eau qui permet de garder leur importance sur le site (sans toutefois prendre une dimension trop conséquente à l'aune du site) et ne pas les faire disparaitre?

    Les trois colonnes auraient une taille, dans la réalité, d’1m72 et un espace de centre à centre d’1m et un espacement réel de 70 cm. La taille de la colonne représente la taille d’une femme se trouvant plus ou moins dans la moyenne; cette « féminité » nous permettait d’apporter une certaine légèreté à la totalité de la structure. Ces choix de colonnes comme éléments n’ont pas étés laissé au hasard: le tronc d’arbre était un modèle par excellence pour la création des colonnes. Étant donné que cette berge se trouvait entourée par des arbres et diverses végétation, nous y trouvions du sens de faire ce parallèle. Tout comme la matière de la colonne en elle-même, en réalité, aurait été en pierre, renvoyant une fois de plus à notre site, se trouvant délimité par des enrochements de chaque côté. 



                                                                                                                                                                                              ELEMENTS_CF_guillaumegentiljuliette-vouillamozakim_103

    Notre élément posé sur le site de St-Suplice (pour des raisons techniques posées sur le sable et non dans l'eau au niveau de l'enrochement comme prévu initialement) à l'échelle 1:3

    A l'origine, nous voulions représenter des colonnes corinthiennes. Notre choix s'était porté ainsi dans l'optique de représenter la nature, la féminité, l'innovation. Mais notre choix final s'est porté sur des colonnes sans ordres. Un abus de langage pourrait déterminer celles-ci comme "classiques": un socle, un fût, un chapiteau. Cet abus de langage n'est pas de notre ressort. Nous avons voulu représenter l'idée de colonne par ces mêmes 3 éléments, rappelé l'ordre corinthien par cette aspect pseudo-féminin de par la taille et l'envergure de la colonne, mais nous n'avons en aucun cas la prétention de définir ces colonnes comme idéelles.

    De plus, le choix de ce socle et d'intégrer un chapiteau sur la colonne, ont une fonction métaphorique. Nous avons vu ces supports comme structures porteuses; des bases pour commencer l'enseignement sont nécessaires, ces structure permettraient donc de maintenir la fondation de l'acquisition des connaissances et un apprentissage structuré avec des bases solides. Ce projet est donc le début d'un voyage vers le monde idéal que Platon a jadis défini, ces colonnes étant encore dans le monde superficiel, faux, et à la fin de ce voyage nous pouvons espérer réussir à terminer ce projet et le perfectionner jusqu'à ce qu'il devienne un moyen de sublimer ce site tout en respectant tous les critères architecturaux.


    Notre projet c'est avéré être trop envahissant, une colonnade placée à cet endroit prendrait le dessus sur la plage et l'interface créé par cette union serait inégale, ces éléments deviendraient l'objet d'intérêt principal. Malgré tout, notre but premier peut tout de même être réalisé par un système de colonne. Le but principal de notre projet était de créer une ligne avec pour base l'enrochement et cela de manière parallèle à la berge. De cette manière le courbure aurait été mise en valeur par la distance entre la berge et les colonnes. Mais finalement cette ligne n'a pas besoin d'être continue. Si l'on reprend la définition d'une ligne, il s'agit d'un segment reliant 2 point ou plus sur un seul et même axe. La colonnade pourrait donc être représentée par 2 colonnes placées stratégiquement sur la même ligne que celle prévue précédemment : une à chaque extrémité de la plage. Grâce à cela, la plage reste dominante et notre problématique est mise en valeur. La contrainte d'instaurer un élément dans un espace sans pour autant prendre le dessus sur celui-ci est respectée.