• Sensation Lumineuse

    Par Ferretti Lapo, Migliano Enzo, 04/03/19


    ROOMS



    Les limites d'un espace défini se jouent de nous. Paradoxalement, elles ne se laissent pas définir facilement. La matière se détache peu à peu : il serait illusoire de prétendre ne jamais avoir eu l'impression de se trouver à l'intérieur d'un espace pourtant pas complètement séparé de l'extérieur. 

    Que signifie être à l’intérieur ? A priori, cette question semble toute simple du moment que l’on prend un espace fermé. La réflexion s’agrandit si l’on considère des potentielles ouvertures : les limites deviennent alors immatérielles. Celles-ci se créent à partir de phénomènes naturels.



            Image Mon Mar 04 2019 09:40:33 GMT+0100 (CET)                             Image Sun Mar 10 2019 22:34:26 GMT+0100 (CET)

    Pavillon de Barcelone, Exposition Internationale, Mies van der Rohe (1929), de jour et de nuit


    ''Phénomène naturel : la lumière progresse, cet espace polyédrique se dessine. Ses confins se distinguent à la vue et non au toucher. Le seuil se manifeste.''


    En effet, la lumière peut très bien faire office d’enclosure d’un espace, dans la continuité d’une paroi. Pour ce faire, il est nécessaire de créer une opposition de luminosité entre intérieur et extérieur.

    Le jour, l'espace doit être le plus sombre possible en tenant compte de la lumière naturelle du soleil.

    La nuit, il s'agit d'exprimer le parfait contraire grâce à la lumière artificielle.


    Reposant sur la forme, la matérialité des parois et la position, notre projet consiste à maximiser autant que possible la différence de luminosité entre intérieur et extérieur et, en conséquence, la sensation éprouvée en passant de l’un à l’autre. Ainsi, la limite immatérielle ''lumière'' se dessine au gré de nos expériences.




    Tester la réaction de différentes formes soumises à une source ponctuelle

    Semaine 1


    Notre concept nous oblige à rendre notre espace le plus lumineux possible pendant la nuit. On fixe que la lumière artificielle est une source ponctuelle dont la position reste à définir.


                       Image Mon Mar 04 2019 09:40:33 GMT+0100 (CET)Image Mon Mar 04 2019 09:40:33 GMT+0100 (CET)Image Mon Mar 04 2019 09:40:33 GMT+0100 (CET)

                     Maquettes intermédiaires (1:33)


    La forme cylindrique semble la mieux habile à conserver la lumière. Plus globalement, il semblerait que plus la forme s'uniformise (éviter les coins), moins la lumière s'échappe (pour une ouverture donnée).




    Implantation sur site et évolution de l'espace dans la protostructure

    Semaines 2 et 3


    En rapport avec le site, le projet se situe sur le premier étage, c'est-à-dire sur le lac. La position est définie en accord avec les autres projets.

    Dans un premier temps, les dimensions de l'ouverture évoluent en fonction de paramètres géométriques. On utilise la course solaire (en plan) et les réflexions du lac (en coupe) ayant une certaine importance, compte tenu de la proximité avec l'eau.


                                     Image Sun Mar 10 2019 23:09:01 GMT+0100 (CET)  

    Premier jet du monge contenant protostructure, site (le projet se situe sur l'eau) et projet

    (1:33)

                                                   

    La première matérialisation se crée à partir d'un test coulé (plâtre en maquette), permettant d'éviter les fuites de lumière. Un enjeu essentiel consiste à allier légèreté et unité dans le matériau.


                             Image Sun Mar 10 2019 23:09:01 GMT+0100 (CET)


                                              Image Sun Mar 10 2019 23:09:01 GMT+0100 (CET)


    Première matérialisation en assemblage de plâtre (échelle 1:33)



    Matérialité

    Semaine finale


    ''Entre intempéries et ressac, cette forme cylindrique réagit et évolue. La matière prend toute son importance.''


    Outre la fixation de la forme à un cylindre s’étendant sur deux étages, le choix du matériau de construction nécessite une recherche. La protostructure n’étant pas censée ‘’porter’’ au sens strictement statique du terme, un matériau coulé comme le béton sort de nos intérêts. 

    Le tissu le substitue parfaitement quant au concept de base. Il possède par ailleurs une flexibilité plus grande avec la lumière. L’enjeu de cette dernière semaine fut de mettre en place un dispositif permettant de fixer le rideau sur la protostructure.


                                    Image Sat Mar 23 2019 14:55:04 GMT+0100 (CET)



                               Image Sat Mar 23 2019 14:55:04 GMT+0100 (CET)


    Maquette de la ''room'' en fin de quatrième semaine (1:10)


    Le système d'accroche fut développé dans 2 directions. La première consiste à munir le plancher supérieur d'un rail caractéristique des rideaux de théâtres, le problème étant de pouvoir lui donner la forme souhaitée. Nous nous sommes donc tournés vers la solution présente en maquette. Le rideau est pincé entre deux lames de bois d'aviation fixées à leur tour sur le plancher.

    La partie inférieure possède une spécificité importante. L'aire du disque est munie d'un plancher complètement couvert contrairement à l'extérieur. L'eau peut à son tour délimiter l'espace. Il s'agit du seul endroit où l'on pourrait l'observer stagner sans pour se mouiller les pieds (plancher en relief, coupe 1:10 sur monge).




                              Image Sun Mar 24 2019 19:36:04 GMT+0100 (CET) 

                

    Dessin en monge, dernière version, avec détails (1:33 / 1:10)



                                                             Image Sun Mar 24 2019 19:36:04 GMT+0100 (CET)


    Axonométrie projet et protostructure (1:33)

    Détail accroche lumière artificielle (1:10)



    Enzo e Lapo, 18 Marzo 2019 

  • Scaffolding - Grandgirard / Fauvel

    Par Guisan Solène, Migliano Enzo, Bugmann Nora, Pham Piet, Reichel Federico, Abrosino Jaoro, Béné Solène, Bürki Arthur, Croset Pénélope, Descloux Dimitri, Ferretti Lapo, Hansen Antoine, Kaba Julie, Kastl Vincent, Martin Lily, Rieux Camille, Romash Michael, Shade Alina, Tamm Nils, 18/12/18



    Scaffolding

    Image Wed Dec 19 2018 14:26:44 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 14:26:44 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 14:26:44 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 15:44:27 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 16:50:27 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 15:44:27 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 16:50:27 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 17:45:40 GMT+0100 (CET)

    Image Wed Dec 19 2018 16:50:27 GMT+0100 (CET)







    Image Wed Dec 19 2018 17:21:44 GMT+0100 (CET)





    Image Wed Dec 19 2018 18:20:38 GMT+0100 (CET)

     Image Wed Dec 19 2018 18:20:38 GMT+0100 (CET)Image Wed Dec 19 2018 18:20:38 GMT+0100 (CET)  

                                                             

                                                         Image Thu Dec 20 2018 09:26:51 GMT+0100 (CET)


                                                        Image Thu Dec 20 2018 09:26:51 GMT+0100 (CET)


                                              Image Thu Dec 20 2018 09:55:24 GMT+0100 (CET)





    Mise en page, archivage et trame par Piet Pham, Solène Guisan et Enzo Migliano.

    Photos et retouches par Louis Meier et Lise Sarda.

    Rédaction et trame par Federico Reichel, Nora Bugmann et Victoria Balmer.

  • PROTOFIGURE

    Par Abrosino Jaoro, Aliaga José, Béné Solène, Bugmann Nora, Bürki Arthur, Croset Pénélope, Descloux Dimitri, Ferretti Lapo, Guisan Solène, Hansen Antoine, Kaba Julie, Kastl Vincent, Martin Lily, Migliano Enzo, Pham Piet, Reichel Federico, Rieux Camille, Romash Michael, Shade Alina, Stéphane Grandgirard, Tamm Nils, 04/12/18



    Image Tue Dec 04 2018 17:53:36 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Dec 04 2018 17:53:36 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Dec 04 2018 17:53:36 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Dec 04 2018 17:53:36 GMT+0100 (CET)





    Image Tue Dec 04 2018 17:53:36 GMT+0100 (CET)


    - Photos prises par Louis Meier/Studio Fauvel - 


  • SOUCHES ET ANCRAGE - CONSIDÉRER LE LAVIAU

    Par Descloux Dimitri, Migliano Enzo, 02/12/18


    GARDENS


    A première vue, cette phase de clôture du semestre nous sembla plutôt vague. Dans le cadre de notre studio, Gardens dût être pris comme une réouverture, une remise en question de la phase Planes, en profitant de ceci pour quitter l'abstraction de la protostructure et reprendre en compte les contraintes réelles du site du Laviau.

    La première chose qui nous vint à l'esprit fut qu'il serait intéressant d'exploiter leur position sur la protostructure, c'est-à-dire pratiquement l'un à côté de l'autre. De plus, la zone interstitielle semblait constituer une ouverture dans le sens où on pouvait y intégrer les concepts sur lesquelles nous avions travaillé antérieurement; il s'agissait du sifflement créé par le vent (Dimitri) et le déséquilibre face à un plan incliné (Enzo). Ces derniers nous firent penser à la sensation que l'on peut éprouver lorsqu'on se trouve au bord d'une falaise.

    Chacun intégra son Plane sur son dessin (de cette même phase) puis réadapta sa postion dans l'espace dans le but d'y intégrer l'accouplement des deux concepts. Ceci permit de potentiellement découvrir d'autres liens qui découlent sur des phénomènes intéressants dans cette nouvelle zone.





    Image Fri Dec 07 2018 16:44:46 GMT+0100 (CET)


                  Image Sat Dec 08 2018 17:34:22 GMT+0100 (CET)



    La phase Gardens consista, dans un deuxième aspect, à recontextualiser nos projets sur le Laviau.

    En observant les phases antérieures, la matérialisation de cela sembla assez instinctive. Nous étions dans des binômes différents; cependant nous avions tous deux travaillé avec un système d'ancrage sur des souches d'arbres du site.

    L'idée consista par conséquent à recréer une protostructure directement sur des souches, afin d'y implanter nos Planes. Les maquettes et les dessins sont à l'échelle 1:3.





                   Image Sun Dec 02 2018 18:36:01 GMT+0100 (CET)   


                          Image Sun Dec 02 2018 18:36:01 GMT+0100 (CET)     


    Maquette au 1:3 d'un détail choisi de l'ancrage




    Image Fri Dec 07 2018 16:44:46 GMT+0100 (CET)


    Monge échelle 1:3 : Détail constructif de l'ancrage sur la souche




  • RESEARCH MOMENT

    Par Migliano Enzo, 19/11/18

    PLANES

    La phase de recherche consista à exploiter un maximum de paramètres spatiaux en rapport avec le plan incliné. Ma volonté fut d'utiliser l'inclinaison pour créer un déséquilibre maximal d'un potentiel observateur placé du côté aigu et voulant se déplacer vers le côté obtus.

    Pour ce faire, je fixai dans un premier temps deux paramètres : la forme géométrique de la plate-forme, un carré, puis l'inclinaison à 65° (en continuité de Measures).

    Toute mon investigation consista à tester les différentes dimensions et positions selon deux aspects distincts qui sont la recherche sur le déséquilibre, elle-même couplée à la problématique de l'ancrage sur la protofigure. Les contraintes induites par ces derniers devaient être croisés pour obtenir le meilleur calibrage possible.

    On peut donc considérer que ma recherche est un tâtonnement effectué au travers de mon dessin et de plusieurs maquettes intermédiaires.




                Image Wed Nov 28 2018 17:45:52 GMT+0100 (CET)


                 Image Sat Dec 08 2018 17:24:22 GMT+0100 (CET)



    Monge, dessin en perspective et axonométrie (échelle 1:33) première et seconde version

             

                                          Image Wed Nov 28 2018 17:45:52 GMT+0100 (CET)


    Maquette placée sur le plan du dessin précédent



    1ER ASPECT : LE DÉSÉQUILIBRE


    Il m'est important d'illustrer ce que j'entends par le terme déséquilibre. Mon but réel fut de déséquilibrer le personnage (placé du côté aigu) dans son déplacement vers l'autre côté du plan. Le plan, couplé à la notion de limite de la plate-forme (et donc de vide) permit entre autre cela.

    Les deux images suivantes montrent la ''dernière'' version de la maquette issue de la recherche.


                                                                         Image Mon Nov 19 2018 22:39:42 GMT+0100 (CET)      

    Prise de vue du côté aigu, aux alentours de l'observateur n°5 sur la perspective
                         




                                               Image Mon Nov 19 2018 22:39:42 GMT+0100 (CET) 

                        Élévation du dispositif



    2ÈME ASPECT : ANCRAGE


    Voulant jouer sur la notion de vide aux limites de la plate-forme, il m'était important de placer le dispositif à une certaine hauteur. Comme sur les suivantes photos, je me sers de l'axe du Bornan à hauteur du noeud en y imbriquant le plan horizontal, tirant profit du frottement pour que la structure tienne, dans un premier temps, sans étayage (photo ci-dessous). 



                                                 Image Tue Nov 20 2018 07:52:04 GMT+0100 (CET)

                                    Principe d'ancrage


    Par la suite, il fut nécessaire d'employer d'autres moyens de rigidification pour contrebalancer le poids du plan incliné et de modifier quelque peu les dimensions, limitant ainsi le poids.