• G R O U N D [ UNE FONDATION PIVOTANTE ]

    Par DI NOCERA Emmanuel, 19/12/18

    S'adapter au sol ou adapter le sol? Que ce soit au Laviau ou à Evian, on est confronté à un sol organique, irrégulier et changeant. La pente a été le fil conducteur de notre projet pour SCAFFOLDING. Suite à une visite du terrain, nous avons développé trois types de fondations accommodées pour la terre, le sable et le bitume.


    Image Wed Dec 19 2018 12:12:08 GMT+0100 (CET)

    Trois types de fondations (de gauche à droite) pour bitume, terre et sable


    Image Wed Dec 19 2018 12:12:08 GMT+0100 (CET)

    Fondation pour terre et sable, 1:1 (Bois, vis, boulons)


    Image Wed Dec 19 2018 12:12:08 GMT+0100 (CET)

    Fondation pour sable, test, 1:1 (Bois, vis, boulons), la présence des pieux latéraux s'est avérée inutile. Seulement deux des trois premières fondations sont donc utiles.



    Ces fondations ont en commun la  présence d’un pivot qui leur permet d'épouser la pente du sol. Cependant l’axe du pivot n’agit que dans une direction… L’idée d’un système de rotule à été envisagé afin de permettre une adaptation à la pente dans toutes les directions, mais la conception, ainsi que la fabrication, ont été trop compliquées pour parvenir un résultat convaincant. Nous avons donc adapté notre système à une protostructure avec des piliers en "S" qui permettent de diriger notre poteau dans deux axes orthogonaux.




    L'idée est de glisser le poteau de la fondation dans un pillier vertical de la protostructure jusqu'au sol et d'y fixer à ce moment le pivot qui lui fournira une surface d'appui. Ainsi, on va chercher le sol depuis la protostructure et on évite une multitude de mesures intermédiaires. La fondation est donc adaptée à toute topographie.


    Image Wed Dec 19 2018 12:12:08 GMT+0100 (CET)

    Poteau planté dans la terre, avec le pivot reprenant la pente du sol


    L’enjeu environnemental a été toutefois pris en compte. Ainsi, plutôt que de creuser, on plante peu profondément le pilier prolongé d'une pointe dans le sol meuble et en pente afin d'éviter un glissement éventuel.



    Image Wed Dec 19 2018 12:12:08 GMT+0100 (CET)

    Poteau posé sur le sable


    Image Wed Dec 19 2018 15:52:28 GMT+0100 (CET)Image Wed Dec 19 2018 15:52:28 GMT+0100 (CET)

    Axonométrie 1:5, 1:10, zoom 1:1

    work in progress 


    Image Wed Dec 19 2018 15:52:28 GMT+0100 (CET)

    Pied sable plan, coupe 1:1


    Image Wed Dec 19 2018 15:52:28 GMT+0100 (CET)

    pieds terre 2 variantes


    Image Wed Dec 19 2018 12:12:08 GMT+0100 (CET)


    pied béton plan, coupe, élévation

  • PLANES

    Par DI NOCERA Emmanuel, 03/12/18









    Image Sat Dec 08 2018 17:28:14 GMT+0100 (CET)
    Image Sat Dec 08 2018 17:28:14 GMT+0100 (CET)



    DESSIN PLANES  1:33




    Image Mon Dec 03 2018 00:38:14 GMT+0100 (CET)


    MAQUETTE - détail constructif




    Image Mon Dec 03 2018 00:38:14 GMT+0100 (CET)


    MAQUETTE - détail constructif




    Image Tue Dec 18 2018 16:25:26 GMT+0100 (CET)


    MAQUETTE - vue de face




    Image Tue Dec 18 2018 16:25:26 GMT+0100 (CET)


    MAQUETTE - vue oblique




    Image Mon Dec 03 2018 00:38:14 GMT+0100 (CET)



    MAQUETTE - vue de dessus 


  • GARDENS

    Par BENKLEY Emily, DI NOCERA Emmanuel, 03/12/18

    Image Sun Dec 02 2018 23:55:25 GMT+0100 (CET)  Image Mon Dec 03 2018 00:08:54 GMT+0100 (CET)

    MAQUETTES PLANES 1:33


    Image Sun Dec 02 2018 23:55:25 GMT+0100 (CET)Image Sun Dec 02 2018 23:55:25 GMT+0100 (CET)Image Mon Dec 03 2018 00:08:54 GMT+0100 (CET)Image Mon Dec 03 2018 00:08:54 GMT+0100 (CET)


     DESSINS PLANES -WORK IN PROGRESS- 1: 33




        Image Sat Dec 08 2018 19:05:16 GMT+0100 (CET)Image Sat Dec 08 2018 19:05:16 GMT+0100 (CET)



    DESSIN: PLAN, COUPES, AXOS, DETAIL




  • HISTOIRE PLANES

    Par DI NOCERA Emmanuel, 02/12/18

    Hervé, 40 ans, passionné de marche, habite Morges chemin de Rosemont, un quartier bruyant.  Chaque année au printemps, dès qu’il fait de nouveau beau, il sort faire une balade le long du lac.

    Il part le matin de chez lui en direction de Lausanne pour une marche de 13 km qu’il devrait parcourir en 3h.

    Il commence à avoir faim.

    Le marcheur continue 1h : il est bientôt midi quand il arrive vers une zone boisée où coule une rivière - la Venoge. 

    La bise modérée le pousse à continuer son chemin.

    À l’affut d’un lieu à l’abri de ce vent désagréable, l’homme tombe sur une structure avec 3 plans horizontaux en cascade, chacun comme scindés en deux par une brèche.

    Cette dépression longitudinale l’intrigue. 

    Il grimpe sur le premier plan grâce à la souche d’arbre qui fait office de seuil. 

    De là, il remarque que cette sorte de bisse, liée à un écoulement d’eau de pluie, est tapissé de sédiments, de mousse et de champignons. Cette brèche se répète sur les 3 niveaux ce qui lui donne une continuité. 

    Il escalade ensuite les 2 plans qui sont accessibles. 

    Au sommet du 3e, Hervé se retourne en direction de la Venoge. 

    L’homme veut manger, il enjambe la brèche puis s’appuie contre un plan vertical en bois. Là où il s’assoit le terrain est légèrement en pente comme pour amener l’eau en direction de la brèche. 

    Après avoir mangé tranquillement et rangé ses affaires, il redescend et continue sa balade en se demandant si la structure en bois allait peu à peu faire partie intégrante du paysage et disparaître, ne faire plus qu’une avec l’environnement naturel… Aujourd’hui cet espace existe, de part sa matérialité construite.  Est-ce la définition d’un espace éphémère?  A partir de quand de cet espace, il ne restera qu’une trace…?

  • REFERENCE

    Par DI NOCERA Emmanuel, 02/12/18



    Image Sun Dec 02 2018 20:11:45 GMT+0100 (CET)

     REFERENCE: bisse du valais