ELEMENTS - Empreinte sur le site de la Venoge

Par DE ABREU GUILHEIROS Cecilia, GUO Anli, 10/10/18

ENVIRONNEMENT

Nous nous sommes penchées sur un morceau de terrain avec un dénivelé faible mais qui malgré tout semblait être un défi pour la fourmi trouvée sur place. Pendant notre excavation, nous avons trouvé une diversité d’insectes tels que des fourmis, des cloportes etc.

LES SONS

Les bruits du plastique, du plâtre lorsque nous le mélangions avec de l’eau, ainsi que nos courtes discussions étaient présents. Les cailloux, qui dévalaient la pente lorsque nous creusions ainsi que la terre qui glissait tel un petit glissement de terrain, étaient susceptible d’effrayer tout minuscule animal vivant sur place.

LE MOULE

Nous avons creusé le sol à l’aide d’une branche d’arbre tombée à terre. La terre nous a semblé difficile à creuser. Il y avait des pierres ancrées dans le sol de façon à empêcher ou du moins à rendre d’autant plus complexe l’excavation. Néanmoins, la texture de la terre nous a paru plus poussiéreuse et la structure du sol était donc plus déstructurante. Après avoir creusé un trou de 5 [cm] de profondeur, nous avons pris soin de protéger le site avec du plastique afin d’éviter que l’on repère notre passage par la suite. Puis nous avons préparé le plâtre Edelweiss afin de pouvoir le couler.                                                       

L’EMPREINTE

L’empreinte révèle la présence de tunnels ainsi que celle de racines. La terre sur notre empreinte nous confirme le fait qu’elle soit déstructurée. Elle témoigne aussi de la délicate pente de la zone. La visualisation du terrain est simplifiée.