• Working Progress

    Par STEPCZYNSKI Arthur, 17/11/18

    Un plan horizontal part d'un niveau horizontal en haut d'un talus à l'ouest pour rejoindre et surplomber la Venoge à l'est. Grâce à ceci, au bout de ce plan créé, on peut bénéficier d'une vue dominante sur l'ensemble de la rivière. Il est impossible d'avoir d'une telle vue en haut du talus, car la végétation, comme un mur, empêche d'avoir une vision claire de la rivière et de son espace.


    Le plan horizontal fait donc le lien entre 2 espaces extérieurs, univers, coupés par un espace intérieur dense créé par les arbres qui viennent transpercer le plan horizontal par leur tronc, et qui forme une toiture avec leur feuillage. On parle d'une relation intérieur-extérieur (ou plus précisément d'une relation extérieur-intérieur-extérieur).


    Depuis l'extérieur, lorsqu'on longe la Venoge, le PLANES ressemble à un gros bloc massif bloquant le passage aux passants. Lorsqu'on y entre, on découvre un bloc évidé où le plan horizontal devient une toiture et, de part son système de lattage, filtre la lumière pour cet espace intérieur. Clos par 2 plans verticaux, on peut profiter d'un espace habitable qui offre un temps d'arrêt pour les passants qui utilisent le chemin au bord de la Venoge.


    Le plan horizontal constitue donc à la fois en un sol qui permet la vue aérienne de la Venoge, et d'un toit pour l'espace inférieur. Il permet aussi de mieux comprendre "l'architecture" environnante de la Venoge et des différents atmosphères et espaces qui s'y trouvent. Pour GARDENS, on pourrait imaginer sculpter, travailler, le terrain de l'espace intérieur inférieur pour optimiser le confort que cet espace pourrait offrir à l'Homme.