• Ground, fondation pour protostructure sur l’eau

    Par DEVAUD Angélique, HOSENEDER Phil, 19/12/18


                                                          Image Wed Dec 19 2018 18:18:46 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)                                                        Flotteur dans l'eau, 1:1, surface triangulaire 1mx1mx1m.


    Pour notre projet nous avons créé une surface flottante triangulaire, avec des bouteilles en PET en guise de bouée. Cette forme et cette méthode ont été déterminées après une série de tests-maquettes à l’échelle 1:10. Le flotteur est triangulaire pour une question de stabilité et de meilleur adaptation aux vagues. Le ground est percé en son centre pour accueillir le W de la protostructure, qui traversent la surface et s’enfonce dans l’eau d’environ 50 cm pour plus de stabilité. Les triangles sont reliés par des câbles et créent un réseau de flotteurs. Utiliser des bouteilles comme bouée est un moyen simple et économique. De plus, c'est une manière relativement simple pour donner une deuxième vie aux bouteilles échouées sur la plage.



    Image Wed Dec 19 2018 18:18:46 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Flotteur et protostructure W.


                                                        Image Wed Dec 19 2018 18:18:46 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)                                                      Triangle flotteur percé en W (protostructure), bouteille-bouée. 


    Image Wed Dec 19 2018 18:18:46 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Flotteur sans W, dans le lac Léman.


  • Mardi 18, Tests sur le lac

    Par LAFRASSE Juliette, DEVAUD Angélique, HOSENEDER Phil, 18/12/18

    Septième journée

    Après avoir construit deux différents types de flotteurs, nous sommes allés directement sur le lac pour tester la réaction de ces plateformes flottantes avec le milieu à l'échelle 1:1. Afin d'améliorer leur flottabilité, nous avons enfermé sous le flotteur des bouteilles en pet remplies d'air. D'un coté c'est une solution efficace et pratique, et de l'autre cela permettrait de donner une "deuxième vie" aux milliers de bouteilles jetées chaque jour. 



       Image Tue Dec 18 2018 21:34:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)    Image Tue Dec 18 2018 21:34:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)    Image Tue Dec 18 2018 21:34:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Nous voulions aussi tester un système sans plateformes flottantes, mais dans lequel le poteau serait inséré dans une fondation en bois sous l'eau. Le bois, autour, lui permettrait de "mieux" flotter, mais la fondation serait liée au sol par un poids (idéalement un bloc de béton, mais pour les tests nous avons utilisé un rocher), ce qui maintiendrait le poteau vertical. 


                       Image Tue Dec 18 2018 22:27:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Tue Dec 18 2018 22:27:51 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Dans la réalité, le poteau vient se glisser à l'intérieur de la fondation, on peut varier la hauteur du poteau grâce à ce système d’échelons, et ainsi permettre à tout les poteaux de se trouver à la même hauteur. Cette fondation serait reliée au sol par une ancre. En revanche, le bois, moins dense que l'eau, voudrait remonter et stabiliserait donc le poteau. 






     

  • GARDENS

    Par BLANC Pauline, DEVAUD Angélique, 03/12/18

    Lors de sa promenade sur la rive droite de la Venoge, le promeneur va être confronté à un gardens avec deux jardins: une zone de contrainte et une zone libre, toutes deux accompagnées par de la végétation. L’accès aux gardens se fait par la confrontation entre le promeneur et un planes, liant la dualité entre deux espaces et contraignant le marcheur à se hisser sur une surface horizontal, ou à passer dessous. Ensuite, la végétation le guide rectilignement jusqu’à un deuxième planes, d’où il aperçoit, à travers des lamelles de bois, le deuxième jardin. Pour l’atteindre, il doit contourner le plan horizontal de béton. Son regard s’arrête entre deux planes verticaux, définis par les dimensions d’un plan cinématographique. Il peut interagir avec cette scène, y entrer, ou continuer son chemin, pour finalement être guidé au jardin libre. Celui-ci est délimité par les ombres produites par le planes qu’il vient de franchir. Deux zones se distinguent grâce aux différences de végétations et, au cours de la journée, les ombres produites par le deuxième planes viennent diviser ce jardin en deux: le jardin du matin et celui de l’après-midi.

    Sous terre, du béton à été coulé à différents niveaux pour diriger la poussée de la végétation et ainsi définir les différents espaces du gardens.



    Image Mon Dec 03 2018 08:41:02 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





  • Planes: Dualité

    Par DEVAUD Angélique, 19/11/18


    Image Sun Dec 02 2018 22:51:33 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    1:33, maquette de planes, plane horizontal (22x15), plan vertical (17.7x15) sur l'axe xyz.



    Le noeud xyz est implanté sur les rives de la Venoge.


    Le long de cette promenade en milieu sauvage, non urbanisée et éloignée des constructions humaines, le promeneur est confronté à deux planes qui se dressent face à lui: un plan horizontal, qui se trouve à hauteur d’oeil, et qui est relié à un plan vertical. Ils décomposent l’espace en deux, déterminant une limite physique et visuelle, ce qui crée une dualité entre ces deux superficies. 

    Sur le dessus, un plan libre s’ouvre sur l’environnement sans cadre liminal vertical. Seul la superficie horizontal délimite l’espace pour créer une zone lumineuse et ouverte, mais difficile d’accès de par sa hauteur. En dessous, les planes verticales et horizontales créent un interstice plus exigu et sombre, où la hauteurs est réduite. 

    La rencontre entre le promeneur et les planes se fait d’abord visuellement, puis physiquement. Il ne peut y échapper, ni les contourner. Pour poursuivre la promenade, il lui faut inévitablement interagir avec. Le promeneur doit choisir quel espace il préfère emprunter afin de continuer son parcours.

    Entre ces deux mondes, le mouvement est mis à l’épreuve par l’architecture de ces espaces, tant physiquement que sensoriellement. Les zones peuvent être perçues comme une continuité du passage, une simple traverse ou alors, elles peuvent peuvent devenir des lieux d’abstraction où le promeneur s’arrêtera un certain temps pour y vivre une expérience.



    Image Sun Dec 02 2018 23:05:49 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    1.33, premier plâtre du plane horizontal, noeud fait avec du savon.


    Image Sun Dec 02 2018 23:03:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sun Dec 02 2018 23:09:24 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    1.33, moule et plâtre test du plane horizontal.



    Image Sun Dec 02 2018 23:22:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)                                                                                                                     1.33, plan en contexte et axonométrie des planes.



    Image Sun Dec 02 2018 23:03:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    1.33, maquette sur l'axe xyz.





  • MEASURES - moulage topographique sur strucutre en bois

    Par DEVAUD Angélique, GIL Liran, 22/10/18

                    Image Mon Oct 22 2018 02:25:00 GMT+0200

                    Image Mon Oct 22 2018 02:25:00 GMT+0200


    Moulage topographique d'un tronçon de la rive de la Venoge.

    Échelle horizontale : 1:300

    Échelle verticale : 1:100