• Traversée d'Evian à Saint-Sulpice au travers d'une fenêtre

    Par BAUMANN Stan, GIL Liran, 18/12/18

    Premières tentatives de compréhension et d'élaboration d'une protofigure...

      131218_Nanterbro_Scaffolding_Protofigure1_101  131218_Nanterbro_Scaffolding_Protofigure1_102


      131218_Nanterbro_Scaffolding_Protofigure1_105     131218_Nanterbro_Scaffolding_Protofigure1_104



    Si de toutes ces propositions apparait un réel problème d'échelle, il demeure toutefois un élément transcendant : l'axe Evian/Saint-Sulpice, incliné de 19° vers la gauche par rapport au Nord.

    Suite à un recadrement sur le site du pavillon Jean Prouvé à Evian et à l'utilisation d'échelles plus proches du constructible, un second axe a été établi : la longueur du pavillon, coïncidant, selon nos cartes, parfaitement avec l'axe Est/Ouest.


       131218_Nanterbro_Scaffolding_Protofigure1_110    171218_Nanterbro_Scaffolding_Protofigure1_107

    Ainsi, à partir de deux axes, de leurs déclinaisons en de nombreuses parallèles et de leurs intersections, un tracé avec une multitude de points se dessine.

    Reste encore à déterminer les dimensions de ce tracé. Pour poursuivre dans l'échelle du construit, tout en considérant le site choisi, où la composante principale est évidemment le pavillon, nous avons choisi d'utiliser les dimensions de ce dernier pour élaborer notre tracé.



                  Image Wed Dec 19 2018 18:46:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    De toutes les dimensions du pavillon, c'est la largeur des ouvertures donnant sur le lac qui a été privilégiée. Par conséquent, un rectangle de 2 mètres (largeur d'une fenêtre) par 4.80 mètres, dont la diagonale coïncide avec l'axe Evian/Saint-Sulpice, constitue le module de base de la protofigure, qui répété de nombreuses fois définit un quadrillage propice à la réalisation d'une protostructure. Ainsi, en regardant par les fenêtres du pavillon, la protofigure nous guide vers Saint-Sulpice.


                   Image Wed Dec 19 2018 18:46:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    (Les scans de l'axonométrie, du plan ainsi que des deux coupes sont tirés de : GRAF Franz & MARINO Giulia, LA BUVETTE D'ÉVIAN, 2018)


    PROTOFIGURE | NANTERBRO | GROUPE I

    BAUMANN Stan - GIL Liran - FOLLONIER Romain - PALOMINOS BAALI Barbara - KOZEL Yann


  • Révélations et déplacement de terre

    Par GIL Liran, LAFRASSE Juliette, 10/12/18

    En observant l'emplacement de nos deux projets PLANES, nous nous sommes rendus compte qu'il existaient entre eux un espace vide. Du moins, à première vue. En effet, sous terre, se trouvaient les poutres de bois qui constituaient nos nœuds, qui eux même allaient définir le tracé de notre jardin. Notre idée principale était donc, de révéler ces poutres, comme on choisirait de révéler les fondations d'un bâtiment afin d'obtenir un espace clos.

    Il nous fallait d'abord creuser le sol suffisamment, afin d'atteindre ces éléments de bois. À certains endroits ensuite, nous avons déplacés la terre présente pour troubler l'attention du passager, et créer une certaine relation entre les vides, comblés par les pleins de terre.


                                                              PLANES_FN_lirangil_202 + PLANES_FN_juliettelafrasse_201


    PLANES : PLANS 1:33



    PLANES_FN_lirangil_201 + PLANES_FN_juliettelafrasse_203


    PLANES : AXONOMÉTRIES 1:33



    GARDENS_FN_lirangil-juliettelafrasse_203


    GARDENS : PLANS 1:33



    Image Sun Dec 09 2018 23:45:06 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    GARDENS: AXONOMÉTRIE 1:33


  • Coupure solaire

    Par GIL Liran, 03/12/18




                      PLANES_FN_liangil_104

    PLÂTRE, BOIS ET PEINTURE; 1:33


    Entre la rive et la forêt, un ensemble bétonné entièrement dans l’ombre barre le chemin longeant la Venoge du Nord-est au Sud-est. Pour quelle raison une telle masse monolithique a été placée ici ? Quel lien peut-elle bien entretenir avec le lieu initial, où passait alors un chemin ?
    Il ne semble pas que ces surfaces orthogonales soient disposées de la sorte par hasard: les rayons solaires entrent en relation avec l’assemblage d’éléments verticaux et horizontaux en retraçant parfaitement leurs contours. Au centre du plus massif plan vertical, une longue mais fine ouverture créé un autre lien : son emplacement et ses dimensions interceptent certains rayons lumineux pour en laisser passer d’autres. Ainsi, le second élément vertical, si fin qu’il tend entre le matériel et l’immatériel, reçoit une lumière bien précise faisant de ce dernier un élément de la composition spatiale, un outil de mesure et, de par sa composition, un écran lumineux au milieu de la zone ombragée.


     PLANES_FN_lirangil_202         PLANES_FN_lirangil_201


                        PLAN 1:33                                        AXONOMÉTRIE 1:33




                      Image Mon Dec 03 2018 01:07:42 GMT+0100 (W. Europe Standard Time)

    ÉCRAN LUMINEUX, PLÂTRE ET BOIS; 1:33



  • MEASURES - moulage topographique sur strucutre en bois

    Par DEVAUD Angélique, GIL Liran, 22/10/18

                    Image Mon Oct 22 2018 02:25:00 GMT+0200

                    Image Mon Oct 22 2018 02:25:00 GMT+0200


    Moulage topographique d'un tronçon de la rive de la Venoge.

    Échelle horizontale : 1:300

    Échelle verticale : 1:100


  • ELEMENTS - Moulage sur une souche

    Par DEVAUD Angélique, GIL Liran, 22/10/18
                      Image Mon Oct 22 2018 02:16:21 GMT+0200
                      Image Mon Oct 22 2018 02:19:52 GMT+0200                
                      Image Mon Oct 22 2018 02:19:52 GMT+0200

                      Image Mon Oct 22 2018 02:23:53 GMT+0200

    Enracinement d'un élément en plâtre sur une souche. 

    Échelle 1:3