• Transformation

    Par TURBÉ Grégoire, 18/11/18



     Il est logique d'affirmer qu'un plan vertical obstrue la vision de celui qui se trouve devant.

    Comment peut-on remédier à cela ? La solution qui nous vient naturellement à l'esprit est de faire une ouverture dans ce plan, or cela pose une nouvelle question : si l'on pratique une ouverture dans un plan vertical, la matière qui a été retirée pour faire cette ouverture constitue-t-elle un nouveau plan ?   C'est cette question qui a constitué le fil conducteur de mon projet.

    Ici, les deux plans verticaux que l'on peut observer sur la photo 1 sont segmentés en 3 parties égales, puis assemblés pour constituer un plan horizontal.

    La question que pose la configuration 2 est la suivante : lorsqu'on coupe dans un plan, le résultat est-il un nouveau plan ? Ou avons-nous transformé cet élément en quelque chose qui rompt avec sa nature d'origine ?  

    Les deux plans verticaux dont il est question précédemment  se transforment donc en un ensemble de 4 éléments ( plans ? ) verticaux avec un plan horizontal placé au dessus- de ceux-ci. On peut penser la configuration 2 comme un pavillon qui au lieu de n'offrir qu'un angle de vue comme la configuration 1, en proposerait plusieurs. Le regard n'est plus aussi orienté que dans la configuration 1 et les visiteurs sont libres de découvrir l'environnement qui les entoure sous plusieurs angles de vues.

       Perspective 1:33 

    Plan, élévation, perspective 1:33




    Image Mon Nov 19 2018 14:12:43 GMT+0100 (CET)


    Configuration 1 



    Image Mon Nov 19 2018 14:12:43 GMT+0100 (CET)


    Configuration 2 


    Image Mon Nov 19 2018 14:35:29 GMT+0100 (CET)





  • ELEMENT GREGOIRE&ISAAC

    Par MONNIN Isaac, TURBÉ Grégoire, 25/10/18


    Au commencement il n'y avait rien, le vide aérien, un trou arraché à ce tronc arraché à cette forêt. Puis, le plâtre à coulé et le vide est devenu plein. Le liquide visqueux s'est couché sur le bois l'écrasant et l'étouffant. L'empreinte était née!


    Image Wed Oct 24 2018 22:01:04 GMT+0200


    Image Wed Oct 24 2018 22:01:04 GMT+0200


    De là commence la reflexion qui nous ammène à concevoir ce moule "coffrage" qui se plie en réaction au platre que l'on y coule. Le plâtre y a été coulé couche par couche. Notre ELEMENT est une pièce de platre courbée sur sa face inférieure, à peu près plate sur le dessus, de 8cm de large et 112cm de long avec une épaisseur maximum au centre de la courbe d'environ 8cm. 


    Image Wed Oct 24 2018 22:01:04 GMT+0200


    Image Wed Oct 24 2018 22:01:04 GMT+0200


    Image Wed Oct 24 2018 22:01:04 GMT+0200


    Image Wed Oct 24 2018 22:01:04 GMT+0200









  • MEASURES STUDIO FINAL

    Par ABDELHADY Malak, BAUMANN Stan, BLANC Pauline, CHALARON Anouk, COTTIER Eissa, DEVAUD Angélique, DUCHASTELDEMONTROUGE Victor, François Nantermod, GIL Liran, HAUSEL Anna, HOSENEDER Phil, LAFRASSE Juliette, LERJEN Mike, MICALE Ilaria, MONNIN Isaac, PETERSEN Sara, SCHMIDHAUSLER Valentin, SILVA Frederico, TURBÉ Grégoire, 21/10/18


    Image Sun Oct 21 2018 18:05:56 GMT+0200 (CEST)




    Image Sun Oct 21 2018 18:05:56 GMT+0200 (CEST)




    Image Sun Oct 21 2018 18:05:56 GMT+0200 (CEST)




    Image Sun Oct 21 2018 18:05:56 GMT+0200 (CEST)


    week 5, day 7 it is still working!


  • Empreinte Venoge

    Par MONNIN Isaac, TURBÉ Grégoire, 08/10/18

    Ce plâtre a été coulé à l’intérieur d’un creux dans un vieux tronc couché au bord du sentier.

    Le bois de ce tronc était dans un état de décomposition avancée et sa texture ne rappelait guère plus celle du tronc robuste qu’il avait dû être. Ses fibres tout juste liées les unes aux autres par quelques restes de cellulose s’effritaient facilement entre les doigts.

    Le résultat de notre moulage est un plâtre de forme vaguement rectangulaire d’environ 34 cm par 7. La texture du plâtre est très irrégulière, bosselée et craquelée par endroits. A gauche de l’empreinte, sur environ deux-tiers de sa longueur, la surface est recouverte d’une fine couche d’aubier pourri arrachée à l’intérieur du tronc témoignant de la forte adherence entre le moule et le moulage. Il est difficile de dire où fini le plâtre et où commence le bois. Sur cette couche fibreuse repose par endroits quelques traces d’une substance grise ressemblant fortement à de la moisissure. Cela était prévisible vu l’état de dégradation du bois. Le tronc couché au sol depuis longtemps s’était finement recouvert de terre, que l’on retrouve par touche sur le platre.

    Sur le dernier tiers, la surface du plâtre n’est plus recouverte de bois et le plâtre est visible à travers une couche terreuse, souvenir d’un colmatage en terre humide qu’il nous a été nécessaire d’effectuer pour ce moulage. Enfin notre empreinte se pare de quelques feuilles mortes hasardément présentes.

    Une fissure sur toute la largeur du plâtre, trace du démoulage, est visible au deux-tiers de celui-ci. Le plâtre s’était infiltré dans le tronc par les nombreux trous et interstices dû à l’état de celui-ci et à sa porosité, s’y était frayé une place avec force, pressant écrasant et étouffant le bois, résultant en une forte adhérence de l’un avec l’autre, entrainant une fissure sur le plâtre et un arrachement du bois lors du démoulage.

    N.B Nos axes d'inspiration:  (fin d'un) cycle, temporalité, hommage à Mr Aznavour dont l'ombre à peut-être éclairé ce tronc d'arbre...


  • 3D / 2D

    Par BAUMANN Stan, BLANC Pauline, HAUSEL Anna, LERJEN Mike, ABDELHADY Malak, CHALARON Anouk, COTTIER Eissa, DEVAUD Angélique, DUCHASTELDEMONTROUGE Victor, GIL Liran, HOSENEDER Phil, LAFRASSE Juliette, MICALE Ilaria, MONNIN Isaac, PETERSEN Sara, SCHMIDHAUSLER Valentin, SILVA Frederico, TURBÉ Grégoire, 01/10/18



    Image Mon Oct 01 2018 19:54:34 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    week 3, day 1, 20:06

    it works.