• Ground: test maquette

    Par Crevoisier Pierre, Leuba Elina, Magnin Paul, Richter Jean, Varrin Gomez Nicolas, 17/12/18


    Suite à la réalisation du socle en plâtre, nous l'avons pris en extérieur afin de le tester sur un sol "mou" constituée de terre.


    Nous l'avons tout d'abord posé sur un sol plat:


    Image Mon Dec 17 2018 18:04:12 GMT+0100 (CET)


    Nous pouvons constater que ce socle réagit bien à cette condition de sol car il stabilise correctement le noeud (même en cas de temps venteux). 



    Ensuite, nous avons positionné le socle sur un sol en pente:


    Image Mon Dec 17 2018 18:04:12 GMT+0100 (CET)


    Dans ce cas, le socle ne répond pas parfaitement à la condition du sol car elle n'épouse pas la forme de celui-ci. La stabilité du noeud était compromise lorsqu'il y avait du vent et la structure était au bord de "l'effondrement".

    Nous pouvons également remarquer que ce système ne permet pas à la protostructure d'être maintenue dans la position désirée, c'est-à-dire tout simplement droite.



    Problème de la pente:


    Image Mon Dec 17 2018 18:04:12 GMT+0100 (CET)


    Afin de mieux visualiser le problème que nous pose le terrain en pente, nous avons sorti le noeud de son socle: le noeud devrait pouvoir conserver la position dans laquelle il se trouve sur cette photo tout en étant emboîté dans le socle de plâtre. 


    Si ce système était réalisé pour toute la protostructure, il faudrait soit excaver le terrain afin d'éliminer la pente sous le socle, soit adapter chaque socle au terrain sur lequel il se trouve (ce qui supprimerait une des caractéristiques du module: la reproductibilité en série).


  • Ground Day 2

    Par Crevoisier Pierre, Leuba Elina, Magnin Paul, Richter Jean, Varrin Gomez Nicolas, 13/12/18


    Aujourd’hui nous nous avons expérimenté différentes fondations à l'aide de maquettes à l’échelle 1:1, le but étant de construire un élément simple que l'on puisse répéter un grand nombre de fois. Par ce "processus simplifié", nous devons prendre en compte le côté éphémère de la protostructure ainsi que les inclinaisons variées de la pente (condition du sol). Nous avons effectué deux tests différents: 



    Image Mon Dec 17 2018 09:31:59 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Mon Dec 17 2018 09:31:59 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Mon Dec 17 2018 09:31:59 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale) 


    Moule et socle du plâtre pour la protostructure au 1/1.




    Image Mon Dec 17 2018 09:31:59 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)                Image Mon Dec 17 2018 09:31:59 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Mon Dec 17 2018 09:31:59 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Le noeud de la protostructure avec son socle en plâtre (béton) au 1/1.



    Ci-dessus, vous pouvez voir une fondation pour le sol dur, constituée d'un socle de plâtre qui permet la stabilisation du poteau de la protostructure ainsi que la répartition du poids de celle-ci sur une plus grande surface. Pour la maquette, nous avons coulé ce socle en plâtre muni d'un trou pour permettre au noeud de s'emboîter dans celui-ci. Dans le cas où nous choisirions ce système d'ancrage pour la réalisation de la protostructure à l'échelle 1:1, le matériau utilisé ne serait plus le plâtre mais le béton.



    Image Mon Dec 17 2018 09:53:38 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)               Image Mon Dec 17 2018 09:53:38 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Vue en plan et en élévation de la fondation en bois pour sol mou.



    Le deuxième test est un socle pour sol mou, il reprend le poids de la protostructure sur une plus grande surface afin de limiter l’enfoncement de celle-ci et est construit en bois. Pour répondre à la pente, nous pensons construire une deuxième maquette semblable à celle-ci avec un "rail" en arc de cercle. Cette solution permettrait à la pièce de pivoter dans le socle et donc de lui donner différents angles. Après discussion, ce socle ne pourrait répondre qu'à une seule inclinaison (pente) du terrain: il faudrait alors modifier la pièce pour qu’elle puisse s’incliner dans toutes les directions.


    En ce qui concerne la suite du projet, nous allons continuer à étudier la "condition au sol" dans le but de mieux répondre aux différentes aspérités de celui-ci; à savoir le sol dur, la terre, le sable ou encore le sol immergé (fond du lac) tout en conservant les conditions d’un élément modulaire (la temporalité, la reproductibilité ainsi que l'adaptation au sol et à sa pente).


  • Ground Day 1

    Par Crevoisier Pierre, Leuba Elina, Magnin Paul, Richter Jean, Varrin Gomez Nicolas, 12/12/18


    Aujourd'hui, nous avons fait de la recherche et avons commencé à réfléchir à la façon dont nous allons réaliser les accroches au sol.Image Wed Dec 12 2018 16:38:00 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Nous nous sommes notamment intéressés à la population Suisse appelée "lacustres" qui vivait dans des maisons sur pilotis au dessus des lacs.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Nous avons également commencé à étudier différents types d'accroches au sol et avons réfléchi à la façon dont celles-ci pourraient fonctionner. De plus, nous avons "visité" les blogs des autres studios afin de nous inspirer des systèmes auxquels d'autres étudiants s'étaient déjà intéressés.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Condition de Sol No 1:


    Pour notre première "proposition" nous nous sommes intéressés à un type de sol présent sur les sites de Saint-Sulpice et d'Evian, c'est-à-dire le sol bétonné ou goudronné. Cette sorte de sol permet à la structure de se poser sur un terrain plat et dur, car il a déjà été aménagé par l'homme.



    Suite à ce choix de "condition", nous avons pensé nécessaire d'augmenter la surface de contact entre la structure et le sol bétonné afin d'assurer une meilleure répartition des charges sur le terrain et donc d'offrir une certaine stabilité à la structure. C'est pour cela que les tests ci-dessous montrent des systèmes plus large à leur base qu'à leur sommet.


    Ces systèmes répondent à un problème que pose le sol en béton, celui de l'excavation: nous ne pouvons pas creuser dans une dalle de béton déjà existante et prenons donc la décision d'étudier des systèmes qui ne s'ancrent pas dans le sol à proprement parler mais qui se "posent" sur celui-ci.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 1: Pied cruciforme en bois. 




    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 2: Pied avec 5 contacts ponctuels orthogonaux en bois




    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 3: Pied avec 5 contacts "inclinés" en bois.



    Nos trois tests en bois assurent un maintient perpendiculaire de la structure par rapport au sol (pour autant que celui ci soit régulier). Une combinaison des propositions 1 et 3 formerait un ancrage efficace en terme de reprise des charges car la surface de contact avec le sol serait suffisante.

    Le bois offre une solution facilement réalisable, mais sa "modularité" peut être remise en question car il dépend directement de la forme du terrain.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 4: Pied rectangulaire en béton.




    Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 5: Pied rectangulaire 2 en béton.




    Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 6: pied en forme de pyramide en béton.



    Ces trois tests avec un socle en béton ont été pensés afin de s'adapter directement au terrain présent. Il serait possible de mouler un coffrage sur place afin que le socle épouse la forme du terrain. Ces systèmes augmentent considérablement la surface de contact entre le sol et la structure, et par conséquent la "friction" créée par ces deux éléments. La proposition 5 est plus modulaire que la 6 et assure un meilleur maintient du pied que la proposition 4 (avec une quantité de béton moindre). 


    Le choix du matériau utilisé pour le socle réagit aux aspérités du terrain sur le site. En effet la stabilité et l'immobilité de la structure  dépendent de la friction générée par le contact des deux surfaces. En effet, une fondation en bois n'assurera pas un lien aussi fort avec le sol qu'une fondation semblable en béton mais le processus du béton nécessite un travail précis sur place alors que le bois peut-être réalisé comme un élément préfabriqué.


  • Plan d'action GROUND

    Par Crevoisier Pierre, Leuba Elina, Magnin Paul, Richter Jean, Varrin Gomez Nicolas, 11/12/18


    Jour 0:

    Nous avons commencé par faire un tour des studios afin de repérer les multiples techniques d’ancrage utilisées dans différents sols. La suite serait de combler les éventuels vides d’information (p.e. si personne n’a d’ancrage au sable, faire des recherches sur comment s’ancrer au sable, etc…). Nous nous répartirons les différentes sortes de sols afin de réunir plus d’informations sur le sujet. Nous avons pour programme d’étudier un type de sol par jour afin d’être le plus efficace possible.


    Jour 1:

    -Parler avec le groupe « Protofigure »

    -Commencer à discuter des sols que nous devons étudier avec plus de précision

    -Commencer la réalisation des maquettes de test à l’échelle 1:1 afin de mieux comprendre leur réaction au « premier  sol » (p.e. la terre)

    -Poster notre avancée ainsi que nos résultats sur le blog avec leur documentation (photos)


    Jour 2:

    -Dessin des tests ayant eu du succès (sol 1)

    -Maquette d’ancrage pour le sol 1 (terminée)

    -Test maquette à l’échelle 1:1 pour le sol 2


    Jour 3:

    -Dessin des tests ayant eu du succès (sol 2)

    -Maquette  d’ancrage pour le sol 2 (terminée)

    -Test maquette à l’échelle 1:1 pour le sol 3


    Et ainsi de suite jusqu’à ce que nous ayons exploré « tous » les sols…

    Si nous ne trouvons pas de solution en une journée pour un sol, nous prendrons le temps d’en trouver une avant de s’attaquer au prochain sol !


  • Gardens: Notre Balade

    Par Leuba Elina, Takatch Valentina, 04/12/18


    Notre Balade


    Note d'intention:


    Le but de notre projet est de lier nos deux "planes" à l'aide d'un jardin modulable fait de pierre et de mousse, inspiré des jardins japonais.



    Ce projet est un module qui a pour base la réalisation de "bacs", disposés en damier sur une poutraison attachée à la protofiguration. 


    Le toit perforé est prolongé pour permettre à la mousse de se développer dans un lieu humide et à l'abri de la lumière. 


    Ce projet permet la transition entre un noeud de végétation à un noeud de sable, il crée une balade entre ces deux points tout en mettant en valeur les notions de méditation et de privacité mis en avant dans un des "planes".


    Localisation de nos "planes"


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    Comme vous pouvez le voir sur cette photo, nos deux projets sont très proches et se rejoignent même en un point. Le premier projet (sur la partie inférieure de la photo) permet la transition d'un noeud de végétation à un noeud de terre et le second d'un noeud de terre à un noeud de sable.  


    Inspirations


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET) 


    - Heiko Voss, Japan-Garten, Liebnau (Allemagne), 2015 -


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    - Tofukuji Temple, Japon, 1236 -


    Pour ce projet, nous nous inspirons principalement des jardins japonais: d'une part, le jardin sec fait de roche, et d'autre part la mousse, élément naturel aux multiples avantages.


    La mousse est une plante sans racines qui nécessite très peu d'entretien et qui possède des capacités filtrantes remarquables, elle a la qualité première d'absorber le gaz carbonique. Comme nous sommes situés au bord du lac (climat humide) et que ce végétal est abondant dans nos régions, le choix de la mousse nous a paru évident.


    Projet


    Afin de définir la façon dont notre jardin allait se développer, nous avons utilisé des calques pour trouver la variante qui nous conviendrait le mieux.



    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)     Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    Nous avons pris la décision de garder la variante de gauche, en la modifiant quelque peu, car elle permet à l'utilisateur de se déplacer plus librement dans le jardin. 


    Planches


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    Plan et coupe 1:33


    Sur cette planche, vous pouvez remarquer que nous avons pris la décision d'étendre le jardin en dehors du "L" que nous avions exploré sur les calques.


    Notre "gardens" est une sorte de damier formé de bacs de mousse et de dalles de pierres, disposés de façon irrégulière sur des poutres. Notre jardin est en quelque sorte suspendu puisque seul la fin des bacs de mousse touche le sol (voir coupe). 


    Module


    Planche


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    Axonométrie du module 1:3, bac à mousse


    Ce bac est formé d'un cadre en bois et d'un tissus perméable qui vise à accueillir de la terre et de la mousse.


    Maquette du module (1:3)


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 04 2018 11:19:34 GMT+0100 (CET)


    Le bac s'emboîte dans l'espace formé par les poutres, il est ici, localisé sur un fragment de la protofiguration.


    Ce que nous pourrions améliorer dans notre projet:


    Il serait appréciable de trouver une autre forme pour notre module car celle-ci est très carrée et trop "dure" pour véhiculer les sensations de douceur et de calme.


    Le cadre du bac à mousse est probablement trop épais et empêche la création d'une continuité dans notre jardin, il serait intéressant de créer un module plus grand qui permettrait à la mousse d'occuper plus d'espace.