• Ground Day 1

    Par Crevoisier Pierre, Leuba Elina, Magnin Paul, Richter Jean, Varrin Gomez Nicolas, 12/12/18


    Aujourd'hui, nous avons fait de la recherche et avons commencé à réfléchir à la façon dont nous allons réaliser les accroches au sol.Image Wed Dec 12 2018 16:38:00 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Nous nous sommes notamment intéressés à la population Suisse appelée "lacustres" qui vivait dans des maisons sur pilotis au dessus des lacs.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Nous avons également commencé à étudier différents types d'accroches au sol et avons réfléchi à la façon dont celles-ci pourraient fonctionner. De plus, nous avons "visité" les blogs des autres studios afin de nous inspirer des systèmes auxquels d'autres étudiants s'étaient déjà intéressés.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Condition de Sol No 1:


    Pour notre première "proposition" nous nous sommes intéressés à un type de sol présent sur les sites de Saint-Sulpice et d'Evian, c'est-à-dire le sol bétonné ou goudronné. Cette sorte de sol permet à la structure de se poser sur un terrain plat et dur, car il a déjà été aménagé par l'homme.



    Suite à ce choix de "condition", nous avons pensé nécessaire d'augmenter la surface de contact entre la structure et le sol bétonné afin d'assurer une meilleure répartition des charges sur le terrain et donc d'offrir une certaine stabilité à la structure. C'est pour cela que les tests ci-dessous montrent des systèmes plus large à leur base qu'à leur sommet.


    Ces systèmes répondent à un problème que pose le sol en béton, celui de l'excavation: nous ne pouvons pas creuser dans une dalle de béton déjà existante et prenons donc la décision d'étudier des systèmes qui ne s'ancrent pas dans le sol à proprement parler mais qui se "posent" sur celui-ci.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 1: Pied cruciforme en bois. 




    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 2: Pied avec 5 contacts ponctuels orthogonaux en bois




    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 3: Pied avec 5 contacts "inclinés" en bois.



    Nos trois tests en bois assurent un maintient perpendiculaire de la structure par rapport au sol (pour autant que celui ci soit régulier). Une combinaison des propositions 1 et 3 formerait un ancrage efficace en terme de reprise des charges car la surface de contact avec le sol serait suffisante.

    Le bois offre une solution facilement réalisable, mais sa "modularité" peut être remise en question car il dépend directement de la forme du terrain.



    Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:36:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 4: Pied rectangulaire en béton.




    Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 5: Pied rectangulaire 2 en béton.




    Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)          Image Wed Dec 12 2018 19:57:58 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Proposition 6: pied en forme de pyramide en béton.



    Ces trois tests avec un socle en béton ont été pensés afin de s'adapter directement au terrain présent. Il serait possible de mouler un coffrage sur place afin que le socle épouse la forme du terrain. Ces systèmes augmentent considérablement la surface de contact entre le sol et la structure, et par conséquent la "friction" créée par ces deux éléments. La proposition 5 est plus modulaire que la 6 et assure un meilleur maintient du pied que la proposition 4 (avec une quantité de béton moindre). 


    Le choix du matériau utilisé pour le socle réagit aux aspérités du terrain sur le site. En effet la stabilité et l'immobilité de la structure  dépendent de la friction générée par le contact des deux surfaces. En effet, une fondation en bois n'assurera pas un lien aussi fort avec le sol qu'une fondation semblable en béton mais le processus du béton nécessite un travail précis sur place alors que le bois peut-être réalisé comme un élément préfabriqué.


  • Plan d'action GROUND

    Par Crevoisier Pierre, Leuba Elina, Magnin Paul, Richter Jean, Varrin Gomez Nicolas, 11/12/18


    Jour 0:

    Nous avons commencé par faire un tour des studios afin de repérer les multiples techniques d’ancrage utilisées dans différents sols. La suite serait de combler les éventuels vides d’information (p.e. si personne n’a d’ancrage au sable, faire des recherches sur comment s’ancrer au sable, etc…). Nous nous répartirons les différentes sortes de sols afin de réunir plus d’informations sur le sujet. Nous avons pour programme d’étudier un type de sol par jour afin d’être le plus efficace possible.


    Jour 1:

    -Parler avec le groupe « Protofigure »

    -Commencer à discuter des sols que nous devons étudier avec plus de précision

    -Commencer la réalisation des maquettes de test à l’échelle 1:1 afin de mieux comprendre leur réaction au « premier  sol » (p.e. la terre)

    -Poster notre avancée ainsi que nos résultats sur le blog avec leur documentation (photos)


    Jour 2:

    -Dessin des tests ayant eu du succès (sol 1)

    -Maquette d’ancrage pour le sol 1 (terminée)

    -Test maquette à l’échelle 1:1 pour le sol 2


    Jour 3:

    -Dessin des tests ayant eu du succès (sol 2)

    -Maquette  d’ancrage pour le sol 2 (terminée)

    -Test maquette à l’échelle 1:1 pour le sol 3


    Et ainsi de suite jusqu’à ce que nous ayons exploré « tous » les sols…

    Si nous ne trouvons pas de solution en une journée pour un sol, nous prendrons le temps d’en trouver une avant de s’attaquer au prochain sol !


  • Gardens_Final

    Par Richter Jean, Rossier Valérie, 04/12/18

    Suite à la première expérimentation en croquis et en dessin,  modélisation de ce système :


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes

    (Maquettes posées sur la proto-structure, 1:33)


    Les espaces proposés sont intéressants du fait qu'ils sont composés par deux éléments antithétiques. Un élément se présente de rectangles en bois et de l'autre des courbes en plâtre. Ils se complètent de façon plaisante. 

    Ces espaces invitent à rêver avec des endroits cachés qui mènent à la découverte. Ils sont à la fois bien ancrés et offrent une certaine stabilité. Cependant, ils sont également modulables à souhait, ce qui amène une expérience particulière de mouvements. 

    L'emboitement du projet avec la proto-structure est l'un des points essentiel de ce garden car il offre justement la possibilité au visiteur de s’approprier du lieu qu’il traverse et de le modifier, laissant ainsi une trace éphémère de son passage.

    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois

    (Détail de l'accroche à la proto-structure, 1:3, bois)

    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois

    (Détail de l'accroche à la proto-structure, 1:3, bois)


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois1

    (Détail de l'accroche des rails sur la proto-structure, 1:3, bois)


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois3

    (Détail de l'accroche des piliers sur la proto-structure, 1:3, bois)


    Le visiteur traverse non seulement plusieurs espaces mais également plusieurs matériaux.

    Gardens se compose de divers éléments : 

    D’une part "le carrefour des vents", sobrement constitué de grands murs de béton posés dans la végétation, qui offre plus une expérience sensuelle que visuelle. D'autre part des panneaux droits et un quadrillage avec des dalles rectangulaires, qui définissent à chaque fois un espace nouveau et unique.


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 1

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)


    Image Tue Dec 04 2018 23:32:43 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)


    Arrivé dans l’espace des panneaux modulables, le visiteur se trouve immergé dans un espace structurer par des dalles de béton, des panneaux de séparation et des rails en bois.


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 2

    Maquette sur proto-structure, 1:33


    Les espaces sans dalles révèlent la végétation qui se trouve sous la structure flottante et qui tapisse également le contour des grands murs du "carrefour des vents". 


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 4

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)



    Le visiteur peut alors découvrir les différents espaces et s'en fabriqué sa propre vision spatiale.


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 5

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)


    Synthèse

    Cette proposition spatiale soulève de multiples questions qui mènent à l'ouverture de notre projet. 

    Que se passerait-il si les divers panneaux viendraient s’associer aux murs du "carrefour des vents"? La  hauteur des panneaux pourraient être modulable, en s'adaptant à l'endroit où ils se localisent. Ces derniers pourraient également voir leur matérialité changer et se solidifier en devenant fixe (matériau lourd = fixe, matériau léger = mobile).

    Et si par moment des courbes venaient à intégrer cette rectangularité de base, comment évolueraient ces nouveaux espaces? 



  • Gardens_Intentions

    Par Richter Jean, Rossier Valérie, 03/12/18

    Note d'intention 


    *

    Les vents structurent ce grand espace.


    Animé par des panneaux mouvants où restreint par des hauts murs de béton se dessine un jardin .


    Comme un jeu, le visiteur passe et repasse dans ce labyrinthe mouvant au milieu de la végétation.


    *

  • Gardens_Work in progress

    Par Richter Jean, Rossier Valérie, 03/12/18

    Suite à la série de tests, nous avons choisi de continuer de travailler avec le test "mix 2&5", tout en laissant "le carrefour des vents". Ce module viendra s'ancrer dans la proto-structure et former un sytème en forme de L, où le visiteur pourra se balader et découvrir les différents lieux. 


    Exploration en dessin


    Gardens 2, Jean Richter et Valérie Rossier, dessins

    Plan, carrefour des vents et sytème résultant du mix 2 & 5, 1:33





    Image Wed Dec 05 2018 18:23:56 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Elévation 1:33 & Détail au 1:3 de l'emboitement du pilier avec la proto-structure 



    Processus de la maquette 1:33



    Image Tue Dec 04 2018 22:08:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    fabrication du plancher qui viendra supporter les rails



    Image Tue Dec 04 2018 22:08:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Plancher de soutient des rails basé sur le mix des test 2 & 5




    Image Tue Dec 04 2018 22:08:01 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Application des rails sur le plancher