• Gardens_Final

    Par Richter Jean, Rossier Valérie, 04/12/18

    Suite à la première expérimentation en croquis et en dessin,  modélisation de ce système :


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes

    (Maquettes posées sur la proto-structure, 1:33)


    Les espaces proposés sont intéressants du fait qu'ils sont composés par deux éléments antithétiques. Un élément se présente de rectangles en bois et de l'autre des courbes en plâtre. Ils se complètent de façon plaisante. 

    Ces espaces invitent à rêver avec des endroits cachés qui mènent à la découverte. Ils sont à la fois bien ancrés et offrent une certaine stabilité. Cependant, ils sont également modulables à souhait, ce qui amène une expérience particulière de mouvements. 

    L'emboitement du projet avec la proto-structure est l'un des points essentiel de ce garden car il offre justement la possibilité au visiteur de s’approprier du lieu qu’il traverse et de le modifier, laissant ainsi une trace éphémère de son passage.

    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois

    (Détail de l'accroche à la proto-structure, 1:3, bois)

    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois

    (Détail de l'accroche à la proto-structure, 1:3, bois)


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois1

    (Détail de l'accroche des rails sur la proto-structure, 1:3, bois)


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes bois3

    (Détail de l'accroche des piliers sur la proto-structure, 1:3, bois)


    Le visiteur traverse non seulement plusieurs espaces mais également plusieurs matériaux.

    Gardens se compose de divers éléments : 

    D’une part "le carrefour des vents", sobrement constitué de grands murs de béton posés dans la végétation, qui offre plus une expérience sensuelle que visuelle. D'autre part des panneaux droits et un quadrillage avec des dalles rectangulaires, qui définissent à chaque fois un espace nouveau et unique.


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 1

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)


    Image Tue Dec 04 2018 23:32:43 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)


    Arrivé dans l’espace des panneaux modulables, le visiteur se trouve immergé dans un espace structurer par des dalles de béton, des panneaux de séparation et des rails en bois.


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 2

    Maquette sur proto-structure, 1:33


    Les espaces sans dalles révèlent la végétation qui se trouve sous la structure flottante et qui tapisse également le contour des grands murs du "carrefour des vents". 


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 4

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)



    Le visiteur peut alors découvrir les différents espaces et s'en fabriqué sa propre vision spatiale.


    Gardens 3, Jean Richter et Valérie Rossier, maquettes 5

    (Maquette sur proto-structure, 1:33)


    Synthèse

    Cette proposition spatiale soulève de multiples questions qui mènent à l'ouverture de notre projet. 

    Que se passerait-il si les divers panneaux viendraient s’associer aux murs du "carrefour des vents"? La  hauteur des panneaux pourraient être modulable, en s'adaptant à l'endroit où ils se localisent. Ces derniers pourraient également voir leur matérialité changer et se solidifier en devenant fixe (matériau lourd = fixe, matériau léger = mobile).

    Et si par moment des courbes venaient à intégrer cette rectangularité de base, comment évolueraient ces nouveaux espaces? 



  • GARDENS : évolution de PLANES

    Par Petrovic Suzana, 04/12/18

    La dernière maquette réalisée ne tenait pas bien sur la protofigure. Alors j'en ai réalisée une autre plus stable et qui exprime l'idée de continuité avec le projet d'Arianna pour GARDENS.



    Image Tue Dec 04 2018 12:27:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Tue Dec 04 2018 12:27:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Conception de la maquette finale 1:33





    Image Tue Dec 04 2018 12:27:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Tue Dec 04 2018 12:27:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

     Vue de dessus                        Vue de dessous 



    L'intention de la maquette finale reste la même que précédemment. J'ai prolongé mes murs jusqu'à mon sol pour que ma dalle soit maintenue par des appuis au sol ce qu'il permet d'être plus stable. Un des autres changements est l'épaisseur de ma dalle que j'ai mis au même niveau que le projet d'Arianna pour exprimer la continuité de notre GARDENS. Il y a également les changements des proportions de mes murs. Seul un de mes murs a changé d'orientation car il prend appui sur le plancher de ma camarade pour représenter la liaison entre nos deux projets.


    RÉSULTAT FINAL 


    Image Tue Dec 04 2018 12:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 12:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 12:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Parcours

     Image Tue Dec 04 2018 12:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Tue Dec 04 2018 12:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Tue Dec 04 2018 12:46:08 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

         début                    intermédiaire                    arrivée



  • planes and gardens

    Par Blanchard Lili, 03/12/18





    Image Mon Dec 03 2018 23:52:08 GMT+0100 (CET)


    dessin en monge, axonométrie et perpective au 1:33 du planes, à droite, axonométrie d'une ancienne version du planes

    Note d'intention: 

    Ce dispositif à comme but de faire ressentir la porosité du seuil entre le solide et le liquide qui existe à cette endroit de la protostructure. À travers l’augmentation de la porosité de l’espace. Pour ça je vais utiliser, comme symbole de cette porosité, la faille que nous avons mesuré durant measures et elements. L’espace de passage est d’abord très resserré, oppressant. Au fur et à mesure que l’on avance, l’espace s’élargit de plus en plus et s’ouvre sur le cours d’eau de la venoge.


    Afin de rester cohérente avec le plâtre de la faille que je prenais en référence, j’ai décide de faire mon projet uniquement en plâtre et de mettre la faille à l’horizontale, sa position originale. Ce qui permet d’introduire une réel impression de masse et d’oppression sur le visiteur et donc de permettre de mieux faire ressentir la porosité lorsque l’espace s’élargit. 

    Mon premier essai : 



    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)









    base du moule réaliser à l’aide des coupes 


        

    Construction du moule 


    Dans une deuxième temps j’ai décider d’affiner encore mon planes, ce qui lui permet d’être plus léger et mieux supporter par la protostructure ça cela ne change pas le ressentit du visiteur à l’intérieur car cela garde le même aspect intérieur. J’ai aussi fait en sorte que la partie inférieur aie le même relief que le haut de la faille. Mon planes prend alors la forme d’un coquillage. Une fois le plâtre réaliser je me suis aperçue que la comparaisona allait encore plus loin, comme dans un coquillage, on entend la mer lorsque qu’on colle son oreille contre le planes.



    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)

      

    photos des parties supérieures et inférieures du moule qui s'emboîtent



    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)  Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Moulage du planes, en pressant les deux parties du moule ensemble.


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)   Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)   Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)   Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)        

     photos du démoulage


     

     


    planes dans la protostructure avec avec un esquisse de socle en bois

    Malheureusement il y'a eu des fuites et des interstice étaient impossible à démouler. 


    Gardens


    note d'intention: 

    Afin de relier nos deux planes nous avons décidé d’allonger le passage entre monolithique et organique. Après avoir traversé un monolithe pour arriver vers une faille agrandie.  À travers des avancées dans l’eau le visiteur se retrouve face à un jardin aquatique.


    Durant Gardens, nous avons décidé d’explorer l’espace créer par la rencontre de nos deux projets. Le miens reprenais les mesures de quelque chose d’organique, tandis que celui de Nicolas était contraint par un aspect monolithique. Ce passage du monolithe à un semblait d’organique se fait alors en trois phases: d’abord le visiteur traverse un monolithe irréel formé par trois faces ensuite le passage étroit formé par la rencontre des deux structures et l’évasement qui conduit dans la faille agrandit. C’est à l’extrémité de ce cheminement que nous avons décidé de placé notre gardens qui permet de continuer la transition au monde organique. 




    Afin de créer l’espace de rencontre entre nos deux planes, j’ai donc intégré à mon moule le toit du planes de Nicolas. Malheureusement après deux tentatives malheureuse, je n’ai pas réussi à démouler une maquette entière… 


    Nous pouvons tous de même avoir une idée du résultat en maquettes grâce à des tests que nous avions fait sur le premier test de maquette:



    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)



    La deuxième partie de notre gardens se situe à la suite de mon planes, comme une continuité de celui-ci qui permet à la fois d’accompagner et approfondir la transition à un espace organique, mais aussi agrandir l’espace de porosité représenter par la faille. Les avancées dans l’eau ont également une fonction structural car elle permettent de soutenir mon plane. En effet sur le dessin et le détail de notre gardens, on peut observer que l’avancé de droite prend appuie sur la protofigure tandis que celle de gauche vient s’appuyer sur le sol. 




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)



    test de forme pour les avancées sur l’eau. 

    Après plusieurs test. Nous avons choisit une forme qui se fini par une forme proche d’un hexagone, une forme géométrique plus proche du monde organique (nous pouvons penser au flocons de neige ou aux alvéoles des ruches) que la pointe imaginée initialement. 

    Sur ces avancées, nous avons imaginer des nénuphars ou des typhas qui ne peuvent pas pousser directement sur le fond de la venoge car le fond est à plus de 1 mètre 50 sous la surface de l'eau. 



    Image Mon Dec 03 2018 23:44:50 GMT+0100 (CET)

    dessin en monge axonométrie et perpective au 1:33 et axonométrie de l’accroche au sol au 1:3




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)


    Notre détail au 1:3 vise à montrer notre système d’accroche à la protostructure. 

    Il est composé de la section de gardens qui vient s'accrocher à la partie verticale du noeuds de la protostructure. Cette structure est sous le niveau de l'eau. 



  • Garden

    Par Beaud Eliott, Dupont Quentin, 03/12/18

    Pour commencer notre recherche nous avons décidé de reprendre nos conditions initiales, celles de nos deux projets séparément afin de créer un Garden qui répond également à ces conditions pour relier plus facilement les deux projets. On a décidé de faire l'étude de la course solaire expérimentalement avec des hauteurs solaires caractéristiques (équinoxes, solstices) pour simuler le plus précisément possible les ombres de mon PLANE (Quentin) pour en définir des zones plus ou moins ombragées selon les saisons et heures de la journée. Ensuite nous avons tracé les droites définissant les différents points de vue que le projet d'Eliott proposait en traversant son PLANE. De ces tracées et de la continuation de la suite de Fibonacci utilisée par Eliott pour construire son PLANE on en a extrait des formes géométriques qui se composait de zones plus ou moins éclairées pour permettre de planter des espèces végétales de conditions d'expositions solaires, humidité, exposition au vent différentes pour rassembler un petit espace cloisonné en opposition avec nos projets surdimensionnés et ouverts. Le but était également de ramener ce Garden à l'échelle humaine. On voulait également que ce Garden permette et incite a mouvement et l'expérimentation par l'individu dans la continuité de nos deux projets séparés. 



                    Image Mon Dec 03 2018 23:18:40 GMT+0100 (CET)


    Dessin des lignes d'ombres crées par le PLANE de Quentin à différentes heures et saisons sur un plan au 1/33



                     Image Mon Dec 03 2018 23:18:40 GMT+0100 (CET)


    Plan de nos modules déterminés et leur localisation près du noeud de la Protostructure au 1/33




                     Image Mon Dec 03 2018 23:18:40 GMT+0100 (CET)


    Plan et élévation de notre Garden au 1/33 et Axonométrie de la ProtoStructure au 1/3



    Le Principe de notre Garden était de relier deux projets distincts construis séparément pour en créer un qui résultait de la fusion des précédents tout en lui donnant une indépendance et existence propre. La volonté était aussi de garder une construction géométrique et calculé d'un élément "naturel".

  • Gardens_Intentions

    Par Richter Jean, Rossier Valérie, 03/12/18

    Note d'intention 


    *

    Les vents structurent ce grand espace.


    Animé par des panneaux mouvants où restreint par des hauts murs de béton se dessine un jardin .


    Comme un jeu, le visiteur passe et repasse dans ce labyrinthe mouvant au milieu de la végétation.


    *