• PLANES : Semaines 1 & 2

    Par Goncalves Silvio, 04/12/18

    Semaine 1


    Pour entamer Planes, nous avons repris des éléments de nos anciens projets "Measures & Elements". 2 éléments m'ont particulièrement intéressé, le premier étant le chemin étroit qu'il y'a avait sur notre digue (coupée par 2 barrières de chantier), dont je me suis servi comme plan horizontal. Le second étant, le décalage entre les 2 barrières d'un petit angle qui m'a servi comme plan vertical.

    Nous avons également crée une protofigure en 1:33 simplifiant la lecture d'une partie de la carte de St-Sulpice en prenant comme référence la direction de 2 vents différents; le vent blanc et le bornan. La protofigure se situe à 80cm au dessus du niveau de l'eau. Notre studio a travaillé sur la partie longeant le fleuve de la Venoge et le lac. Chacun a choisi un noeud sur la protofigure, le mien se situe au niveau du sable, équivalent à 20cm au-dessus du niveau de l'eau.

    Pour mon projet Planes, j'ai choisi de jouer avec le regard. Dans un lieu plat, avec une très faible pente partant du sable menant jusqu'au fleuve de la Venoge, un mur opaque ainsi qu’un chemin surélevé le long de celui-ci sont ancrés sur le sable en direction du fleuve. Lorsqu’on décide d’emprunter ce passage et que l’on se rend au bout de ce passage, on découvre une vue longeant le fleuve ainsi qu’une vue totalement degagée sur le lac, le tout créant ainsi un instant privilégié pour la personne s’y trouvant.



    Image Tue Dec 04 2018 14:15:20 GMT+0100 (CET)


    Planche de dessins au 1:33




    Image Mon Dec 17 2018 10:18:15 GMT+0100 (CET)


    Maquette en carton au 1:33



    Semaine 2

    J'ai ajouté de la matérialité à la maquette en la faisant en bois.



    Image Mon Dec 17 2018 10:18:15 GMT+0100 (CET)



    Image Mon Dec 17 2018 10:18:15 GMT+0100 (CET)


    Maquette en bois au 1:33
  • Prolonger la forêt IIII

    Par Leuba Elina, 04/12/18


    Prolonger la forêt IIII


    Afin d'arriver au "planes" que je vous présente actuellement, j'ai combiné l'idée du toit perforé et celle des arches de plâtre. 


    Afin de rendre la dalle plus résistante, j'ai diminué le nombre de "trous" qu'elle avait au départ et lui ait donné une forme rectangulaire.


    Planche


    Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)



    Sur cette planche sont dessinés, à l'échelle 1:33, plusieurs plans qui m'ont aidé pour mon processus de réflexion ainsi que celui qui m'a permis (avec son élévation) de réaliser la perspective de mon projet.


    Test matériau



    Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)     Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)     Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)


    La question du choix du matériau est importante dans mon projet afin de procurer les bonnes sensations à son futur utilisateur, j'ai donc testé deux matériaux différents pour la fabrication de mon toit.

    Le premier était le bois (photo de gauche) et le second était le plâtre (photo du moule au milieu et cette du plâtre à droite).

    Après réflexion, le plâtre a été retenu car c'est un matériau qui se prête mieux à la forme du cercle que le bois (la plaque de bois a été endommagée suite au perçage des trous) et qui donne une meilleure sensation de sécurité à la personne qui se déplace sous le toit.


    Ombre projetée


    Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)


    Cette photo montre bien le jeux de lumière que pourrait créer mon projet sur le sol.


    Planes actuel


    Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)


    Photo de mon planes après assemblage du toit et des arches, positionné dans la protofiguration.


    Image Tue Dec 04 2018 09:48:32 GMT+0100 (CET)


    Cette photo montre mon projet depuis l'extérieur ainsi que la courbe du terrain sur lequel il se situe.


    Ce que je pourrais améliorer dans mon projet:


    Mon toit créé bel et bien un jeu de lumière mais ne peut pas en projeter plusieurs sur le sol (il reste toujours le même), il serait intéressant de pouvoir le modifier à l'aide d'une autre structure qui viendrait s'ajouter à celle déjà existante. 


    La notion de densité pourrait également être plus approfondie car, comme vous avez pu le remarquer, ce que l'utilisateur a au-dessus de la tête est une dalle de béton à l'aspect plus ou moins monolithique. Elle manque de légèreté et de "superposition de couches" comme le ferait les branches des arbres. 


    En ce qui concerne la partie porteuse de ma structure, les arches remplissent bien leur fonction mais définissent l'espace de façon plus abrupte que le ferait une forêt. Il serait peut-être souhaitable de créer des colonnes, asymétriques ou non, disposées de façon aléatoire afin de faire slalomer l'utilisateur entre celles-ci. 


    Conclusion:


    La phase "planes" m'a permise de mieux comprendre ce que signifiait le terme "processus". Mes recherches personnelles, mon travail ainsi que des discussions avec d'autres étudiants ou professionnels de la branche m'ont guidé dans la réalisation de mon projet. Je pense que cette phase m'a aidé à adopter un regard plus critique sur mes idées et à comprendre qu'un projet n'est jamais vraiment terminé, qu'il reste toujours des choses à modifier. 


  • PLANES : un lieu de réflexion

    Par Petrovic Suzana, 04/12/18

    Parmi les différents assemblages que j'ai testé c'est celui qui se trouve ci-dessous qui m'a inspiré pour poursuivre mon processus.



    Image Tue Dec 04 2018 00:57:41 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Test inspirant

     

    Lieu de réflexion 

    À l'entrée de mon PLANES l'être humain se trouve au-dessus du sable. Il est guidé par deux parois triangulaires ayant les caractéristiques d'un entonnoir. Ensuite, il va être orienté vers une entrée triangulaire. Celle-ci étant étroite, la personne doit se faufiler à l'intérieur afin d'accéder à un espace au-dessus de l'eau dans lequel elle sera protégée du vent Bornan. C'est grâce au changement géométrique que l'on voit la transition entre l'extérieur et l'intérieur; l'être humain passe d'un cheminement étroit à un lieu de réflexion.


    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Dessins en plan, élévation et perspective (1:33)


    J'ai constaté que l'ouverture triangulaire est plus intéressante que l'ouverture rectangulaire. Car le mur incliné est plus oppressant et la manière d'accéder à l'espace demande plus d'effort de la part du visiteur. Une fois à l'intérieur il perd la notion d'oppression et se retrouve dans un espace de réflexion ou bien voir même de repos. Il est également protégé du vent Bornan par un mur vertical.

    Les dimensions de l'espace de réflexion correspondent à la largeur et la longueur du bateau de loisir qui se trouvait sur le site étudié dans MEASURES et ELEMENTS.



    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Moules 1:33



    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Dec 04 2018 01:32:57 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Maquette 1:33



  • PLANES : Final thoughts

    Par Charbon Arianna, 04/12/18

    Parcours :

    Nous nous retrouvons sur la rive de la Venoge. Des poteaux discontinus font illusion d'un mur et font obstacle lorsque l'on essaye d'accéder sur la plateforme. Ce mur transperce le flux des personnes. Les espacements se resserrent et permet de trier les différentes masses qui passent à travers. Il y a de la place pour un adulte parfois, et d'autre fois seulement un enfant ou un chat pourrait passer à travers. Cette prolongation de l'espace pédestre montre le caractère poreux du seuil et contraint le flux des utilisateurs à parcourir l'espace de manière fluide, comme l'eau dans un espace poreux. Les particules se séparent puis se réunissent de l'autre côté. Une fois de l'autre côté, le visiteur peut se poser et écouter le ruissellement de l'eau sous ses pieds.


    Image Mon Dec 03 2018 23:38:00 GMT+0100 (CET)


    Dessin en perspective du projet


    Image Sun Dec 09 2018 20:56:35 GMT+0100 (CET)


    vue de l'ensemble depuis la Venoge

    (Maquette au 1:33)


    Image Sun Dec 09 2018 20:56:35 GMT+0100 (CET)


    vue depuis le chemin

    Maquette au 1:33

    La plateforme pourrait être plus élancée vers l'eau afin de donner la même impression que la perspective. Le visiteur serait davantage mené à s'avancer vers l'eau.

  • planes and gardens

    Par Blanchard Lili, 03/12/18





    Image Mon Dec 03 2018 23:52:08 GMT+0100 (CET)


    dessin en monge, axonométrie et perpective au 1:33 du planes, à droite, axonométrie d'une ancienne version du planes

    Note d'intention: 

    Ce dispositif à comme but de faire ressentir la porosité du seuil entre le solide et le liquide qui existe à cette endroit de la protostructure. À travers l’augmentation de la porosité de l’espace. Pour ça je vais utiliser, comme symbole de cette porosité, la faille que nous avons mesuré durant measures et elements. L’espace de passage est d’abord très resserré, oppressant. Au fur et à mesure que l’on avance, l’espace s’élargit de plus en plus et s’ouvre sur le cours d’eau de la venoge.


    Afin de rester cohérente avec le plâtre de la faille que je prenais en référence, j’ai décide de faire mon projet uniquement en plâtre et de mettre la faille à l’horizontale, sa position originale. Ce qui permet d’introduire une réel impression de masse et d’oppression sur le visiteur et donc de permettre de mieux faire ressentir la porosité lorsque l’espace s’élargit. 

    Mon premier essai : 



    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)









    base du moule réaliser à l’aide des coupes 


        

    Construction du moule 


    Dans une deuxième temps j’ai décider d’affiner encore mon planes, ce qui lui permet d’être plus léger et mieux supporter par la protostructure ça cela ne change pas le ressentit du visiteur à l’intérieur car cela garde le même aspect intérieur. J’ai aussi fait en sorte que la partie inférieur aie le même relief que le haut de la faille. Mon planes prend alors la forme d’un coquillage. Une fois le plâtre réaliser je me suis aperçue que la comparaisona allait encore plus loin, comme dans un coquillage, on entend la mer lorsque qu’on colle son oreille contre le planes.



    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)

      

    photos des parties supérieures et inférieures du moule qui s'emboîtent



    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)  Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)


    Moulage du planes, en pressant les deux parties du moule ensemble.


    Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)   Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)   Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)   Image Wed Dec 05 2018 20:23:17 GMT+0100 (CET)        

     photos du démoulage


     

     


    planes dans la protostructure avec avec un esquisse de socle en bois

    Malheureusement il y'a eu des fuites et des interstice étaient impossible à démouler. 


    Gardens


    note d'intention: 

    Afin de relier nos deux planes nous avons décidé d’allonger le passage entre monolithique et organique. Après avoir traversé un monolithe pour arriver vers une faille agrandie.  À travers des avancées dans l’eau le visiteur se retrouve face à un jardin aquatique.


    Durant Gardens, nous avons décidé d’explorer l’espace créer par la rencontre de nos deux projets. Le miens reprenais les mesures de quelque chose d’organique, tandis que celui de Nicolas était contraint par un aspect monolithique. Ce passage du monolithe à un semblait d’organique se fait alors en trois phases: d’abord le visiteur traverse un monolithe irréel formé par trois faces ensuite le passage étroit formé par la rencontre des deux structures et l’évasement qui conduit dans la faille agrandit. C’est à l’extrémité de ce cheminement que nous avons décidé de placé notre gardens qui permet de continuer la transition au monde organique. 




    Afin de créer l’espace de rencontre entre nos deux planes, j’ai donc intégré à mon moule le toit du planes de Nicolas. Malheureusement après deux tentatives malheureuse, je n’ai pas réussi à démouler une maquette entière… 


    Nous pouvons tous de même avoir une idée du résultat en maquettes grâce à des tests que nous avions fait sur le premier test de maquette:



    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)



    La deuxième partie de notre gardens se situe à la suite de mon planes, comme une continuité de celui-ci qui permet à la fois d’accompagner et approfondir la transition à un espace organique, mais aussi agrandir l’espace de porosité représenter par la faille. Les avancées dans l’eau ont également une fonction structural car elle permettent de soutenir mon plane. En effet sur le dessin et le détail de notre gardens, on peut observer que l’avancé de droite prend appuie sur la protofigure tandis que celle de gauche vient s’appuyer sur le sol. 




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)



    test de forme pour les avancées sur l’eau. 

    Après plusieurs test. Nous avons choisit une forme qui se fini par une forme proche d’un hexagone, une forme géométrique plus proche du monde organique (nous pouvons penser au flocons de neige ou aux alvéoles des ruches) que la pointe imaginée initialement. 

    Sur ces avancées, nous avons imaginer des nénuphars ou des typhas qui ne peuvent pas pousser directement sur le fond de la venoge car le fond est à plus de 1 mètre 50 sous la surface de l'eau. 



    Image Mon Dec 03 2018 23:44:50 GMT+0100 (CET)

    dessin en monge axonométrie et perpective au 1:33 et axonométrie de l’accroche au sol au 1:3




    Image Wed Dec 05 2018 08:01:41 GMT+0100 (CET)


    Notre détail au 1:3 vise à montrer notre système d’accroche à la protostructure. 

    Il est composé de la section de gardens qui vient s'accrocher à la partie verticale du noeuds de la protostructure. Cette structure est sous le niveau de l'eau.