• "That's the plan"

    Par Dimarco Eva, Gabrielyan Eva, Kibora Silan Hoël, Muller Emilie, 17/11/19



    Image Sun Nov 17 2019 16:57:04 GMT+0100 (CET)

    Etude des jonctions : 


    Image Sun Nov 17 2019 16:57:04 GMT+0100 (CET)Image Sun Nov 17 2019 16:57:04 GMT+0100 (CET)Image Sun Nov 17 2019 16:57:04 GMT+0100 (CET)

    Quelques références :

    Image Sun Nov 17 2019 16:57:04 GMT+0100 (CET)

    Jorge Oteiza 

    Image Sun Nov 17 2019 16:57:04 GMT+0100 (CET)

    Les frères Chapuisat

  • Brainstorming

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Forster Mathilde, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Santos Costa Nicoly, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 17/11/19



    MEASURES_TA_101

    Réflexion commune pour développer une méthode de mesure de topographie du site situé devant le Rolex


  • Topographie

    Par Forster Mathilde, Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Santos Costa Nicoly, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 14/11/19

                                      Image Thu Nov 14 2019 11:00:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    La première étape de cette nouvelle phase PLANES a été de mesurer le sol sur lequel seront implantées les structures prochainement conçues et construites, afin de pouvoir en dessiner la topographie. Pour y parvenir, nous avons divisé l'ensemble de la parcelle donné par groupes de trois. Le travail consistait alors à quadriller le sol en prenant appui sur le rythme régulier offert par les fenêtres du Rolex (ces fenêtres font 2,20 mètres de large). Des bandes de 2.20 mètres de large pour 29 mètres de longueur ont ainsi été définies. À l'aide d'un fil tendu depuis le point le plus haut de chaque bande, les hauteurs au sol ont alors été mesurées. Le terrain étant en pente, nous avons pris pour hauteur la plus haute 1.53 mètres, en bas du champ, et 0.61 m aux bords des fenêtres. Chacun devait dés lors mesurer près de 300 hauteurs. Rendre compte du relief existant sur cette parcelle peu accidentée s'est avéré plus difficile que ce que nous avions imaginé. 





  • Propagation

    Par Dimarco Eva, Kibora Silan Hoël, 11/11/19

    Description de la protostucture d’Evian

    Pour comprendre la protostructure d’Evian nous nous sommes intéressés à deux de ses aspects: sa structure et sa matérialité

    Pour la structure nous avons mesuré un interstice carré, constitué poutres horizontales, qui se répétait 14 fois à cette hauteur de la structure. A partir de ces mesures nous avons produit deux dessins: l’un comprenant deux plans et l’autre étant une axonométrie sur laquelle figure l’interstice carré ainsi que les éléments qui le composent avec une liste manuscrite détaillée de ces éléments. Avec les connaissances de cet élément et le fait la notion de répétition que nous avons observer,  nous avons conçu un autre dessin illustrant la protostructure de manière simplifiée. Sur cette axonométrie, seuls les éléments horizontaux et de même hauteur que celui précédemment mesuré y figurent et cette dernière ne rend pas compte de la pente du sol. Nous avons utilisé ce dessin comme un système d’axes permettant, accompagné d’une grille de photos, de répertorier chaque interstice comparable au nôtre et tous les croisements de poutres, ou jonctions, présentes 24 fois à cette hauteur de la structure.

    C’est sur une de ces jonctions, celle qui jouxte notre interstice de départ, que nous avons basé notre recherche quant à la matérialité du bois. Nous y avons observé une altération de la structure: une coulée de sève.

    De cette altération nous devions établir un scénario probable ou non quant à son apparition ou son développement et l’exprimer sur une pièce de plâtre qui représentait le vide compris dans notre interstice. Nous avons donc décidé d’utiliser des propriétés matérielles du plâtre. Premièrement un module de plâtre, tout comme le bois, peut se former couche par couche pour donner finalement un bloc monolithe et deuxièmement le pâtre est un matériau qui peut se mélanger à d’autres comme de la sciure de bois sans que pour autant il perde ses propriétés. Ceci nous a donc permis de produire un moule dont une partie rappelle une coupe dans un tronc comme si la structure avait été taillée dans du bois massif. Nous avons donc coulé couche par couche, pour respecter le processus de formation de l’arbre, en partant de l’endroit où se situait notre altération. La sève aurait provoqué comme une onde, une propagation, qui, serait stoppée cette fois par ce qui est l’enveloppe extérieure du bois: l’écorce. Celle ci viendrait donc bloquer la propagation de la sève et du plâtre, altéré à la sciure. 

    Voilà comment nous avons étudiez et mis en lien ces deux pistes de recherches, qu’étaient l’idée de répétition, propagation et la matérialité du bois au travers de notre moule. 


    Dans le cadre d’un travail plus approfondi, il aurait été intéressant de prolonger nos recherches  autour du catalogue et d’explorer le dialogue entre le Thème et ses Variations, autrement dit, entre l’interstice de départ et son évolution au sein de la structure. 

  • BRIBES D'ATELIER III_Enclenchement de la phase PLANES

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Forster Mathilde, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 11/11/19
    Image Mon Nov 11 2019 15:57:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Brainstorming collectif pour débuter la phase PLANES et mettre en commun les idées fortes ayant traversé la phase précédente. Le but est de pouvoir identifier et extraire des principes et caractéristiques développés dans MEASURES afin de les réutiliser dans la phase actuelle.