• Transversal_Inspirations, recherches et références

    Par Dimarco Eva, Gabrielyan Eva, Kibora Silan Hoël, Muller Emilie, 17/11/19


    Le projet PLANES repose sur le développement d’une nouvelle étude typologique, différente de celle utilisée dans la phase MEASURES.

    Lors de la phase précédente, nous avons étudié des « systèmes de types » et exploré une approche typologique de la proto-structure MURMURES, en observant les variations structurelles de celle-ci, afin de les retranscrire dans les plâtres.

    Dans le cas de cette nouvelle phase, il s’agit d’un prolongement de cette notion en utilisant les maquettes du projet MEASURES et les empreintes qu’elles traduisent. L’étude porte, cette fois-ci, sur le plan transversal qui traverse MURMURES et de son évolution le long de la structure.
    Le but principal était d’explorer une nouvelle manière de représentation de ce plan via la construction structurelle, avec une approche typologique.


    Quelques références et inspirations:



    PLANES_TA_hoelkibora_evadimarco_evagabrielyan_emiliemuller_101

    Jorge Oteiza 

    intérêt : étude des empreintes et de plans transversaux/obliques dans des formes cubiques


    Globalement, 2 grands chapitres pavent le plan de ce projet :

    - Une suite d’opérations concernant la transversale : dissociation/disjonction, verticalisation, et addition par la création d’un nouveau plan conceptuel (qui n’existe pas tangiblement, créé par la structure). Une translation verticale en élévation, un redécoupage.

    - L’élément porté (le plan transversal) devient porteur.


    Et pour la réalisation concrète de ce projet, plusieurs explorations sont à explorer parallèlement :

    - La mise en relation des plans entre eux (Quels matériaux utiliser? Comment les justifier? Comment est-ce que la superposition des plans permet-elle de comprendre un nouveau phénomène/une nouvelle relation?) 

    - Les hypothèses de construction de ces plans (Quelles jonctions? Relations entre chaque élément?)

    - La relation entre le sol et la structure, le sol et le corps (pas uniquement à but structural, mais réussir à établir un lien lisible entre le projet conceptuel et le résultat tangible)


    1)

      PLANES_TA_hoelkibora_evadimarco_evagabrielyan_emiliemuller_102

    Carmen Perrin

    2)

    PLANES_TA_hoelkibora_evadimarco_evagabrielyan_emiliemuller_103

    Henry MOORE, La mariée

    intérêt : recherches autour des matériaux/du câblage. Importance du rapport de légereté dans le travail, le dispositif qui soutient le plan ne doit pas l'écraser.

    1) "Façade-rideau" créant un nouvel espace, avec un plan d'habillement de tige de bois.

    2) études et recherches de stabilisation du plan oblique par rapport au sol


    PLANES_TA_hoelkibora_evadimarco_evagabrielyan_emiliemuller_104

    Peter Eizenmann

    intérêt : dessins "d'opérations" (addition de plans, protocole de construction, ...) : inspiration pour les dessins conceptuels qui explicitent les mécanismes effectués dans l'inversion des plans


    PLANES_TA_hoelkibora_evadimarco_evagabrielyan_emiliemuller_105

    Donald Judd, Stacks

    intérêt : "la transversale devient porteuse", recherches autour de l'élément porteur qui devient nécessaire à la lecture de la structure et non uniquement présent pour des raisons structurelles et physiques

  • Brainstorming

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Forster Mathilde, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Santos Costa Nicoly, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 17/11/19



    MEASURES_TA_101

    Réflexion commune

  • Topographie

    Par Forster Mathilde, Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Santos Costa Nicoly, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 14/11/19

                                      Image Thu Nov 14 2019 11:00:55 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    La première étape de cette nouvelle phase PLANES a été de mesurer le sol sur lequel seront implantées les structures prochainement conçues et construites, afin de pouvoir en dessiner la topographie. Pour y parvenir, nous avons divisé l'ensemble de la parcelle donné par groupes de trois. Le travail consistait alors à quadriller le sol en prenant appui sur le rythme régulier offert par les fenêtres du Rolex (ces fenêtres font 2,20 mètres de large). Des bandes de 2.20 mètres de large pour 29 mètres de longueur ont ainsi été définies. À l'aide d'un fil tendu depuis le point le plus haut de chaque bande, les hauteurs au sol ont alors été mesurées. Le terrain étant en pente, nous avons pris pour hauteur la plus haute 1.53 mètres, en bas du champ, et 0.61 m aux bords des fenêtres. Chacun devait dés lors mesurer près de 300 hauteurs. Rendre compte du relief existant sur cette parcelle peu accidentée s'est avéré plus difficile que ce que nous avions imaginé. 





  • BRIBES D'ATELIER III_Enclenchement de la phase PLANES

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, Ciak Laura, Desaules Alice, Dimarco Eva, Forster Mathilde, Gabrielyan Eva, Kali Youssef, Kibora Silan Hoël, Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, Makas Ilayda, Muller Emilie, Nguyen Dang-Vuong David, Panarese Remo, Petrachenko Julia, Robbins Jean-Luc, Tajana Marvin, Zheltyanik Natalya, 11/11/19
    Image Mon Nov 11 2019 15:57:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Brainstorming collectif pour débuter la phase PLANES et mettre en commun les idées fortes ayant traversé la phase précédente. Le but est de pouvoir identifier et extraire des principes et caractéristiques développés dans MEASURES afin de les réutiliser dans la phase actuelle. 




  • ALICE déambule_Post-Review

    Par Gabrielyan Eva, Muller Emilie, 08/11/19

    Lors de cette première review, deux idées de prolongement ont été évoquées. La première était d'étendre nos observations typologiques vers le reste de la structure, afin de déterminer s'il existerait -ou non- d'autres types que ceux mesurés et étudiés (au nombre de 3). La deuxième piste concernait les possibilités de rapprochement entre nos pièces moulées en plâtre et la notion de bas-relief.

    Nous avons pu observer que les interstices choisis se répétaient à travers tout le projet "Murmures". Les plâtres, issus de mesures menées à des endroits précis, peuvent ainsi "se déplacer", se translater, jusqu'à « recouvrir » la grille formée par la prostructure (représentée en noir et blanc dans l'axonométrie ci-dessous). En ayant donné une matérialité au vide, grâce aux maquettes, on peut alors s'imaginer qu'elles créent un nouveau « toit », générant une nouvelle structure et délimitant de nouvelles interstices.

    Les trois typologies identifiées ne sont toutefois pas répétées avec exactitude dans la structure. Chacune d'elles se déclinent avec une série de variations. Si nous avons, par exemple, documenté l'intersection de la plaque de bois (plan vertical) avec l'interstice (plan horizontal), la plaque se déplace d'une "case" à l'autre, entraînant des variations autour de cette première typologie. Il en est de même avec la typologie documentant la rencontre entre la trame horizontale de la protostructure et les éléments de bardage verticaux. 

    Nous pourrions dès lors prolonger ce travail en développant un plâtre combinatoire offrant davantage de croisements. En particulier, des typologies hybrides faisant se rencontrer les 3 typologies identifiées seraient pertinentes. 

    MEASURES_TA_emiliemuller_evagabrielyan_101

    Protostructure MURMURES, projet des élèves de 2ème année, et interstice étudiée (en noir)


    Durant cette première phase, nous avons "moulé le vide" de notre interstice. Après avoir construit un moule délimitant l'espace interstitiel et prenant en compte les éléments traversant notre interstice (tels que les poutres en bois), nous avons coulé du plâtre, concrétisant ainsi l'espace "vide" entre les objets "pleins". Du fait des interstices choisis, les moules réalisés s'apparentent à des plaques d'épaisseur faible. Ces plaques présentent des découpages et des surfaces plus ou moins creusées. Les plâtres obtenus, au relief faible et pourtant riche en détail, peuvent être rapprochés de la notion de bas-relief. Il s'agit d'un type de sculpture particulier du fait que les objets représentés ne se détachent que très faiblement du mur contre lequel ils sont dessinés. 


    MEASURES_TA_emiliemuller_gabrielyaneva_102

    Exemple de bas-relief : Cheval sellé, bas-relief en pierre, Province de l'Anhui