• PENCHÉ_Rotation et translation

    Par Ciak Laura, Panarese Remo, Robbins Jean-Luc, 18/12/19

    Dans notre projet nous voulions tirer parti des déplacements mesurés dans l'étude de la topographie fictive. Nous souhaitions décomposer ces transformations, pas à pas, afin d'explorer leurs potentiels dans la conception de nouveaux plans.

    Nous avons pris le parallélépipède de surface carré entier identifié sur le sol, et l'avons projeté sur un plan vertical en suivant trois étapes intermédiaires reportant respectivement l'une des trois rotations mesurées au sein des deux petites maquettes en plâtre situées à côté du premier parallélépipède : 

    a) Le parallélépipède de la première étape intermédiaire est obtenu par une rotation de 114 degrés sur le plan (x, z),

    b) Pour la deuxième étape nous ajoutons une rotation de 20 degrés suivant le plan (y, z),

    c) La troisième étape est obtenue par une rotation supplémentaire suivant le plan (x, z) de 10 degrés.


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_119


    Les déplacements mesurés sur la topographie fictionnelle ne sont pas uniquement le produit de trois rotations, ils engagent aussi une translation. Nous avons intégré cette-dernière en calculant son ratio et en l’utilisant pour définir la pente du plan vertical. Ce plan relie tous les autres plans entre eux en passant par leur centre de gravité. Il les relie également au sol et à la protostructure à l'aide de plusieurs dispositifs d'ancrage.


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_112

    Le plan vertical


    La translation observée au niveau de la topographie fictionnelle est également traduite dans notre projet par la diminution des dimensions du parallélépipède  considéré à chaque étape de transformation (rapport d'homothétie). Elle reprend le ratio de translation rencontré au sol (le décalage vers x par le décalage vers y).


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_203


    Axonométrie éclatée présentant les transformations liant des pièces de plâtre

    (centré avec différents axes des repère afin de comprendre les rotations)

  • PENCHÉ_Documentation d'un coulage sur place

    Par Ciak Laura, Panarese Remo, Robbins Jean-Luc, 18/12/19

    Nous avons coulé les plans constituant nos conditions horizontales directement sur place. Ce choix résultait d'une volonté d'assurer à la fois une bonne stabilité de l'ensemble et un ancrage permanent des plateaux dans le plan vertical. Nous n'avons utilisé qu'un seul plan vertical afin de ne recouvrir qu'à minima la partie du sol existant sur laquelle nous allions travailler. La volonté de travailler avec des plans horizontaux présentant une masse considérable (plâtre), tout en maintenant un plan vertical unique et de faible épaisseur (bois), devait nous permettre d'expérimenter de façon critique l'impact de charges situées en hauteur. Il s'agissait d'appréhender précisément les déformations induites pour développer des stratégies de compensation.


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_122


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_123


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_124


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_125


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_126


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_127


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_110


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_129


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_130


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_131


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_132


    Step-by-step des étapes suivies pour le coulage des plâtres (conditions horizontales)

  • PENCHÉ_Perspective visuelle

    Par Ciak Laura, Panarese Remo, Robbins Jean-Luc, 18/12/19

    Jusqu’à présent, nous nous sommes projetés sur ce que l'on pourrait ressentir en étant en haut de notre structure, en éprouvant un sol penché, en marchant sur un plan provocant une possible sensation de vertige due à sa hauteur et à son inclinaison.

    Mais, depuis le sol, quelle serait l'expérience spatiale vécue ? Quel type de lieu le dialogue entre plan créé génère-t-il ?


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_114


    Nous voyons, dans l'expérience de la structure depuis le sol, la création d'une  sensation proche de celle ressentie à l’entrée de la Tour Choukhov à Moscou (Vladimir Šuchov). En regardant vers le haut, la structure se développe au-dessus de nos têtes. Les lignes de fuite se rejoignant en un point éloigné, nous donnant à comprendre la continuité de la structure et de ces éléments filaires.



    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_117

    Tour Choukhov à Moscou


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_202.jpg

    Perspective en négatif, échelle 1:1 de la maquette

    (sert à exprimer la continuité)

  • PENCHÉ_Expérience de la pente

    Par Ciak Laura, Panarese Remo, Robbins Jean-Luc, 17/12/19

    Imaginons l'expérience qui serait celle d'une personne empruntant les différents plans (conditions horizontales) conçus. Qu'est-ce que cela procure de marcher sur un plan penché, et haut perché ?


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_101

    Appartement de Claude Parent, Neuilly-sur-Seine


    Cette notion de plan incliné a été mobilisée par Claude Parent, notamment pour son propre appartement à Neuilly-sur-Seine.

    « Le corps intervient par une sensibilisation plus intense à la notion de gravité. Le poids de l’homme est ressenti, est exprimé sur une pente même en station immobile, car il faut mécaniquement réaliser un effort musculaire pour conserver dans ce cas son équilibre. Cette prise de conscience du corps, même dans l’immobilité, prend une acuité bien plus grande dans le déplacement sur les rampes ».

    Claude Parent, Vivre à l’oblique


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_102


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_103

    Claude Parent explique avec précision la sensibilisation d’un être humain marchant sur un sol penché. Il parle de la force de gravité qui agit de manière différente et par conséquent de l’effort musculaire qui se produit dans notre corps qui cherche l’équilibre.

    Un exemple nous nous avons pu faire l'expérience est donné  par l’arrête du métro Lausanne-Gare, en centre-ville de Lausanne. Nous faisons face à un sol d'une pente de 11.5%, obligeant à un repositionnement du centre de gravité du corps.


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_106.jpg

    Arrêt de métro, Lausanne-Gare


    Nous pouvons également nous imaginer qu'une personne marchant sur le plateau supérieur ressentira non seulement la force gravitationnelle changer à cause de la pente du sol, mais aura aussi un sentiment de vertige dû à la hauteur du plan et à sa pente. Cette expérience peut être rapprochée de celle vécue en haut d'un plongeoir.


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_107

    Plongeoir de Thonon les Bains

    De plus, le fait d’être sur une petite surface délimitée, sans rien autour, nous mènera à une expérience spatiale particulière : celle privilégiée d'avoir atteint une vue dégagée, mais aussi le sentiment d’être à la limite d'un monde et entouré de vide.




  • PENCHÉ_Ancrer

    Par Ciak Laura, Panarese Remo, Robbins Jean-Luc, 17/12/19
    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_121


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_111


    Image WeSCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_118



    Image Sun Jan 05 2020 22:10:45 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)



    Ancrages au sol et à la protostructure : stratégies linéaires et ponctuelles



    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_204

    élévation, perspective, axonometrie



    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_205

    plan