• LA VIS ALTÉRANTE_Dialogue bois-carton-plâtre

    Par Panarese Remo, Tajana Marvin, 07/11/19

    Image Thu Nov 07 2019 22:20:51 GMT+0100 (ora solare Europa occidentale)


    “We want to offer the audience a point of view, or rather a grammar, to understand and compare the different structures...”

    — Bernd & Hilla Becher, "Can the photographic typology be defined?"


    Les trois parties de notre maquettes et leurs détails.

    Ligne du haut : maquette en plâtre supérieure.

    Ligne du centre : maquette représentant l’espace vide autour de l’altération. La corde marque l’espace occupé par la "vis altérante".

    Ligne du bas : maquette en plâtre inférieure.


    Image Fri Nov 08 2019 13:41:11 GMT+0100 (Mitteleuropäische Zeit)


  • COUVERTURE BIOLOGIQUE_Transparence

    Par Nguyen Dang-Vuong David, Robbins Jean-Luc, 07/11/19


    MEASURES_TA_nguyendavid-robbinsjeanluc_107


    Superposition par effet de transparence de notre moulage en plâtre et de photographies de "substances vivantes", le Physarum polycephalum et le Penicillium

    Peu à peu la structure se retrouve recouverte d'une peau invasive, translucide, dynamique.




  • STRATIFICATION_Post-Review

    Par Bianchi Elia, Lesbros Morgane, 07/11/19

    Lors de la Review par binômes de MEASURES, diverses observations ont été adressées à notre projet STRATIFICATION.

    Une première observation s'attachait à la représentation non figurative de l'altération sur la maquette en plâtre : trop superficielle et anecdotique. L'altération repérée et mesurée à Evian est spécifique car elle possède une direction (un coup porté sur le bois). Cette directionnalité n'est pas représentée sur la maquette. De plus, l'altération est tridimensionnelle, et non bidimensionnelle. Elle possède une profondeur, ce que la prise de mesure n'a pas suffisamment exploré. D'autres points auraient été nécessaires pour explorer la géométrie complexe de cette altération, sans tomber dans le mimétisme. 

    Nous avons dés lors élaboré un nouveau concept permettant d'explorer l'altération sur notre maquette. Nous entaillerons notre pièce de plâtre sur le lieu de l'altération et y incrusterons une plaque de bois. Cette planche tridimensionnelle nous parlera du geste et d'une direction, une insertion dans l'entaille du plâtre. 


    L'idée centrale explorée dans la maquette était celle de stratification. Les différentes "couches" relevées dans la mesure de l'interstice sont également présentes dans la maquette. La maquette se divise en quatre parties représentant autant de strates formant le mur étudié :

    Une strate porteuse -en 2 parties- forme le socle de la maquette et a été obtenue par le moulage autour de la protostructure et du poteau vertical. Une strate de remplissage, elle aussi en 2 parties, explicite la composition du bardage composant le mur, les diagonales de soutien et les poutres intermédiaires de maintien. Nos dessins explorent également ce concept de stratification : l'axonométrie éclatée de l'interstice est pensée par couche, une attention aussi portée dans le dessin de Monge. 

    Cette stratification nous informe ainsi sur la structure de l'interstice et éclaire la compréhension des différentes logiques mises en oeuvre dans le projet. Ce concept de "couches" soutient également notre stratégie de déconstruction, le phasage s'appuie en effet sur une distinction entre éléments porteurs et non porteurs. La manipulation de la maquette est en cela cohérente avec les étapes à conduire pour la déconstruction de cette portion de la structure.


    Image Thu Nov 07 2019 13:55:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Thu Nov 07 2019 13:55:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    1. Interstice complet moulé 

    2. Interstice décomposée. On peut désormais mieux la composition de l'interstice, le rapport entre une couche porteuse et une couche de remplissage.


    Image Thu Nov 07 2019 13:55:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    3. Décomposition totale des éléments constituant la maquette


    Détails. Les photographies de détails nous permettent d'approcher différemment les différentes couches de l'interstice. La première couche est la couche composée de barres de remplissage verticales. Les deuxièmes et troisièmes couches sont les poutres de maintien liées aux barres de remplissage. La dernière couche est celle dite porteuse. Elle est composée de la protostructure et d'un poteau vertical.

    Image Thu Nov 07 2019 13:55:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Thu Nov 07 2019 13:55:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


  • PATTERN_Post-Review

    Par Desaules Alice, Petrachenko Julia, 05/11/19

    Image Tue Nov 05 2019 23:39:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Image Tue Nov 05 2019 23:39:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Tue Nov 05 2019 23:39:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   Image Tue Nov 05 2019 23:39:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    L'idée de motif parle de répétitions et d'intervalles réguliers. Sa mise en oeuvre n'exclut toutefois pas, comme nous avons pu en faire l'expérience, la présence de variations et d'écarts. Déjà, lors de la mesure de l'altération sur le site d'Evian, nous avions pu relever une certaine tension dans l'appréhension de l'altération. Elle pouvait être interprétée comme accidentelle (singularité) ou comme planifiée (régularité du motif).

    La casa da Mùsica à Porto, conçue par l'architecte néerlandais Rem Koolhaas, peut être une référence pour notre travail. On y observe un travail de double pattern dans plusieurs espaces du bâtiment. Tout d'abord une forme géométrique très régulière se répète sur la façade extérieure du bâtiment, ce qui donne un effet de quadrillage. On retrouve aussi un motif sur les panneaux en bois couvrant les murs de la salle de concert, créé par les nervures du bois (référence au banchage qui a été étudié dans notre projet). Pour finir, les rideaux de cette salle de concert créent un motif répétitif. Le textile utilisé est un bon moyen pour percevoir la tension qu'il y a entre la répétition et la variation puisqu'il peut prendre une forme tout à fait différente selon sa position.


    Image Thu Nov 07 2019 14:58:31 GMT+0100 (CET)   Image Fri Nov 08 2019 13:43:34 GMT+0100 (CET)Image Fri Nov 08 2019 16:58:57 GMT+0100 (CET)


    Aux termes de cette première phase, de nouvelles pistes se sont par ailleurs ouvertes quant à l'analogie esquissée avec le béton. Le concept de "Pattern" possède une pertinence dans la lecture esthétique d'objets ou d'éléments structuraux, mais aussi dans leur lecture constructive et technique.



  • En lisant MEASURES

    Par Panarese Remo, 05/11/19

    CONCEPTION

    Dans le CODEX "Measures", l’utilisation du mot “conception” a alimenté une série de réflexions. On pourrait tout d'abord le penser en lien avec l'idée de « concept », soit penser à quelque chose qui se forme dans l’esprit. Plus communément encore, le mot conception peut être associé à la formation d’un nouvel embryon humain (entendement repris dans les textes religieux). Or, il était utilisé, dés la page 8 du Codex, en lien avec l’architecture. 

    Quel lien ce mot entretient-il avec l’architecture ? Le Petit Robert propose une troisième signification pour ce mot : « action de concevoir, de créer ». Ce rapprochement me serait venu moins directement. Pourtant, le verbe « créer » m'apparaît comme étant d'une grande justesse pour accompagner le mot « conception ». C'est dans ce rapprochement que la conception et l’architecture se rencontrent.

    Le CODEX pointe aussi l’importance de concevoir ensemble. « Créer » me ramène ainsi aux premières expériences faites à l’atelier. Je pense au moule, où le travail réalisé à deux a été essentiel. Je pense au plâtre que l’on a dû couler pour créer, pour donner naissance, pour concrétiser quelque chose de beau ensemble.