• MAN-MADE ISLANDS _ « Ecoutez la voix silencieuse »

    Par Panarese Remo, 17/02/20

    « Ecoutez la voix silencieuse », nous disait notre carte. Un impératif et un oxymoron. « La voix silencieuse » et on a pensé tout de suite de suivre la voix de l’eau au bord du Rhône : une voix, qu’on peut écouter seulement avec le silence profond autour. Une voix qui nous donne le sentiment de tranquillité et légèreté.

    L’ile, une étendue de terre entourée d’eau , assume donc un significat plus philosophique.

    Notre deuxième ile apparut comme ça :


    Image Tue Feb 18 2020 20:17:00 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Entourage de l'île:

    Image Tue Feb 18 2020 20:10:23 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Encrage de l’ile au sol :


    Image Tue Feb 18 2020 22:01:58 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    251. DIFFERENT CHAIRS

  • MAN-MADE ISLANDS- une île bricolée

    Par Kali Youssef, Gabrielyan Eva, Muller Emilie, 16/02/20

    Le jeudi 19 décembre, nous avions rendez-vous le long du Rhône, à Genève, entre le Viaduc de la Jonction et la passerelle du Lignon, aux coordonnées 46°12'05.7"N 6°05'32.7 E ».

    Nous avons été répartis en groupe de 4 ( 2 étudiants du studio TRIEBER et ABENIA ) afin de remplir notre « mission » de la journée. Le but global était de trouver un territoire en se basant sur une réflexion poussée de la notion de l’île, selon la définition de Gilles Deleuze. L'iìle n’est donc plus une simple « étendue de terre entourée d’eau », mais un tout à elle seul, et, comme le dis Deleuze, « Tout se passe comme si, son désert, elle l’avait mis autour d’elle, hors d’elle ».

    Notre interprétation était que l’île naissait de la différence entre deux territoires, définis par une limite qui peut être visible ou invisible. Ainsi Venise est une île, bâtie par les hommes, elle survit à son désert d’eau, tout comme les pyramides surgissent du sable.

    C’est avec cette nouvelle réflexion, inspirée de la stratégie oblique de Brian Eno et Peter Schmidt, que nous sommes partit à la recherche de nos îles.

    Perdus dans la nature, nous nous sommes retrouvés plongés dans la verdure genevoise. Grace à nos téléphones et à l’une des étudiantes qui était une scout aguerrie, nous avons, après avoir traversé des champs, ponts, et le Rhône, trouvé une maison à première vue abandonnée et vide entourée de grillage. 




                        SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_101                                                  ¨                      

                                                     SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_102


    Avant de franchir les barrières de la propriété, il a fallu passer entre les imposants pylônes de l’autoroute qui s’imposaient à la maison.

                        SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_103

    Limites du voisinnage: pont surplombant la maison

                        SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_104

                        SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_105   

                        SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_106       


    Une fois entrés dans la propriété, on dénote la maison, un ponton pour un accès a l’eau et un petit préau pour travailler par mauvais temps. C’était donc un espace habité auparavant ou en ce moment-même

      

                 

                                  SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_107     

    Préau pour travailler par mauvais temps

             

                                  SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_108 

    Espace de rangement couvert


                                  SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_109

    Espace de rangement couvert (2)


                                   SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_110

    Banc devant la maison


                                   SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_111

    Banc devant la maison (2)


                                          SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_112

    Banc devant la maison (3)

                 

                                          SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_113

    Ponton donnant accès à l'eau


    À l’intérieur, nous voyons bien que l’espace était loin d’être abandonné. Dans ce bâtiment composé en deux parties -une salle à manger et l’atelier, trouvons des jeunes de notre âges ainsi que des moniteurs qui nous apprirent que cette bâtisse et une maison de réhabilitation où ces jeunes apprennent à travailler le bois.




                      SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_114

    Séparation du bâtiment: à gauche, l'atelier et à droite, la salle à manger


                                           SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_115

    Atelier intérieur


    Cet endroit formait une île, dans un premier temps par son -aspect, bricolé, rafistolé, composé de tôle, planches de bois, ou PVC- qui rentre en opposition avec la nature et l’immense autoroute, et dans un deuxième temps grâce à l’activité de ces gens : ils vivaient entre eux avec la volonté de transmettre et d’apprendre. Cet endroit survit alors grâce au travail de ses habitants, autonomes, indépendants.


                                                            SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_116



    Les adultes représentaient des accompagnons passionnés par leur travail, donnant la chance à des adolescents de créer, de développer leur esprit.

    Bercé par le Rhône. Ce groupe paraissait hors du temps, déconnecté du flux insérant de la route.

    Par la suite, nous sommes partis à la recherche d’autre île située dans les alentours. L’une de nos cartes disait « Comptes tes pas ».

    Nous avons donc établi un protocole :

    Il fallait premièrement compter le nombre de pas nécessaires pour faire le tour de la maison -66 pas, puis il fallait partit du portail en avançant de ce même nombre de pas dans une direction de notre choix.

    Une fois arrivés, et après avoir brièvement observé les alentours, nous trouvons une autre île : un pylône électrique, ancré avec une fondation en béton. Le tout dans un espace abandonné entouré de verdure et d’arbres. Une sorte d’îlot de connexion faisant partie d’un network plus grand.



                    SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_117                                   SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_118          

                                               

                                                SCAFFOLDING_TA_youssefkali_evagabrielyan_emiliemuller_119

    Pylône électrique se trouvant à 66 pas du centre de réabilitation


     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             







  • MAN MADE ISLANDS_Intro

    Par Desaules Alice, Petrachenko Julia, 16/02/20

    Un exercice nous a été proposé lors de la promenade sur les bords du Rhône, trouver une île. Nous n’avions aucune idée d’où elle se trouvait ou encore de quel genre d’île il s’agissait. Le seul indice que nous avions : c’était une île en béton. 

    Nous voilà en groupe de quatre, nous apprenons à faire connaissance et de là commence notre balade. Nous prenons nos téléphones pour localiser le point indiqué. Il est à une heure.

    Nous marchons dans le Lignon, jusqu’à rencontrer des autres groupes qui connaissaient un raccourci pour aller de l’autre côté de la rivière.

    On s’engouffre dans la forêt, jusqu’au pont que l’on traverse. De l’autre côté du pont, nous redescendons dans la forêt, où l’on arrive dans un endroit étrange, on ne savait pas si on avait le droit d’être là alors nous sortons et continuons de marcher le long de la rivière pendant 40 minutes jusqu’à notre île.

    Nous arrivons à l’île deux heures après notre départ, c’était plus long que prévu car on s’est perdus quelques fois.  

    Arrivés sur le lieu, nous nous demandons à quoi cela pourrait bien servir, ou tout simplement est-ce qu'il avait réellement une utilité. C'est à ce moment là que l'on rencontre un homme qui mange son souper. Il nous raconte que c'est par là que passent les conduits d'eau qui se déversent dans le Rhône. 

  • MAN-MADE ISLANDS _ Une étendue de terre entourée d’eau

    Par Panarese Remo, 06/02/20

    « L’île est ce que la mer entoure, et ce dont on fait le tour, elle est comme un œuf. Œuf de la mer, elle est ronde. Tout se passe comme si, son désert, elle l’avait mis autour d’elle, hors d’elle. Ce qui est désert c’est l’océan tout autour ».

    Gilles Deleuze (Philosophe)

    On y part donc. A la recherche de notre ile. A la découverte d’une ile.


    Image Wed Feb 19 2020 21:57:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Point de départ

    Image Wed Feb 19 2020 21:57:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Image Wed Feb 19 2020 21:57:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    On contourne le Rhône

    Image Wed Feb 19 2020 21:57:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    La traversé du pont

    168. CONNECTION TO THE HEART

    D’un coté de terre ferme on passe à l’autre. Le pont relie, permet de joindre. On peut donc parler d’une connexion entre deux parties de terres séparées par le passage d’une rivière. Connection to the Earth.

    108. CONNECTET BUILDINGS

    On peut donc penser au pont comme une structure qui relie et qui connecte. Au lieu de “connectet buildings” on pourrait dire, mieux, “Buildings for connection” comme donc dans le cas d’un pont.

    112. ENTRANCE TRANSITION

    Parce que le pont fait de transition entre un coté et l’autre et parce que parfois le pont nous permet d’entrer dans une expérience spatiale, une nouvelle dimension, complètement différente.


    Image Wed Feb 19 2020 21:57:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Analogies d’iles trouvées sur le sentier:


    Image Wed Feb 19 2020 22:06:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    La plaque d'égout: une île émergeant du sol?

    Image Wed Feb 19 2020 22:06:57 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Réussite:


    Image Wed Feb 19 2020 22:13:17 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Notre ile construite par la main humaine a évidemment une fonctionnalité évidente et précise qui va au-delà de l’aspect probablement figuratif qu’on lui a voulu donner. Notre ile sert de canalisation, une structure d'évacuation des eaux. A travers celle-ci, une rivière se rejoint au Rhône en passant au-dessous du chemin de la forêt, permettant comme ça le passage. 


    Image Thu Feb 20 2020 19:30:28 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Une fois arrivés sur place on a toute de suite essayée d’identifier l’entiers de la partie d’ile, définissable comme telle, qui réfléchissait donc la définition d’une ile : « une étendue de terre entouré d’eau ». On s’est donc demandé si l’ile comprenait toute la construction en béton ou juste la partie de forme pyramidale qui sortait de l’eau et qui était effectivement entouré d’eau. On aurait dit en fait que le tout ressemblait à une péninsule plutôt qu’à une ile.

    Mais même concernant l’élément en forme pyramidale présent au centre de la construction en béton, qu’on vient de définir come « ile », on peut dire qu’il ne s’agit qu’une « ile saisonnière ». En fait, pendant les saisons plus chaudes d’été et d’automne, avec une pénurie d’eau dans le canal, même cet élément ne va plus être entouré d’eau et perd donc son titre théorique d’ile, donné par la définition. 


    Image Tue Feb 18 2020 19:34:23 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    « Ces îles de béton deviennent des lieux où l’envers des villes peut être approché avec une acuité particulière. L’île devient avant tout un prisme au travers duquel voir et penser le monde ».

    Tiré du dossier "Man-Made Islands"


    98. CIRCUATION REALMS

    136. COUPLE'S REALMS

    137. CHILDREN'S REALM

    En fait “realm” se traduit en français “domaine » et sur notre ile, la notion de « domaine » s’éteint à deux niveaux.

    On reconnait une domaine de fonctionnalité remarquable et une domaine environnementale qui souligne le contraste entre la nature de la forêt et la construction humaine en béton de la canalisation. Balade de béton de nature et de brume au sein d'un environnement où coexiste à la fois une nature sauvage et une présence humaine marquée. 


    Image Thu Feb 06 2020 15:40:50 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)

    Entourage de l'île

    Encrage de l'île au sol:


    Image Tue Feb 18 2020 19:49:31 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    La main humaine et très probablement un coulage de béton sur place ont permis l’encrage de l’ile au sol, qui ne fait qu’un avec le sol naturel déjà existant.

  • RECOUVREMENT_Dialogue avec la protostructure

    Par Kundert Océane, Laurent Jean-Baptiste, Lesbros Morgane, 18/12/19

    Comme préalable au projet, nous ne souhaitions pas nous inscrire dans une cellule de la protostructure, délimitée et finie. Par ailleurs, la volonté de prolonger la plaque de plâtre identifiée dans la topographie définissait un plan non orthogonal avec le repère de la protostructure. Cela nous a mené à mettre en place des lignes de forces répondant à un repère autre que celui amené par la protostructure (ni rapport de parallélisme, ni rapport d'orthogonalité).

    Ces "lignes de force" se matérialisent par des éléments structurels liant notre plan à son environnement (sol et protostructure). Elles reprennent les charges amenées par notre projet et les transmettent à la protostructure, qui a donc un rôle structurel primordial. La protostructure est un repère, une grille qui pourrait théoriquement être infinie. Nous avons donc entrepris de la prolonger, en construisant une cellule supplémentaire amenant à un "épaississement" local de la protostructure. Ce prolongement a été discuté et décidé en collaboration avec un autre groupe, afin d'évaluer les possibilités et contraintes amenées par cette extension pour nos projets respectifs. 


    Image Wed Dec 18 2019 21:11:29 GMT+0100 (Europe de l’Ouest)


    Nous avons également été amenés à percer les 2 plans parallèles constituant le recouvrement sol-plafond de notre projet. Ce percement permet aux éléments verticaux de la protostructure de passer. Ici, la protostructure ne porte pas, mais elle participe toutefois à la stabilité d'ensemble du projet en limitant les translations dans les plan Ox et Oy. 

    Nous avons enfin pensé ce projet à l'échelle humaine, afin que 2 personnes soient invitées à venir s'installer, s'asseoir confortablement, dans la courbe formée par le recouvrement des plans.