• Entre deux milieux_Conception du seuil

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, 18/12/19

    Notre structure est donc composée d’une plan horizontal qui relie les deux milieux : plâtre organique et plâtre pure. Ce plan est soutenu par deux système de soutiens différents dans chaque partie et raccroché à la protostructure.

    Dans la partie « organique » pour tenir notre seuil, nous avons décidé de prolonger le côté irrégulier du socle en réalisant une colonne avec du plâtre mélangé à de la terre et de différentes couleurs. La réalisation de cette colonne ne s’est pas opéré grâce un moule, mais à partir de couches successives de plâtre déposées au fur et à mesure.


    Image Wed Dec 18 2019 07:43:17 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    De l'autre côté du seuil, nous avons un pilier en bois. Il est constitué d'une barre verticale et de trois barres obliques qui viennent soutenir le pilier qui sont toutes ancrées dans un socle de plâtre et de bois. De plus, les faces comportent des diagonales afin de rigidifier le pilier, et limiter son mouvement. Ce type de pilier est inspiré de pilier dans un pont à tréteaux. La particularité de notre pilier est que contrairement aux piliers des ponts à tréteaux, un des pilier est vertical.


    Image Wed Dec 18 2019 08:01:13 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Pont à tréteaux


    Image Wed Dec 18 2019 07:54:52 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Prototype de pilier sans le treillis sur les côtés


    Le plan horizontal est soutenu par ces deux piliers de manière excentrée. Lorsqu'on se situe sur le plan horizontal et qu'on regarde une des extrémités, le pilier se situe dans la partie droite de la plaque horizontale. Ainsi, les deux piliers équilibrent la plaque en la soutenant de chaque côté.


    Image Wed Dec 18 2019 11:14:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Structure vue de face

    Au milieu de la plaque horizontale, la protostructure traverse le seuil. Pour améliorer la stabilité et avoir une horizontalité du seuil, nous avons décidé de rajouter une barre verticale et une barre oblique afin de reprendre les forces qui ne sont pas reprises sans cette structure de rigidifcation pour éviter la rupture en cas de trop grosse charge.


    Image Wed Dec 18 2019 11:14:14 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Structure vue en oblique (permet de bien voir la rigidification au niveau de la protostructure)

  • Entre deux milieux_Prolongement de PLANES

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, 18/12/19

    La phase SCAFFOLDING est un prolongement de la phase PLANES. Nous avons donc repris certains concepts du projet L’ENTRE DEUX ; la notion de seuil comme un espace de transition a été reprise, et qu’elle permet de passer d’un endroit à un autre (opposés par certaines caractéristiques).

    En parcourant la topographie fictive, nous avons remarquer plusieurs types de seuils : des seuils par la matière (plâtre mélangé avec des autres matériaux et plâtre pur), par les formes (régulières, irrégulières), etc. Nous avons donc choisis un endroit où il y a un changement, et donc, où il est possible de mettre en place un seuil

    Notre seuil permet de passer de la partie « organique » de la topographie à une partie plâtre  « pure » de la maquette. La première partie est composée de plâtre mélangé à de la terre, des racines, du bois, etc, et est de forme non géométrique et irrégulière. L’autre partie est une dalle du Panthéon géométrique de plâtre pure. Ainsi, le seuil permet de passer d’une géométrie à une autre, d’une texture à une autre et d’une couleur à une autre. Il crée un dialogue entre des espaces de nature différente


    Image Wed Dec 18 2019 08:33:39 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Partie organique                                                        Partie de plâtre "pure"


    Dans le dictionnaire Larousse, il existe une définition géographique du seuil :

    "Lieu d'altitude intermédiaire entre des régions de reliefs contrastés, qui sert souvent à la fois de ligne de partage des eaux entre des régions de hauteurs et de passage entre des régions déprimées."

    Nous pouvons faire une rapprochement entre cette définition du seuil et notre projet. En effet, dans notre projet notre seuil est comme une lieu de passage en altitude, et sépare deux milieux bien différents par divers aspects : forme, couleur, texture, etc.

  • Entre deux milieux_Création de la topographie fictive

    Par Anivarro Zabala Rafael, Bianchi Elia, 18/12/19

    Pour commencer cette phase, nous avons réalisés collectivement une « topographie fictive » grâce à nos différentes maquettes en plâtre élaborées dans les phases précédentes. Cette topographie est un sol de 40m de long avec un couche de plâtre d’environ 2cm qui relient toutes les maquettes des différents étudiants. Ensuite, par-dessus la topographie a été mis en place une protostructure dans laquelle nous élaborerons par la suite nos projets par groupe.


    Image Wed Dec 18 2019 07:27:19 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    Section de la topographie



  • PENCHÉ_Perspective visuelle

    Par Ciak Laura, Panarese Remo, Robbins Jean-Luc, 18/12/19

    Jusqu’à présent, nous nous sommes projetés sur ce que l'on pourrait ressentir en étant en haut de notre structure, en éprouvant un sol penché, en marchant sur un plan provocant une possible sensation de vertige due à sa hauteur et à son inclinaison.

    Mais, depuis le sol, quelle serait l'expérience spatiale vécue ? Quel type de lieu le dialogue entre plan créé génère-t-il ?


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_114


    Nous voyons, dans l'expérience de la structure depuis le sol, la création d'une  sensation proche de celle ressentie à l’entrée de la Tour Choukhov à Moscou (Vladimir Šuchov). En regardant vers le haut, la structure se développe au-dessus de nos têtes. Les lignes de fuite se rejoignant en un point éloigné, nous donnant à comprendre la continuité de la structure et de ces éléments filaires.



    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_117

    Tour Choukhov à Moscou


    SCAFFOLDING_TA_panareseremo-ciaklaura-robbinsjeanluc_202.jpg

    Perspective en négatif, échelle 1:1 de la maquette

    (sert à exprimer la continuité)

  • ENTRELACÉ_Finalisation

    Par Desaules Alice, Petrachenko Julia, 17/12/19

    Plusieurs questions, plusieurs doutes sont apparus tout au long de ce travail. Cependant la notion qui est restée centrale dans l'élaboration de ce projet était l'ancrage dans le modèle en plâtre, point de départ de notre travail.


    Image Tue Dec 17 2019 21:14:14 GMT+0100 (CET)


    Le projet a évolué plusieurs fois au cours du workshop, laissant place à différentes sortes de peignes qui venaient s'imbriquer dans les éléments en bois de la protostructure. L'itération qui nous a semblé la plus pertinente reprenait l'inclinaison du modèle en plâtre et entrait en relation avec la protostructure, permettant un soutien mutuel.


    Image Tue Dec 17 2019 20:15:15 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 17 2019 20:15:15 GMT+0100 (CET)


    Un jeu de lumière est créé par l'usage d'éléments filaires en bois disposés de sorte à former un peigne. L'alternance régulière entre plein et vide fait en effet apparaître un pattern reprenant le thème de travail exploré dans les phases MEASURES et PLANES. Une forme de tissage est projetée sur la surface du mur, elle n'est cette fois plus le fruit d'un croisement de fils, mais résulte d'un croisement d'ombres. 


    Image Tue Dec 17 2019 21:29:46 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 17 2019 21:29:46 GMT+0100 (CET)


    Le vide existant relevé entre deux éléments en plâtre de la topographie permet le développement d'un ancrage supplémentaire. L'élément peigne peut en effet s'ancrer dans cette faille. Or, le peigne étant oblique, chaque baguette en bois ne s'imbrique pas dans la fente, donnant une plus grande légèreté à la structure.


    Image Tue Dec 17 2019 21:29:46 GMT+0100 (CET)Image Tue Dec 17 2019 21:29:46 GMT+0100 (CET)


    Nous avons cherché à prendre en compte plusieurs éléments qui nous semblaient nécessaire. Tout d'abord le plan oblique qui est notre point de départ, que l'on retrouve tout au long de notre travail. De plus, Nous avons cherché une relation avec le sol mais aussi une relation avec la protostructure pour avoir un lien connecteur et que la structure ne soit pas "flottante", mais ancrée à plusieurs endroits.


    Image Tue Dec 17 2019 21:29:46 GMT+0100 (CET)