• Goupe parcours - réflexion

    Par Ackermann Remo, Dujardin Solange, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Udriot Cyril, 07/04/20


    Suite à la phase ROOMS, nous avons une multitude de projets ayant des idées claires qui permettent à présent de travailler encore plus tous ensemble et de réfléchir à plusieurs aspects que l'on aborde dans notre studio à l'aide de trois grand thèmes: Liaisons - Parcours - Entrée.

    Notre groupe s'occupe du thème parcours. Nous avons tout d'abord essayé de regrouper tout ce qui nous semblait cohérent par rapport à notre thème en regardant tous les projets et en synthétisant les idées qui nous intéressent le plus en les rassemblant sur une planche et en regroupant des mots-clés.



    Image Tue Apr 07 2020 09:13:31 GMT+0200 (CEST)Planche avec éléments repris des projets ROOMS 

    Image Tue Apr 07 2020 09:13:31 GMT+0200 (CEST)Réflexions sur des mots-clés traduisant nos idées


    Après la mise en commun de notre réflexion avec les autres groupes (Liaisons et Entrée), plusieurs idées qui nous permettent d'approfondir notre réflexion sont apparues:

    - avoir une notion de "stop/start"

    - avoir un foisonnement de toiles qui permet de traverser les choses sans voir ce qu'il y a  derrière 

    - Créer une boucle de promenade, ne pas forcément se limiter à quelque chose de linéaire

    - Créer une ambiguïté de toit-sol

    - Jouer avec la superposition possible de projets

    - Jouer avec différentes séquences de sorte à ce qu'il n'y ait pas juste une séquence complète

    - Avoir des choix dans le parcours

    - S’étendre sur plusieurs niveaux pour pouvoir relier les differents projets des studios 



  • Post commun fin de phase ROOMS

    Par Ackermann Remo, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Gindroz David, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Mokaddem Khalil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Wasserfallen Benedict, 29/03/20

    Lors de cette phase, nous nous sommes intéressés au site de "la Mangrove", une berge sur le bord du Rhône, dans la commune de Genève. Ce site se caractérise par un havre de nature, au milieu de la vivante ville de Genève. Nous avons travaillés sur une rive accompagnée d'un mur pour éviter les inondations. Il y'a également une plateforme en béton avec un escalier. Le site est recouvert d'arbres dont la plupart sont des platanes. Il nous faut donc travailler avec respect pour ces derniers. Nous avons du également prendre en compte que l'accessibilité pour amener nos projets est quelque peu restreinte. 


    Image Mon Mar 30 2020 00:54:34 GMT+0200 (CEST)                   Image Mon Mar 30 2020 00:54:34 GMT+0200 (CEST)



    Image Sun Mar 29 2020 23:04:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)                     Image Sun Mar 29 2020 23:04:37 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Pour ce projet, nous avons travaillé avec le studio Maréchal autour de la même proto-structure (quadrillage en 3 dimensions, qui sert autant de support à nos projets que de lignes directrices pour nous repérer). Cette dernière étant relativement petite nous avons rapidement étés amené à dialoguer et à trouver des points d'ententes. Dans chaque projet, l'idée d'articulation et de dialogue avec les autres se retrouve centrale.

    Notre réflexion s'est basée sur la théorie des quatre éléments d'architecture de Semper, à savoir le sol, la couverture, le foyer et le toit et également sur le Codex d'Alice de la phase ROOMS. Comment définir un intérieur? Un extérieur?Comment créer une sensation d'intériorité ? Qu'est-ce qu'une ROOM?

    Enfin nous avons dû nous pencher sur des détails de construction. Pour certains il a fallu relever le défi d'être en porte-à-faux, pour d'autres celui d'être en hauteur. Il a fallu également prendre un certain recul et faire au mieux pour que les projets s'aident les uns les autres structurellement parlant. Certaines personnes ont également décidé de créer un projet préfabricable mais dans l'ensemble nous avons tous fait attention à la quantité de bois et des autres matériaux utilisés. 

    Vous trouverez ci-dessous les dessins communs au studio Fauvel et au studio Marechal. Nous vous conseillons de télécharger les documents via le lien afin d'observer notre travail avec une qualité meilleure.

    https://wetransfer.com/downloads/21972dce6ad83f74004291ea71a5da9e20200330061420/ddfd33abfdb20caeca923a466ede01ce20200330061420/784066


                            Plan commun 1:33


          Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)






                         Elévation transversale 1 1:33

                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)


                     

                       Elévation transversale 2 1:33
                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)


                         Coupe 1 1:33


                        Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)



                        Coupe 2 1:33  

                               Image Mon Mar 30 2020 08:24:33 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




     

                          Coupe 3 1:33


                   



        Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)



                       Coupe 4 1:33


                       Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST) 



                      Coupe 5 1:33


                      Image Mon Mar 30 2020 02:00:04 GMT+0200 (CEST)




  • Présentation pour la review

    Par Dujardin Solange, 26/03/20

    Introduction :


    INTENSION : Lier SPACIALITE, SENSATION ET MATERIAU = faire bouger les gens, par la vue d’ombre, grâce à un plancher en bois et des parois de plexis

    QUOI :  faire bouger les gens -> espace en L pour inviter les gens à  se déplacer plan PDF

    COMMENT : par la vue d’ombres

    2 types d’ombres : celles des éléments du site + celles des gens  

    DONC : 2 jeux d’ombres donc 2 systèmes différents donc 2 matériaux : « plancher-garde-corps » en bois et parois en plexis

    OU : Point commun de ces deux jeux d’ombre =  Les 2 jeux d’ombres ont une intension à double échelle = au niveau de la rooms et plus largement au niveau de toute la protostructure

    = Les 2 jeux d’ombre participent tous les deux à l’extension du projet


    ______________________________________________


    Explication des deux jeux d'ombre : raisonnement épousant la logique constructive 


    * jeu d'ombre avec les éléments du site -bois-


    Entre le 21 mai et le 21 septembre, le soleil est très haut donc c’est au sol que sont observables les ombres recherches soleil

    SOL

    Réalisation du plancher : solives, reprise du système de clip en L de la proto pour assurer un maximum de stabilité.

    Les solives sont fixées aux poutres grâce à des mini L. BD

    Les lattes sont orientées en biais = permet de contreventer et en plus, orienté vers le soleil SO lorsqu’il est 13h (luminosité maximale -> condition optimale pour voir les ombres) ce qui permet de mettre en valeur les ombres.

    Le bois est d’ailleurs un matériau qui met en évidence les ombres.

    => Le plancher est à la fois écran sur lequel sont projetées les ombres des arbres (Jeu d’ombre à l’échelle de ma rooms) et à la fois parois projetant des ombres au sol (jeu d’ombre à l’échelle de toute la proto)

    Le plancher est prolongé à la verticale pour former des gardes corps projetant aussi des ombres (même rôle que le plancher) -> continuité axo éclatée PDF


    Intension: La vue des ombres des éléments du site invite

    - le promeneur situé dans ma rooms à se déplacer sur le plancher

    -le promeneur situé en bas de la proto à se déplacer au sol


    ***


    *jeu d'ombres des gens -plexis-


    PAROIS verticales

    Recherche d’un matériau résistant et opaque pour que l’on puisse jouer avec les ombres -> plexis poncé recherches plexis

    Réalisation : plexis cloué sur du bois, reprise système de clip en L de la proto pour fixer les parois sur la proto axo PDF

    A l’échelle de la rooms : Nécessité de placer une parois à un endroit où on peut passer devant et derrière -> on place une parois au milieu : Parois mord sur 2 cellules et suggère une ambiguité : on bien on voit l’espace sans y entrer, ou bien on entre dedans  -> largeur des ouvertures correspondent aux dimensions standard d’une porte-fenêtre et hauteur des parois correspondent à la taille humaine 2m croquis + perspective PDF

    A l'échelle de la proto : on place une grande parois à l’arrière qui sert de garde corps

    De plus si on se situe en bas de la proto, on aperçoit les ombres des gens

    => Les ombres des gens sont à la fois observables lorsqu’on se situe dans ma rooms et à la fois lorsqu’on se place en bas de la proto


    Intension :  le promeneur est invité à se mouvoir pour voir des ombres dans ma rooms – dans la proto


    lien de partage rhino PDF : https://drive.google.com/file/d/1Ycy-d5ijZmBqA2ZWedJe3wXLtb5s19rz/view?usp=sharing


  • Système constructif

    Par Dujardin Solange, 15/03/20


    fixation du plancher sur la proto : 


    De la bande dessinée ... à la bande photographiée

    -principe : accroche du plancher des parois à la proto par clipage, grâce au système de L-


    1. poutre de la protostructure                         2. plancher et ses solives en L                              3. accrochage grâce au système de clip

     Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET)  Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET)  Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET)

                                                  Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET) 4. réalisation d'un mini "L" (module x16)

    Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET)  Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET)  Image Sun Mar 15 2020 22:39:55 GMT+0100 (CET)

    5. mini "L" vissé à la poutre et à la solive des 2 côtés



    réalisation générale de la maquette : 


    composition :

    -2 planchers préfabriqués formant un "L" -lattage adapté à la proto et laissant passer deux arbres- 

    -3 parois préfabriquées en plexis poncé


    assemblage général :

    -Solives espacées de 60 cm, système de L viennent se cliper sur poutres porteuses selon la plus petite portée (impossibilité de visser directement les solives aux poutres porteuses de la protostructure)

    -Plancher (lattes 5 par 3 et séparées de 3cm) déjà accroché aux solives servant de contreventement

    -Petit système structurel en forme de L pour venir consolider le tout 





    Image Mon Mar 30 2020 08:37:57 GMT+0200 (CEST)



    -Ajout des parois de plexis qui viennent se cliper puis se visser à la proto 

    -Ajout des gardes corps dans la continuité du plancher



    ***


    Image Fri Mar 27 2020 14:09:47 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    plan


    Image Fri Mar 27 2020 14:11:35 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Image Fri Mar 27 2020 14:08:48 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    élévations




    Image Wed Apr 01 2020 21:03:47 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    deuxième Monge

    Image Wed Apr 01 2020 21:03:47 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    Image Wed Apr 01 2020 21:03:47 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)



    perspectives du projet, vues depuis le projet de Matéo

    idées de "balade architecturale", avancée progressive


  • Intension : spacialité & sensation

    Par Dujardin Solange, 15/03/20


    Intension : Lier spacialité sensation et matériau.


    L'objectif est de faire bouger les gens, grâce aux ombres, à l’aide de parois en plexis et d’un plancher en bois.



    1.SPACIALITE : L’espace que j’ai donné à mon plancher est en forme de « L ». Il invite le promeneur à déambuler, à zigzaguer, à faire demi tour et revenir sur ses pas, à ralentir ou à accélérer et ne jamais se déplacer de façon rectiligne.


    Mise en forme : arrivée du promeneur à droite sur le plan, puis déplacement vers le Rhône accompagné d’un confinement de l’espace.


    Première zone : grand espace avec des arbres

    -possibilité d’apercevoir la deuxième zone, si on se place à gauche de la parois de plexis

    -possibilité d'entrer dans la deuxième zone, si on se place à droite de la parois

    Deuxième zone : espace plus petit

    -idée de gradation-




    Image Mon Mar 30 2020 00:01:04 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    On en vient à déterminer les largeurs des parois.


    La parois la plus proche du Rhône (et qui est aussi la plus petite) mord sur la longueur de deux cellules et suggère une ambiguité : ou bien le promeneur se situe à gauche et observe la deuxième zone, ou bien il se situe à droite et entre dans cette deuxième zone.

    La parois la plus éloignée du Rhône (et qui est aussi la plus grande) ferme la première zone.



    Image Wed Apr 01 2020 19:27:08 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)

    perspective et expérimentation de la notion d'intériorité




    2.SENSATIONS

    Le rythme de déplacement des personne se cale sur celui des ombres.


    L'éloge de l'ombre : 

       


    Image Fri Mar 27 2020 18:47:07 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)




    Image Fri Mar 27 2020 18:48:10 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





               

    Sans autre moyen que du bois sans apprêt et un sol nu, l'on a ménagé un espace en retrait où les rayons lumineux que 

    l'on laisse pénétrer engendrent de ci de là, des recoins vaguement obscurs.



    Nous cherchons à nous accommoder des limites qui nous sont imposées, nous nous sommes contentés de notre condition 

    présente ; nous n'éprouvons par conséquent nulle répulsion à l'égard de ce qui est obscur, nous nous y résignons comme à 

    l'inévitable : si la lumière est pauvre, eh bien quelle le soit ! Mieux, nous nous enfonçons avec délice dans les ténèbres et 

    nous leur découvrons une beauté qui leur est propre. 



    Nous nous complaisons dans cette clarté ténue, faite de lumière extérieure d'apparence incertaine, qui conserve à grande 

    peine un dernier reste de vie. Cette clarté là, ou plutôt cette pénombre vaut tous les ornements du monde et sa vue ne 

    nous lasse jamais.


    d'après L'éloge de l'ombre, Tanizaki



    Image Fri Mar 27 2020 18:48:10 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    Recherche sur les ombres : 

     

    Image Sun Mar 15 2020 22:01:53 GMT+0100 (CET)


    Le soleil est très haut aux dates étudiées. Les ombres sont donc mieux observables au sol. L écran sur lesquelles sont projetées les ombres correspond donc à mon plancher. De plus le matériau du bois permet de mettre en valeur les ombres.

    J’ai prolongé le plancher pour en faire une enveloppe à gauche, c’est-à-dire des gardes corps.


    Image Sun Mar 15 2020 22:01:53 GMT+0100 (CET)


    De plus aux heures de pointe, le soleil est situé vers le Sud Ouest. J’ai donc orienté les lattes de plancher en fonction de cet angle pour mieux voir les ombres. J’ai aussi orienté les parois de plexis et les gardes corps en le prenant en compte.     



    Etude de la forme des ombres :


    Les feuilles des arbres renvoient des ombres ovales.

    La proto renvoie des ombres verticales et horizontales

    J’ai donc pensé que les ombres de mes parois devaient avoir un motif différent de ceux des arbres ou de la proto. Après plusieurs essais avec une lampe je me suis intéressée au motif en diagonal. C’est pourquoi j'ai trouvé intéressant que mes gardes corps reprennent le motif en diagonal du plancher. Quant aux parois de plexis, comme elles sont légèrement ponsées, elles viennent tamiser la lumière sans obscurcir l’espace.



    Mise en forme : 

    Première zone :  présence d'arbres, lumière tamisée

    Deuxième zone : nécessité de dégager l'espace pour jouir de luminosité afin de jouer avec les ombres humaines sr le plexis 


    -Idée de gradation-



    Image Mon Mar 30 2020 00:06:23 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)





    ***

    Il monte. 

    Avec ses petites jambes il ne peut pas gravir les marches trop vite. Alors il prend le temps de regarder en dessous de lui. La foule grouillante et bruyante qu'il vient de quitter s'agite maintenant sous ses pieds. Au fur et à mesure de son avancée, il voit les traits de sa mère devenir flous ; plus il monte et plus elle lui parait ressembler à une petite fourmis. 

    Il lève la tête et frôle de sa main les feuilles des arbres. La lumière passe au travers pour parvenir jusqu'à lui et faire cligner ses yeux. Il apprécie prendre de la hauteur, se rapprocher de ce ciel bleu sans nuage, en cette chaude journée de juillet. Mais où le mènent donc ces plateformes ? 

    Encore quelques marches, alors il se presse ;

    Enfin, l'effort est terminé. Et il ouvre ses grands yeux. Le spectacle qu'il découvre semble sorti d'un rêve. La lumière scintillante s'est faite plus discrète, au profit d'ombres étranges - parfois immobiles, parfois fuyantes, parfois sombres parfois grisées- sur l'écran au-dessus duquel il marche. Il reconnait les images déformées des feuilles des arbres. Et puis, plus loin il y a des ombres rectilignes, horizontales, verticales, qui se croisent en grilles, certaines un peu tordues et démesurément longues. Ce sont celles des parois qui l'entourent. Il se déplace sur l'écran, se tourne dos au soleil et agite ses mains qu'il voit soudainement apparaître au sol. Il rit, heureux d'avoir été surpris si simplement. 


    Extension du projet :

    Réaliser un plancher en diagonal possède un autre intérêt : celui-ci n'est pas simplement un écran mais produit aussi des ombres en dessous et sur les autres projets.

    Il en est de même pour la grande parois en plexis du fond. Les ombres des promeneurs seront apercevables  pour les personnes situées en dessous de la proto. 

    Ainsi le concept de mon projet ne se limite pas à une petit surface mais s'étend sur une bien plus grande surface.