• Discours sur la démarche

    Par Ackermann Remo, Asoanya Jovita, Bozon Ninon, Dujardin Solange, Fauvel Camille, Freitas Beatriz, Gindroz David, Hoti Arta, Hoxhaj Fjolla, Ibrahimi Fidan, Immer Basile, Kuenzi Elisa, Maturo Laura, Mokaddem Kahlil, Nguyen Huynh Maud, Pleines Felix, Schneider Mateo, Suter Axelle, Takatch Valentina, Udriot Cyril, Ugnivenko Doris, Wasserfallen Benedict, Weissbaum Zoé, 18/12/19

    Le but du workshop étant de prolonger la réflexion de la phase précédente, à savoir PLANES, nos premières spéculations tournent autour de notre ancien projet.

    Chaque binôme reprend l’essence de son projet afin d’en élaborer un nouveau.

    Nous continuons de travailler avec des plans. La révélation de différents espaces sur des plans horizontaux, verticaux ou encore obliques est le point-clé de chacune des trames du studio. Chaque plan créé révèle deux espaces, l’un au dessus et l’autre en dessous. Un jeu est ainsi créé, engendrant une réelle dynamique. On peut imaginer un parcours à travers les différents projets où l’on découvrirait plusieurs espaces, plans et niveaux distincts. Plusieurs éléments de différents projets peuvent entrer en contact avec les plans des autres projets et ainsi permettre un échange humain entre ces différents niveaux. Le dialogue entre nos projets se crée alors via un parcours pédestre.

    Un des points clés des projets s’est orienté sur la sensation que peuvent nous procurer les différents espaces. En effet se placer en dessus ou à l’inverse au dessous du même plan nous fait ressentir l’espace d’une manière différente. La taille, l’inclinaison et la hauteur des différents plans procurent différents ressentis.

    Ainsi, nous avons été attentifs à l’utilisation potentielle de nos projets par un être, l’idée étant  d’offrir des sensations nouvelles aux usagers. Les projets ont donc été pensés à l’échelle 1:10.

    Chaque cellule est unique et diffère des autres grâce à la topographie fictive. Le point de départ de chaque projet a donc été d’étudier le rapport au sol. Certains reportent la topographie en orientations de plan et certains jouent avec la création d’espaces au sol.

    De plus, il existe une alternance entre les projets de notre studio ; certains s’encrent directement au sol et stabilisent la protostructure. Alors que d’autres sont suspendus et utilisent la protostrcure comme élément de soutien. Sachant que la protostructure peut se porter elle-même en deçà d’une certaine limite. C’est grâce aux projets de consolidations que les projets suspendus peuvent exister. Les projets interagissent entre eux, et s’entraident.

    Cela crée une unité, qui permet de considérer l’ensemble des projets comme un projet global.

  • Workshop

    Par Maturo Laura, Suter Axelle, 13/12/19

    phase commune

    L'année se termine sur deux semaines de projet, sous forme de workshop. Le but est vraiment de prolonger la réflexion de la phase précédente, à savoir PLANES. Ainsi, nos premières spéculations tournent autour de notre ancien projet. Nous y revenons en faisant une critique constructive, pesant les bons et les moins bons points.

    La phase débutent par un travail commun. Durant les deux premiers jours se construisent en parallèle : une protostructure et un sol, ou "topografic fiction", fabriqué à partir de tous les plâtres produits depuis le début du semestre. Tous deux sont longs d'une quarantaine de mètres. Un plan et une élévation sont également réalisés.


    projet

    Dès mercredi, la protostructure se trouve répartie entre les différents studios et le travail peut réellement commencer.

    Dès le début, l'on s'aperçoit que le sol est très irrégulier. Comme il fait partie intégrante de la structure, il faut réussir à le découvrir, à mieux le comprendre. Des mesures sont alors faites : hauteurs, longueurs, épaisseurs... Tout est précisément mesuré et annoté minutieusement. Grâce à cela, le sol peut être dessiné sur le plan et sur l'élévation.

    Image Fri Dec 13 2019 21:15:17 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

    sol annoté


    Le projet naît petit à petit. Dans un premier temps, on se focalise sur le rapport au sol. En effet, ce dernier peut apporter une grande stabilité à un projet si celui-ci s'y rattache de manière pertinente. Un système constructif en L est une solution efficace, qui permet à une structure de se "caler" contre certains éléments. Dès lors, plusieurs poteaux en L placés dans différents sens, garantissant un bon équilibre.

    Image Tue Dec 17 2019 21:22:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Wed Dec 18 2019 11:36:15 GMT+0100 (CET)  Image Wed Dec 18 2019 08:54:54 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Wed Dec 18 2019 11:40:39 GMT+0100 (CET)

    Image Tue Dec 17 2019 22:20:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Tue Dec 17 2019 22:28:37 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Tue Dec 17 2019 22:20:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Tue Dec 17 2019 22:20:15 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)


    Il se trouve qu'il existe une réelle ambiguité entre la structure elle-même et sa représentation sur papier. Du projet à la feuille de papier se produit comme un aplatissement, les mesures perdent leurs épaisseurs. 

    (scans plan & élévation)


    Sur papier, l'objet est assez simple. En réalité, ce dernier est une expérience; avec notre projet se crée effectivement une sorte de jeu, une expérimentation spatiale à travers différents espaces. Les espaces engendrés sont tous différents, par leurs tailles, leurs formes ou encore leurs délimitations. En effet certains sont "finis" alors que d'autre pourraient se voir prolongés indéfiniment. Ces espaces sont en réalité formés par l'intersection de plans. 

    Tous ces plans ne sont pas totalement définis, le projet laisse place à une certaine liberté. Cependant certains plans, et donc espaces, sont incontestablement produits. Dans le projet ces plans sont uniquement horizontaux et verticaux, néanmoins ils sont répartis sur plusieurs niveaux et engendrent ainsi un jeu dans le rapport entre la verticalité et l'horizontalité.

          Image Tue Dec 17 2019 21:33:54 GMT+0100 (CET)          Image Tue Dec 17 2019 21:33:54 GMT+0100 (CET)

                              plan horizontal général                                                          plan vertical général

    A l'échelle 1:1, le projet engendre le mouvement; l'humain se doit intrigué,il a envie de découvrir aussi bien l'intérieur que l'extérieur des espaces créés. Un autre projet, nous confortent dans cette vision. Celui-ci est une sorte de rampe, placé autour de notre projet. Il apporte une autre perception des espaces. Pouvoir observer ce projet sous différents angles crée aussi une interaction entre les différents espaces.

                                                                   Image Tue Dec 17 2019 21:33:54 GMT+0100 (CET) 

    un des espaces produit par la structure et le bloc de plâtre

    l'espace engendré se trouve aussi bien au-dessus qu'au-dessous du triangle formé


    Image Tue Dec 17 2019 22:05:01 GMT+0100 (CET)

    Abstract Colorful Triangles

    Nous avons remarqué que les espaces produits par la structure sont principalement en forme de triangles. Il se crée d'abord une surface puis un volume qui forme alors un espace à libre interprétation à l'échelle 1:10 tout comme à l'échelle 1:1. C'est l'impression que la photo abstraite ci-dessus donne.

    Image Fri Dec 13 2019 21:11:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)  Image Fri Dec 13 2019 21:11:09 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                            trame vide, vue du dessus                  trame avec projet, vue du dessus

  • PLANES : semaine 3

    Par Hoti Arta, Maturo Laura, Suter Axelle, Takatch Valentina, 01/12/19

    Finalement, la maquette finale de la structure a été mise en place.



      Image Wed Dec 04 2019 09:51:09 GMT+0100 (CET)      Image Wed Dec 04 2019 09:51:09 GMT+0100 (CET)


    Maquette finale au 1:10


    Mais la plus grosse partie de cette troisième et dernière semaine a été le montage de la structure en taille réelle.

    Montage/Démontage


    Situé en face du Rolex Learning Center, accroché et stabilisé par la ventilation en béton du parking sous-terrain, le projet est l’élévation d’un point, intersection de deux côtés. Cet objet est donc un ensemble d’éléments euclidiens dans un plateau existant. Ces derniers forment des plans contenant des moments architecturaux et offrent aux promeneurs de nouvelles expériences spatiales.


    Notre projet se base sur un assemblage de poutres en bois relativement simple, qui correspond à l'esprit de la structure. En conséquence, ce système doit, tout en utilisant peu de bois, être suffisamment stable. La méthode adoptée est donc celle de l’assemblage en L. Ayant à disposition des planches trop courtes pour faire ces poutres horizontales, nous avons opté pour un système permettant de prolonger la construction à volonté. Ainsi, les planches ont été coupées à 140cm et vissées entre elles à la moitié.


                 Image Tue Dec 03 2019 22:10:13 GMT+0100 (CET)                     Image Tue Dec 03 2019 22:10:13 GMT+0100 (CET)


    La structure est constituée de deux portiques. Le premier mesure 370cm de longueur et la poutre en sommet est en sections fines. Il est soutenu par deux poteaux (un large et l’autre plus fin). Le second, dont la poutre au sommet est large, est soutenu par trois poteaux (un large et deux fins). La poutre du premier portique se croise avec la seconde. La poutre la plus large soutient la plus fine posée dessus grâce à un emboîtement.


                               Image Tue Dec 03 2019 22:10:13 GMT+0100 (CET)

                                 


                                                   Image Fri Dec 06 2019 17:16:54 GMT+0100 (CET)


              


    Axonométrie de détails, (1:2)


    En parallèle, la série de dessins nous a aidé pour l’assemblage et la compréhension de la structure. Une axonométrie du projet entier et la planche du détail ci-dessus sont venus nous aider à respecter le système constructif choisi et à mieux saisir la relation entre les différentes poutres de bois.


                                                      Image Fri Dec 13 2019 22:46:41 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)

                                                      Axonométrie générale, (1:10)


    Tout le projet a été mis en relation avec la pente. La hauteur des poteaux a donc aussi été calculée en fonction de cette dernière afin qu'ils se retrouvent tous à la même hauteur.


                           Image Tue Dec 03 2019 22:10:13 GMT+0100 (CET)   


    Ci-dessous, un Monge de notre projet, pour donner une vision d'ensemble et une compréhension plus générale du projet. 

    (Monge)



                     Image Sun Dec 08 2019 18:55:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)Image Sun Dec 08 2019 18:55:45 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Monge (1:10)


    Test de la structure à l'aide du corps humain:

                                                        Image Tue Dec 03 2019 22:10:13 GMT+0100 (CET)


  • PLANES: semaine 2

    Par Hoti Arta, Maturo Laura, Suter Axelle, Takatch Valentina, 24/11/19

    Durant cette deuxième semaine, et suite à une discussion avec notre directrice de studio, nous avons revu notre projet. En effet, notre structure ne contenait pas assez d'appuis pour être stable. Nous avons donc décidé d'appuyer notre projet contre un élément déjà existant. Le projet a donc changé d'endroit. Le nouvel emplacement est le suivant :

       Image Mon Nov 25 2019 08:04:07 GMT+0100 (CET)   Image Mon Nov 25 2019 08:04:07 GMT+0100 (CET)


    A la suite de notre changement de projet nous avons commencé à mouler la cage de ventilation sur laquelle notre structure viendrait s'appuyer. Le bloc a été coulé au un dixième en positif.

     Image Sun Dec 01 2019 18:17:50 GMT+0100 (CET)    Image Sun Dec 01 2019 18:17:50 GMT+0100 (CET)


    Parallèlement nous avons établi la pente sur laquelle se dresse la structure. pour cela nous nous sommes rendues sur le site pour prendre les mesures nécessaires. Ces mesures ont permis de concevoir la pente, en carton.

    Image Sun Dec 01 2019 22:00:16 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)   
    pente, échelle 1:10


    Image Fri Dec 06 2019 17:03:31 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)
    élévation relation pente/projet, échelle 1:10, Axelle Suter








  • HOLZ I BOIS I WOOD

    Par Hoti Arta, Maturo Laura, Suter Axelle, Takatch Valentina, 16/11/19

    Inspirations pour le projet, tirées de l'ouvrage "HOLZ" de Barbara Linz

    Le pavillon de la Serpentine Gallery rappelle l'idée de notre projet qui est de relier le chemin qui longe le rolex au chemin non-officiel créé par les traces des gens qui y passent.

    "Un chemin mène du parc de Kensington Gardens à la Serpentine Gallery. Le pavillon des Gehry y monte la garde tel une porte monumentale", p. 104-105, HOLZ, Barbara Linz.

    D'une part, la liaison du chemin entre le parc et la galerie se raccroche à notre projet respectivement au rolex et au chemin non-officiel. D'autre part, l'idée de la porte monumentale rappelle également le concept de notre projet, à savoir: une porte qui se dresse à l'entrée du chemin non-officiel. Finalement, le bois est la matière première de notre conception comme c'est le cas du  Pavillon de la Serpentine Gallery. 

    Image Sat Nov 16 2019 19:27:48 GMT+0100 (CET)

     HOLZ, BOIS, WOOD, Barbara Linz, Architecture Compact, h.f.ullman