• blog review - rooms

    Par Ruiz Medina Maria, 30/03/20

    Ceci est un post de synthèse servant comme support oral pendant la review ROOMS. Un post plus complet et détaillé vous attend plus bas.


    ROOMS REVIEW


       I. Intentions initiales & concept




     Image Sun Mar 29 2020 22:07:00 GMT+0200 (CEST)

    Site de la Mangrove

    Fuite du regard vers le ciel


        



    Image Mon Mar 30 2020 08:49:23 GMT+0200 (CEST)


    Maquette conceptuelle

    Volonté de casser l'horizontalité et engager le corps dans l'espace qui l'entoure




        II. Références




    Image Sun Mar 29 2020 22:07:00 GMT+0200 (CEST)


    Axe de l'Exil, Musée Juif de Berlin (2001), architecte Daniel Libeskind 

    Légère inclinaison ayant pour but de désorienter le visiteur




    Image Sun Mar 29 2020 22:07:00 GMT+0200 (CEST)

    Pavillon français de la Biennale de Venise (1996), Claude Parent 

    Dans sa quête du déséquilibre, du mouvement et de la fluidité dans l'architecture





        III. Mesures



    Image Sun Mar 29 2020 22:07:00 GMT+0200 (CEST)


    Tableau de mesures : ressentis en fonction de la pente, à l'arrêt et en mouvement




        IV. Maquette




    Image Mon Mar 30 2020 09:44:12 GMT+0200 (CEST)


    Maquette en bois du plancher

    échelle 1:10


    Image Mon Mar 30 2020 10:03:20 GMT+0200 (CEST)


    Collage : projet à la Mangrove

    Mise en valeur du regard vers le ciel et de l'intériorité






        IV. Planche de dessins




    Image Sun Mar 29 2020 22:07:00 GMT+0200 (CEST)






        V. Synthèse du projet


    Arrivant à la Mangrove, mon regard a tout de suite fuit vers le ciel. La taille imposante des arbres qui se répartissent sur l'espace m'a fait d'une certaine manière prendre conscience de mon corps et mon insignifiance, presque en me faisant perdre l'équilibre. C'est autour de ces premiers ressentis que mon projet s'est articulé. 

    Corps et spatialité sont étroitement liés dans ce projet, qui s'intéresse au rapport physique entre l'espace et l'individu qui l'appréhende ; comment l'espace conditionne-t-il le corps et comment le corps réagit-il à l'espace ? C'est la notion du déséquilibre et de l'instabilité que j'ai décidé d'étudier et exploiter durant ce projet.

    La forme de la pièce s'est défini en jouant sur deux facteurs : la rupture de l'horizontalité et la suppression des repères. Pour créer une sensation d'instabilité, j'ai décidé de casser l'horizontalité traditionnelle pour y introduire une surface inclinée et irrégulière qui nécessiterait donc une adaptation physique, et une prise de conscience corporelle où l'on devrait constamment chercher l'équilibre. Cette volonté d'engager le corps de l'individu dans son rapport à l'espace bâti nous rendrait alors complices de l'architecture qui nous entoure ; l'oblique nous amène à repenser la façon dont on se tient et même dont on vit, et développe notre sensibilité à l'espace. D'autre part, il s'est aussi agi d'effacer les repères, visant ainsi à créer une désorientation.

    Les mesures obtenues par voie empirique ont sculpté la forme de la pièce, faisant de celle-ci un design paramétrique dont la forme invite au mouvement et à parcourir l'espace. 




  • rooms

    Par Ruiz Medina Maria, 25/03/20


        I.  Le site


            i.  Le choix du site

    Mon choix du site s'est porté sur la Mangrove. Sa richesse en arbres et sa position au bord du Rhône, qui font de ce lieu un endroit pittoresque, ont tout de suite attiré mon attention. De plus, c'est un endroit très ensoleillé en pendant la période estivale, ce qui fait de lui un point très fréquenté par les gens de la région. Il permet des baignades dans la rivière, des promenades entourées de nature et des soirées à ciel ouvert pendant l'été ainsi que plein d'autres activités qui enrichissent cet espace de dynamisme et mouvement.

     

            ii.  Les ressentis

    Arrivant à la Mangrove, mon regard a tout de suite fuit vers le ciel. La taille imposante des arbres qui se répartissent sur l'espace fait d'une certaine manière prendre conscience de son corps et son insignifiance, presque en nous faisant perdre l'équilibre. C'est ce rapport entre le corps et l'espace que j'ai voulu étudier et exploiter durant ce projet. 

    De nombreux facteurs interviennent dans notre perception visuelle, sensorielle ou corporelle de l'espace, comme la lumière, les matériaux, les sensations... Je me suis alors intéressée au rapport physique entre l'espace et l'individu qui l'appréhende ; comment l'espace conditionne-t-il le corps et comment le corps réagit-il à l'espace ?




                            Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)                                                                                                                                                                                     




                                                                Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)


    Site de la Mangrove



        II.  Storyboard


    Après la visite du site, les idées commencent à germer. C'est pourquoi l'exercice du storyboard est une bonne manière d'ordonner sa réflexion et d'ébaucher les premières intentions avant d'entamer un travail plus concret.

    Bien sûr, depuis l'exécution de ce storyboard, mon projet a beaucoup évolué, mais les intentions initiales sont toujours présentes ; il m'aide donc à me ressourcer et revenir sur mes pas en cas de stagnation ou égarement.




                                                    Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)    

                                                         Promenade au bord du Rhône ; la rivière devient un repère    



                                                                                                                          Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)   

     Premiers ressentis                                                   .         



                                                            Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)                                                                                               

     .                                                                                           Parti pris. 



                                                                Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)

                                                                                                                   La rupture d'un rythme provoque une déstabilisation


                  Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)

                                       Première esquisse de la maquette  



                                                                                                              Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)

                                                                                                                                                        Premières idées (maintenant modifiées)



        Image Wed Mar 25 2020 17:53:31 GMT+0100 (CET)                 

                                                                                                        Propos gardés, forme changée




        III.  Le concept


            i.   Maquette conceptuelle

    Après le storyboard, j'ai décidé de représenter mes idées sous forme physique et d'expérimenter avec une maquette conceptuelle qui m'a permis de mettre au clair mes idées initiales et réorienter mon projet vers celles-ci. 

    Pour créer cette sensation d'instabilité, j'ai décidé de casser l'horizontalité traditionnelle pour introduire une surface inclinée et irrégulière qui nécessiterait donc une adaptation physique, et une prise de conscience corporelle où l'on devrait constamment chercher l'équilibre. Cette volonté d'engager le corps de l'individu dans son rapport à l'espace bâti nous rendrait alors complices de l'architecture qui nous entoure ; l'oblique nous amène à repenser la façon dont on se tient et même dont on vit, et développe notre sensibilité à l'espace.

    Mon intention étant de recréer un déséquilibre, il va de soi que celui-ci ne peut se ressentir qu'après la stabilité; c'est le produit d'une irrégularité et non d'une périodicité, et c'est pour cela que par la suite je me suis plutôt dirigée vers la rupture d'un rythme que vers la monotonie de cette maquette. J'ai voulu transcrire ces notions en passant de l'horizontale à l'oblique puis en retournant à cette première, ou en tâchant de désorienter en effaçant les repères, comme expliqué plus tard.




    Image Wed Mar 25 2020 19:28:42 GMT+0100 (CET)                                               




                   Image Wed Mar 25 2020 19:28:42 GMT+0100 (CET)


    Maquette conceptuelle



            ii.  Références et inspirations

    Beaucoup de références viennent enrichir ce projet, autant dans le parti pris que dans le littéral. C'est le cas de la fonction oblique de Claude Parent, qui établit un rapport au sol inhabituel, fondé sur l'instabilité et le déséquilibre. Selon lui, l'oblique nous rendrait complices de l'architecture dans laquelle on vit et nous amènerait à repenser la façon dont on se tient, ou dont on vit. Ainsi, elle développe notre sensibilité à l'espace et nous permet d'être en état de réceptivité, de participation et d'adhésion à une dynamique architecturale.

    D'autre part, la question de l'oblique est aussi abordée par l'architecte Daniel Libeskind, notamment dans son Musée juif de Berlin, où il introduit un jardin très légèrement incliné, qui a une fonction désorientante et trompeuse de façon à ce que le visiteur soit déstabilisé à chaque pas, en le poussant progressivement vers le mur sans lui-même s'en apercevoir. 






    Image Fri Mar 27 2020 18:07:54 GMT+0100 (CET)                  ..                        


    Axe de l'Exil, Musée Juif de Berlin (2001), architecte Daniel Libeskind           .

    Légère inclinaison ayant pour but de désorienter le visiteur                    




    Image Fri Mar 27 2020 18:07:54 GMT+0100 (CET)                 .


    Pavillon français de la Biennale de Venise (1996), Claude Parent                       .

    Dans sa quête du déséquilibre, du mouvement et de la fluidité dans l'architecture                     .





        IV.  Mesures et investigations

    Dans ce travail sur le rapport entre le corps et l'espace, je me suis tout d'abord intéressée aux perceptions de l'individu qui appréhende l'espace en question. En effet, cette investigation se concentre tout d'abord sur les sensations physiques, qui ne peuvent être mesurées que de façon empirique, pour ainsi sculpter et nourrir la forme finale, qui ne sera pas aléatoire mais adaptée aux données les plus pertinentes.


            i.  Mesures

    Ces mesures ont consisté en une série d'essais sur des différentes inclinaisons de pente ; de l'horizontale (0°) jusqu'à un angle de 21°. Il s'agissait d'évaluer le niveau de difficulté du corps à garder l'équilibre selon l'angle. Pour ce faire, deux types de mesures ont été prises : en mouvement et à l'arrêt, dans le but d'étudier les différences de perception à ce niveau.




    Image Wed Mar 25 2020 20:59:39 GMT+0100 (CET)          Image Wed Mar 25 2020 20:59:39 GMT+0100 (CET)


    Tableau des mesures des inclinaisons et mesures perceptives (à gauche)  &  échelle perceptive des pentes : de la moins flagrante en vert à la plus déstabilisante en rouge (à droite)




            ii.  Observations et conclusions :

    Lors de ces deux expériences, j'ai remarqué que pour créer un déséquilibre, il y a deux types de sources : celle que l'on ne voit pas mais qu'on ressent, et celle que l'on voit mais qui réclame un effort physique (même s'il est faible).

    La première se ressent plus lorsqu'on est immobile ; il crée une certaine incommodité qui à première vue n'est pas observable mais légèrement perceptible et agit plutôt lorsque l'inclinaison est latérale, c'est-à-dire lorsque les deux jambes ne sont pas à la même hauteur et que le corps balance entre une position naturelle et une position qui recherche la stabilité. Un très petit décalage de hauteur peut être suffisant et même plus optimal pour déstabiliser car c'est cette confusion qui le provoque. 




    Image Fri Mar 27 2020 17:25:28 GMT+0100 (CET)

    1ère expérience

    Déséquilibre latéral à l'arrêt et adaptations du corps



    La deuxième se manifeste plus lorsqu'on est en mouvement ; un effort physique plus conséquent est nécessaire pour surmonter la pente et seul un déplacement permet de garder l'équilibre (comme lorsqu'on fait du vélo). Ici, plus l'inclinaison est forte, plus le corps est sollicité. C'est ainsi que l'on prend conscience de notre corps et sa façon de réagir et s'adapter à l'espace ; on prend dans une position spatiale active et non plus contemplative. 



    Image Wed Mar 25 2020 20:59:39 GMT+0100 (CET)

    2ème expérience

    Déséquilibre longitudinal au déplacement et adaptations du corps




            iii.  La forme

    Pendant cette phase de recherche, j'ai uni les deux aspects principaux qui sont le concept et les mesures. Pour définir la forme, je me suis inspirée de la maquette conceptuelle, qui avait un caractère très dynamique et donnait déjà une illusion de mouvement, et j'y ai intégré les mesures. Ainsi, cette surface serait le produit d'un « design paramétrique », défini par les données les plus pertinentes et accordées à mes conclusions ci-dessus.



    Image Fri Mar 27 2020 17:32:10 GMT+0100 (CET)


    Dessin de recherche sur la forme du plancher

    Elévation, échelle 1:20



    En me basant sur mes résultats, j'ai décidé que la pente maximale locale serait de 19° sur la longueur et de 7° sur la largeur pour obtenir les résultats souhaités.




        V.  L'intériorité

    Corps et spatialité sont étroitement liés dans ce projet et plus précisément dans la question de l'intériorité de ma room. A la fois sol et cloisonnement, le plan incliné s'étend tant sur le plan horizontal que vertical, ce qui replie l'espace sur lui-même et crée une illusion de confinement tout en restant sur une surface pédestre, où l'on peut déambuler. Cet effet d'élévation par rapport au point zéro simulerait l'action d'un mur vertical, qui dans ce cas prendrait un tout autre sens. En effet, interior ne renvoie pas au terme « dedans », mais au comparatif « plus dedans », ce qui amène à remettre en question la notion du cloisonnement : est-il vraiment nécessaire d'imposer quatre murs, un sol et un toit pour créer un espace intérieur ? Cette question m'a mené à repenser la façon dont on définit un espace, et en jonglant avec ces aspects-là j'ai pu pousser mon parti pris encore plus loin.

    Puisque la qualité de l'intérieur n'implique pas une clôture mais une densification de l'interstice, j'ai décidé de ne pas complètement fermer ma room vers l'extérieur, ni de la laisser complètement ouverte à l'intérieur non plus. C'est ainsi que sont venus les garde-corps, extérieurs et intérieurs, qui eux jouent un rôle primordial dans ce projet. Le plafond, quand à lui, n'existe plus. Pour des questions de cohérence, j'ai décidé de garder cette pièce à ciel ouvert, car c'est en premier lieu le regard vers le ciel qui m'a conduit vers toute cette pensée.

    Les garde-corps extérieurs enveloppent la pièce sans jamais la fermer ; elle reste à tout moment accessible et ceux-ci ne montent pas jusqu'au "plafond", laissant ainsi une ouverture vers l'extérieur. Du côté intérieur, les gardes-corps servent ici à proposer un chemin pour inciter le visiteur à traverser et parcourir la pièce sur ce sol inhabituel. Ceux-ci suivent une forme irrégulière et "s'enfoncent" progressivement dans le sol pour renforcer l'idée du repliement de l'espace incliné mais qui s'ouvre et se referme pour densifier l'interstice existant.

    Pour illustrer certains de ces traits, j'ai réalisé un « artéfact du projet », qui est plus intuitif que littéral, permettant de faire le lien entre ces concepts et le sens de ma room. Le but ici a été de supprimer l'échelle et la vraisemblance pour y matérialiser l'ambiance et les propos, laissant place à une interprétation libre.




             Image Fri Mar 27 2020 05:23:21 GMT+0100 (CET)




    .                                                       Image Fri Mar 27 2020 05:23:21 GMT+0100 (CET)





    Image Fri Mar 27 2020 05:23:21 GMT+0100 (CET)                                                   .


    Artéfact du projet, outil sensible de recherche

    Visant à exprimer l'intériorité de la room et le rapport au site




        VI.  « Rooms in one's room »


    En parlant d'intériorité...

    La phase de ROOMS a été perturbée par l'arrivée du COVID-19, qui a imposé beaucoup de changements dans la vie de tous les jours. Cependant, l'avancée du projet quant à elle n'est pas interrompue et propose de nouvelles façons de réinventer l'espace. Afin de progresser dans ce processus, il a fallu improviser avec les moyens du bord et mettre en place un lieu de travail.

    Hasard ou destinée, ces enjeux sont étroitement liés à la thématique de cette phase! En effet, les adaptations des espaces qui sont en train d'avoir lieu pendant ce confinement remettent en question la notion d'une room. Ainsi, une chambre à coucher peut se transformer en un « studio » dans lequel on dessine, un bureau de travail peut se transformer en « atelier maquette », ou encore une salle de séjour peut servir de « studio photo ». Ces transformations spatiales renversent donc tout a priori sur la fonctionnalité préconçue d'une pièce et démontrent la flexibilité et liberté de l'occupation de l'espace, sans devoir en spécifier son rôle.





                                                  Image Thu Mar 26 2020 02:30:56 GMT+0100 (CET)




                   Image Thu Mar 26 2020 02:30:56 GMT+0100 (CET)


    Espace de dessin dans ma chambre

    Eclairage naturel la journée (en haut) et artificiel pour les sessions nocturnes (en bas)





    Image Thu Mar 26 2020 02:30:56 GMT+0100 (CET)


    Atelier maquette aménagé dans un coin du bureau de mon père





                  Image Thu Mar 26 2020 02:30:56 GMT+0100 (CET)            





                                    Image Thu Mar 26 2020 02:30:56 GMT+0100 (CET)                  


    Studio photo improvisé (en haut) : « behind the scenes » de l'image du bas





    Image Thu Mar 26 2020 02:30:56 GMT+0100 (CET)

    Henri Matisse, malade, peignant depuis son lit


    « nothing can stop an artist from creating »




            VII. La représentation


        i. Le plancher : casser l'horizontalité

           




    Image Sun Mar 29 2020 05:24:13 GMT+0200 (CEST)    .






                                     Image Sun Mar 29 2020 05:24:13 GMT+0200 (CEST)


    Maquette en bois du plancher

    échelle 1:10




    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)


    Elévation du plancher

    Rhinoceros, échelle 1:20





        ii. Les garde-corps extérieurs : effacer les repères

    En poursuivant ma recherche pour effacer les repères, je me suis demandé de quelle manière les garde-corps pouvaient y avoir une influence. Après quelques tests sur dessin j'en ai conclu que la meilleure façon de créer une légère désorientation serait un garde-corps dont la ligne ne suit ni celle du plancher, ni celle de l'horizontale, c'est-à-dire, détachée des rythmes déjà connus et où le regard ne suit pas le corps.


    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)

    Coupe avec garde-corps extérieurs

    Rhinoceros, échelle 1:20




        iii. Les garde-corps intérieurs : tracer un chemin


    Ces derniers sont venus plus tard dans le processus. C'est en réfléchissant aux possibles manières de parcourir ma room que j'ai décidé d'y proposer une circulation, tracer un chemin. J'ai trouvé plus intéressant de guider le visiteur à travers celle-ci pour renforcer son but qui est d'être parcourue, pas seulement dans une direction mais dans plusieurs, pour y expérimenter un maximum de sensations. 

    Les garde-corps rentrent de manière volontaire « dans le plancher », comme si ces deux fusionnaient. L'effet recherché est celui de la perte des repères ; on perd la notion de ce qui est intérieur ou extérieur.


    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)


    Coupe avec garde-corps intérieurs

    Rhinocéros, échelle 1:20




            iv. L'ensemble







    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)



    Axonométrie éclatée

    Rhinoceros, échelle 1:20






    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)


    Dessin de vue perspective intérieure

    Rhinoceros


            VIII. Détails de construction





    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)


    Assemblage du plancher

    Axonométrie, échelle 1:5





    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)


    Détail des sections inclinées des appuis

    Axonométrie, échelles  1:5  &  1:2





    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)




    Assemblages des garde-corps extérieurs

    Axonométries, échelle 1:5





    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)


    Assemblage garde-corps intérieurs

    Axonométrie, échelle 1:5



    Image Mon Mar 30 2020 01:11:43 GMT+0200 (CEST)

    Emplacement du projet dans la protostructure




  • storyboard

    Par Ruiz Medina Maria, 03/03/20


    Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET)      Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET) 


    Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET)      Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Mar 03 2020 23:19:06 GMT+0100 (CET)


  • ÉTUDES PRÉALABLES

    Par Combes Baptiste Virgile, Nkiambi Jonas Pacific, Ruiz Medina Maria, Schulhof Phileas Robin Johannes, Villafranca Alima Inès, 22/02/20

    Étude de l'ensoleillement des sites

    Une première caractéristique importante d'un lieu destiné à être aménagé est son exposition au soleil.

    En effet, le niveau d'ensoleillement va jouer un rôle important dans la fréquentation d'un lieu au bord du Rhône.

    Grâce aux coordonnées GPS des différents sites, il nous a été possible de créer des cartes avec des diagrammes solaires pour chacun des potentiels lieux de construction. 


    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_101

    Le site de l'embarcadère se trouvant sur une rive sud du Rhône, on peut s'attendre à ce que le soleil soit 

    bien souvent caché par les arbres à cet endroit.




    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_102

    Comme l'embarcadère, le théâtre du Galpon se trouve sur une rive sud du fleuve, surplombé d'une colline cou-

    verte d'arbres. Les caractéristiques d'ensoleillement de ces deux sites seront donc certainement similaires.



    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_103

    La Mangrove se trouve dans un cas différent: se trouvant sur une rive Nord du Rhône, elle sera sans doute bien plus exposée au soleil que les deux premiers sites. En revanche, étant couverte de grands platanes, elle sera probablement abritée du soleil par les feuilles de ceux-ci du printemps à l'automne.




    Étude de la Mangrove

    Attirés par ses qualités d'ensoleillement, ses imposants platanes, ou par la forte fréquentation observée, notre choix du lieu sur lequel nous voulions intervenir s'est vite porté sur la Mangrove.

    Il s'agissait donc d'obtenir plus de données sur ce site.

    Une première observation marquante a été la quantité de promeneurs venant sur la Mangrove avec des chiens. Une discussion avec une habituée du lieu a révélé que cette fréquentation était encore accentuée en été par des habitants de la ville cherchant un peu de nature, de calme, ou voulant profiter d'un pic-nic en famille.

    Les traces de cette surfréquentation sont immanquables: sol tassé par les pas des visiteurs, sans herbe ni buissons ni arbustes, trous carbonisés dans le sol laissés par des feux de camps, branches cassées sur le bas des troncs,...

    Un second élément qui nous a paru  important était la présence de grands platanes qui allaient sans aucun doute conditionner la construction sur ce site. Un relevé de la position et de la circonférence de ces arbres s'est donc imposé.


    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_104

    Team work: Triangulation des arbres sur le site et mesure de leur circonférence.



    ROOMS_RL_schulhofphileas-villafrancaalima-nkambipacific-combesbaptiste-ruizmedinamaria_201

    Plan de Situation des arbres de la Mangrove, 1:100.

  • effervescence

    Par Blondeau Caroline, Ruiz Medina Maria, 18/12/19





    Image Wed Dec 18 2019 17:13:09 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 18 2019 17:13:09 GMT+0100 (CET)



    Image Wed Dec 18 2019 17:13:09 GMT+0100 (CET)

    « Plans grimpants »

    Plans générateurs de la topographie adjacente