• en découvrant des chemins

    Par Klakla Nell Sophie, Maillard Valérie Anne, Waliczek Maja, 18/12/19
    Protocole d’un chemin


    1. Choisir un point de départ et destination.

    2. Depuis ce point de départ, se tourner pour faire face à la destination désirée.

    3. Regarder en face, à gauche, à droite et trouver des objets correspondants aux six définitions préétablies.
    4. Traverser, contourner ou surmonter l’objet choisi.
    5. Commencer à nouveau l’action 3 et 4 jusqu’à arriver à la destination choisie.
    6. Si on a plusieurs choix et qu’un des objets est le même que l’objet précédent, éviter cet objet.


    En  cas de chemin bloqué :Aller en arrière, retourner vers le dernier point et faire un autre choix. S’il n’y a pas d’autre choix, continuer à aller en arrière, jusqu’à ce qu’il y ait à nouveau plusieurs choix.


    En cas de qu’on voit pas un objet d’intérêt correspondant aux définitions prédéfinies :Aller tout droit, à gauche ou à droite.


    Les six objets d’intérêt :


        Passerelle : deux murs/murettes assez proche de l’un à l’autre où l’on peut passer.

        Grotte : Comme passerelle mais il y a quelque chose au-dessus, fermé au-dessus de nous, un toit.

        Porte : courte passerelle, courte grotte, deux angles se touchent presque, comme un portail.

        Chemin de pierre : plusieurs petits éléments très bas où l’on peut marcher avec une direction.

        Guide : Plâtre de la première phase, très bas, la diagonale pointe vers une direction.

        Courbure : objet rond qui créent une courbure et donc un virage et une direction.

  • Texte scaffolding

    Par Albrecht Ruben, Pachoud Auguste Mozart, 18/12/19

    Le but de notre projet est de lier ceux avoisinants. Chacun de ces projets comporte un plan horizontal qui sont reliés par notre plan oblique, ce dernier crée une rampe.

    Cependant, le mur dissociant les espaces gêne notre rampe. Nous avons donc étudié cette relation entre le plan oblique de la connexion et le plan vertical du mur.

    Ce dernier produit une tension comme le montre la coupe à la scie réalisée afin de pouvoir implanter la protostructure dans le sol. Logiquement, le mur dérange également notre plan de passage, jusqu’à le couper en deux plans distincts de part et d’autre de l’élément. Pourtant, la volonté de ces deux plans de s’unir creuse le mur peu à peu.

    En conclusion, ce plan vertical perturbe (la topographie influence) les plans environnants et notre passage ne peut assurer qu’une continuité partielle entre les projets avoisinnants.

  • Liaison

    Par Combes Baptiste Virgile, Villafranca Alima Inès, 18/12/19



    Afin de coordonner les projets au sein de la protostructure, il était important de travailler sur l’interdépendance des différents plans dans l’espace. Pour ce faire, différents points d’appuis ont été définis sur la protostructure, lesquels déterminent la forme de la construction. Celle-ci est composée de deux plans qui s’intersectent et portent un plan vertical en s’encrant sur la protostructure afin de transmettre les efforts induits par la charge entre les modules. La structure se présente alors comme un lien servant à l’interaction entre les deux édifices qui l’entourent.



    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)



    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)

                                                   

    Détails d'assemblage bois/plâtre


    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)  


            Jonction des deux plans


    Image Wed Dec 18 2019 19:32:46 GMT+0100 (CET)Image Wed Dec 18 2019 19:32:46 GMT+0100 (CET)

    Interdépendance des plans



    L’interaction des deux plans crée un espace, aussi défini par la topographie. Celle-ci est l’élément premier, sur lequel s’appuie la construction. Si on la compare à une scène, la structure venant s’installer au-dessus peut être considéré comme un dispositif scénique, un décor. Ainsi ces deux éléments définissent un espace « habitable » (ALICE – CODEX III, Planes, p. 41) et interagissent : le décor vient conditionner la scène en déterminant son espace : « Le décor est donc aussi ce qui permet à l’architecture d’être quelque part » (ALICE – CODEX III, Planes, p. 47)




    Image Wed Dec 18 2019 18:25:35 GMT+0100 (CET)


    Vue d'ensemble de la cellule



  • GUIDING LIGHT

    Par Tarnovskaya Alisa, Schulhof Phileas Robin Johannes, 18/12/19

    La succession de volumes hétéroclites de la topographie fictive évoque une ville post-apocalyptique. Nombre sont les fonctions pouvant être attribuées à tous ces éléments.

    L’espace étudié est composé d’une plaque en plâtre évoquant une ancienne place publique inondée ainsi que d’un bloc rappelant un bâtiment.

    Dans le but de contrebalancer l’effet des deux structures avoisinantes, ce projet aspire à guider la lumière au niveau du sol et de la projeter sur le bâtiment. Ce cheminement de lumière est possible grâce aux 4 plans inclinés disposés des deux côtés de la structure.



    SCAFFOLDING_RL_schulhofphileas-tarnovskayaalisa_110


    topographie du terrain



    SCAFFOLDING_RL_schulhofphileas-tarnovskayaalisa_111



    SCAFFOLDING_RL_schulhofphileas-tarnovskayaalisa_112



    SCAFFOLDING_RL_schulhofphileas-tarnovskayaalisa_113


    système d'accrochage avec le projet voisin



  • Plan Moyen

    Par Hamel Emilie Ida, Nkiambi Jonas Pacific, 18/12/19

       Le fils construit une relation entre les lignes de forces du paysage, projetées avec un mouvement ascendant et les structures adjacentes. De ce rapprochement linéaire nait un plan, entièrement déterminé par leur espacement et leurs altitudes.


                                           Image Wed Dec 18 2019 17:14:15 GMT+0100 (CET)


    Trame perpendiculaire et dans le sens de la protostructure


                                                           Image Wed Dec 18 2019 17:14:15 GMT+0100 (CET)

                                                            Image Wed Dec 18 2019 17:14:15 GMT+0100 (CET)

    Système d'attache


    Ce plan non prévu fait apparaître l'inclinaison moyenne du paysage ; il agit comme un outils de synthèse, au principe transposable à toutes les cellules de la protostructure.


                                           Image Wed Dec 18 2019 17:14:15 GMT+0100 (CET)     Image Wed Dec 18 2019 17:14:15 GMT+0100 (CET)

                                                                                        Plan moyen


    Le plan forme à l'échelle 1:1 un pont de corde d'une maille de cinq centimètres permettant le franchissement du changement d'altitude entre les 2 cellules. Ce passage à néanmoins une influence sur ce plan moyen : la masse le déforme. C'est une relation entre l'habitent et les plans du voisinage.