week 13, SCAFFOLDING, texte de synthèse

Par Crisinel Louis, Martin Clara, Margueron Jérôme, 17/12/19

Durant les deux semaines du workshop SCAFFOLDING, nous avons fait la connaissance de nouveaux enjeux. Le but de ce travail était de rester dans la continuité de la phase précédente PLANES mais d’intégrer cette fois-ci un projet non pas dans un site réel mais dans une protostructure commune posée sur une topographie fictive. Les enjeux étaient donc d’une part d’intégrer un projet dans cette protostructure commune et d’une autre de la rigidifier en vue de sa fragilité. 

 

Nous avons choisi cet emplacement car il montrait une grande richesse en relief, ce qui nous a particulièrement séduit. Nous y avons vu l’opportunité de développer le projet de la phase précédente de Louis et Jérôme à travers les deux cellules choisies. 

 

Pour les recherches, nous avons réalisé des maquettes en bois et en carton à l’échelle 1 :40 dans lesquelles nous prolongions les différents plans que la topographie nous offrait. Celles-ci contiennent deux plans verticaux dans la continuité d’un plan, un plan oblique traversant la structure et un plan horizontal. Le choix final de la configuration des plans a été le suivant : deux verticaux, un oblique, un horizontal et un sous le plancher.

 

Pour ce qui est de la matérialité des différents plans, nous avons choisi de jouer sur l’ambiguïté de ce qui est « structure » et ce qui ne l’est pas. Le plan oblique, par exemple, est attaché au plâtre qui constitue son plan et est réalisé en contre-plaqué. Le plan situé sous le plancher est constitué de baguettes de bois espacées afin de laisser une certaine transparence qui laisse apparaître l’espace en dessous, entre les différents plâtres. Notons que ce dernier s’arrête à 5 mm du sol. Enfin, les deux panneaux verticaux, en contre-plaqué, donnent l’impression d’être suspendus mais rigidifient très fortement la protostructure, en complémentarité avec les deux autres qui agissent tous sur un axe différent.

 

Le choix des matériaux plus ou moins opaques laissent apparaître un double espace : celui du sous-plancher et celui de la structure s’élevant au-dessus de celui-ci.

 

Concernant les dessins, l’élévation nous a permis de développer la structure des panneaux verticaux en prenant en compte les dimensions disponibles sur le marché. Quant au plan, il dévoile la structure intérieure du plan oblique.

 

En conclusion, nous retrouvons certains aspects de PLANES dans notre structure. En effet, la hauteur impressionnante des cadres verticaux par rapport au plancher existait déjà dans la phase précédente. De plus le cadre oblique qui vient casser cette orthogonalité ainsi que les lattes du plan sous le plancher crée aussi un lien avec le plan oblique présent dans PLANES.