• SCAFFOLDING, a study of the non-existant

    Par Zeltner Loïc, 04/02/20

    As determined previously, the protostructure doesn't have to be percieved through any of our five senses. It is an absolute, a tool that manifests itself only where needed. In this work, the protostructure appears to the senses of men as an elongated shape that has been cut in the middle. This accident, conjugated with the creative brain always connecting shapes and ideas, incentivise the idea of a single shape, whose continuity has been disturbed. But to the eyes of many, this disruption only occurs in this area, while it actually happens everywere the protostructure is not.

    We tend to forget to question the most obvious things. The plane is a postulate and as such, needs to be reconsidered. So what is a plane? A plane is a set of every possible locations in a two dimensional space. When we have a representation of a plane on a piece of paper, we tend to loose ourself to the convenience of the paper. On this paper, we can see everything the plane has to show, given that our paper is of infinite size. The problem here is that we forget that a camera in a two dimensional space would only see lines, while a camera in the three dimensional world would get a top-down view of the dwo dimensional world. It is as difficult to imagine a two dimensional plane as it is to imagine a four dimensional shape. The plane on the piece of paper is but a shadow of the real plane, whitch is inaccessible to the senses. A more accurate representation of this plane shouldn't be on a piece of paper, but on a sheet of glass, as it would be seen from every side with for only obstacle the materiality of the glass itself.

    The shape I proposed is a plane, represented on a sheet of paper. I folded the paper to give it a shape and to remind that this paper is in fact in the three dimensional world. To make clear that the represented plane in two dimensions is a totaly different concept than the sheet of paper, I made it so that when your mind try to unfold the sheet to recreate the "paper plane", you are forced to be confronted to an impass: the paper cannot be unfold, it would lie on top of itself, an abberation in two dimensions. We are a three dimensional species evolving in a three dimensional world, an yet we are talking about planes like we know everything about it. We associate the plane to the piece of paper way too easily.


    The plane, like a barriere, accentuate the idea of a division of the protostructure. This is a lie: a subject of discord for two worlds: what is sensible and what is not: the plane and the plane, the protostructure and the void, the shape and the universal.

    The non-existant is what makes a comic: the story only happens in the white bands between the still images. There is always another movie behind the camera. The frame is not a condition for the story of the painting. Courtyard side and garden side are behind the curtains.

    Architecture exists only thanks to its environment. The protostructure is a frame in whitch the structure evolves. There is so much more to architecture than what is seen. It is the invisible that is the most beautiful.

  • synthese scaffolding

    Par Cherkaoui Rim, Covantes Manuel, Essaoudi Aya, 24/12/19

    En continuité avec les travaux réalisés pour la phase PLANES, nous avons voulu revisiter l’ouverture auparavant réalisé dans le corridor. 

    Ainsi, le projet consiste en la construction d’une ouverture en bois, qui peut aider à solidifier la proto-structure. 

    Cette ouverture couvre la partie supérieure de la proto-structure. Elle permet aux spectateurs d’avoir une vue orientée vers le plâtre, support des proto-structures. Ses dimensions sont les suivantes : 30 mètre de largeur par .. d’hauteur. 

    Afin de mieux supporter la proto-structure mais aussi d’avoir une ouverture plus solide, nous avons décidé d’ajouter des pièces en bois reliant la construction à la proto-structure. 

    Nous avons longuement hésité au nombre d’ouverture que l’on souhaitait avoir. En construire 4 aurait engendré une vue moins ouverte et plus limité. Or l’idée était d’avoir une vue plus ouverte sur les constructions voisines à la nôtre. 

    En ce qui concerne l’espacement inexistant entre les différentes pièces du projet : il permet de créer une illusion d’ouverture de plus en plus dense. 

    Afin de mieux comprendre notre construction, nous avons réalisé un dessin du plan + élévation à une échelle .. qui nous a permis de mieux visualiser l’espace et de définir les espaces que l’on souhaitait avoir entre chaque bout de bois.

  • scaffolding

    Par Cherkaoui Rim, Covantes Manuel, Essaoudi Aya, 24/12/19

    maquette en bois dans la protostructure

    Image Tue Dec 24 2019 14:34:54 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 24 2019 14:34:54 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 24 2019 14:34:54 GMT+0100 (CET)


    Image Tue Dec 24 2019 14:34:54 GMT+0100 (CET)

  • SCAFFOLDING - synthèse

    Par Sayed Hanya, Schluessel Noémie, 20/12/19

    Dans cette phase SCAFFOLDING, notre projet devait répondre à plusieurs instructions. Nous devions tout d'abord reprendre notre projet de la phase PLANES, celui-ci devait rigidifier la protostructure et enfin nous devions prendre en compte la topographie du sol et s'assurer de la verticalité et de l’horizontalité de la protostucture.

    La première chose que nous avons dû faire a été de choisir un emplacement pour notre projet sur la topographie créée par les anciens plâtres des autres phases. En observant l’espace dédié a notre studio sous les maquettes de la protostructure, nous avons été attirée par une cellule dont l’espace inférieur était délimité par des plâtres hauts sur trois côtes et par d'autres plus court sur la quatrième, ce qui pouvait représenter une entrée.

    Nous avons donc été inspirée par cet endroit et nous avons voulu le délimiter verticalement. Pour cela nous nous sommes appuyées sur notre projet de la phase PLANES qui consistait en deux plans courbes symétriques, et nous avons choisi de reprendre ce phénomène pour ce projet.

    Nous avons pris en compte les critiques de la review précédente sans oublier les nouvelles contraintes qui nous avaient étés présentées et nous avons mis en place cette courbe et sa symétrie sur la partie inférieure de la protostructure.

    Pour la rigidifier, nous avons commencé par mettre en place deux diagonales sur la partie inférieure où l'on voulait délimiter l’espace. Ces diagonales ont donc rigidifiées la protostructure d’un déplacement latéral. Ensuite, comme on l’avait remarqué dans la phase précédente, l’ajout des liteaux ont rigidifiés notre structure. Nous avons donc décidé de répéter ce phénomène mais en prenant comme base la protostructure. Nous avons donc pu voir la création de ce plan courbe sur les diagonales et l’arrière de la protostructure. Enfin pour nous assurer de la verticalité et de l’horizontalité de la structure avant de la rigidifier, nous avons utilisé plusieurs méthodes précises. Nous avons d’abord utilisé un niveau pour remettre en place la verticalité de la protostructure. Ensuite pour vérifier l’horizontalité du cadre sur lequel on allait poser notre structure et ses deux diagonales, nous avons donc d’abord calculé leur taille trigonométriquement car nous savions que nous les voulions au centre de la protostructure, à un angle de 45* et ensuite nous avons mesuré leur taille sur l’élévation.


  • Maquettes du projet SCAFFOLDING

    Par Sayed Hanya, Schluessel Noémie, 18/12/19


    Image Wed Dec 18 2019 10:04:26 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 18 2019 10:04:26 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 18 2019 10:04:26 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 18 2019 10:04:26 GMT+0100 (CET)




    Image Wed Dec 18 2019 10:04:26 GMT+0100 (CET)