MEASURES

Par Feole Célia, Roduit Mathieu, 19/10/19


WEEK 1

En ce début de MEASURES, direction Evian pour découvrir le travail effectué par les étudiants de l'an dernier, qui va nous intéresser ces prochaines semaines. Relevés du site et mesures sont au programme afin de faire connaissance avec l'objet en bois qui nous fait face.


 MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_101               


  MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_102


  MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_103     MEASURES_MP_feolecélia_201


Il est ensuite question de redessiner la pièce et surtout de comprendre comment elle est construite. Ce qui va nous occuper ensuite n'est pas la structure en soit, mais le VIDE qu'elle fait apparaitre. 


  MEASURES_MP_feolecélia_201   MEASURES_MP_roduitmathieu_201



WEEK 2

Cette semaine, il nous faut penser « à l’envers ». Nous reprenons notre pièce et la regardons désormais sous un autre angle. Nous allons devoir oublier les pleins et nous concentrer sur le vide que nous avons bien souvent tendance à oublier. 

Il est alors question de réaliser une pièce qui représente le négatif de la structure. 

Nous décidons de nous intéresser à un des angles de la construction, angle qui, selon nous, donne tout son caractère à cette dernière. Il lui assure son identité. Cet angle se révèle bien plus complexe qu’il n’y paraît. Partant de 6 baguettes en bois identiques, la forme s’inverse, les vides se remplissent, venant entourer les anciens pleins qui eux cèdent leur place à de nouveaux vides, et finalement une pièce aux nombreux recoins apparaît. 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          

MEASURES_MP_feolecélia_203     MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_105  

 

MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_106  MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_107  


MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_109           
       
                                                   MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_108
                                                                                               

WEEK 3

Nous continuons nos recherches autour du vide laissé par nos six baguettes et reprenons notre réflexion. Nous décidons de créer une deuxième pièce, un deuxième angle, mais à une échelle différente. Les baguettes passent alors de 1:2 à 1:10. 

Notre idée avec ces deux pièces n’est pas de les faire exister séparément, mais bien de créer un tout. La seconde vient s’emboiter en différents endroits, soutenant la première sur son point d’équilibre ou venant coulisser le long de ses arrêtes…les deux pièces se répondent, dialoguent et interagissent. Un jeu se crée ainsi entre elles deux et l’une ne saurait exister sans l’autre.

Étant faites pour être rattachées l’une à l’autre, il nous paraissait intéressant et important que cela se reflète également dans le procédé de fabrication. Pour ce faire nous avons donc décidé de couler notre deuxième élément directement sur le premier. Ce dernier nous a ainsi servi de moule et il nous a ensuite fallu détacher l’élément qui était venu se greffer à lui.


MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_110   MEASURES_MP_feolecélia_204



MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_111  MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_112


MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_113


MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_114   MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_115


MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_116


                                            MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_117


MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_118  MEASURES_MP_feolecélia-roduitmathieu_119


Ce qui nous a intéressé dans ce travail est le fait que l’on peut partir d’un objet extrêmement « simple » et, en le regardant différemment, le transformer en quelque chose de bien plus complexe. 

Pour revenir au titre de cette phase, nous avons choisi de considérer la mesure comme un « outil de compréhension », un outil nous permettant d’approcher un objet et de le connaître. Ici, un petit nombre de mesures suffisaient à définir l’objet de départ. La pièce finale, en revanche, se veut bien plus difficile à saisir. Les nombreux angles et recoins, les différentes échelles, les diverses interactions entre les deux pièces… Le nombre de mesures à prendre si l’on veut comprendre le tout se voit ainsi multiplié.