• AQUA MOVERE

    Par Prod'Hom Arthur, Zahaf Maël, 20/10/19



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _101



    De nos jours, il est possible de mesurer une structure extrêmement précisément avec très peu de moyens. On peut s’essayer à capturer le réel, le plein et le vide, l’immobile. Il n’en est pas de même pour le mouvement. Celui-ci, dans cette optique, est difficilement quantifiable donc difficilement représentable . 

    Comment mesurer l’utilisation qu’un individu fait d’un espace à travers le temps? 

    Le mouvement est une trace dans le vide; du plein qui laisse place au vide. Ne serait-ce pas là que se situe le réel; dans le mouvement? 

    Dans ce travail nous tenterons d’approcher la limite de la mesure en représentant la trace de l’eau dans ce qu’on appelle une fontaine. 



    WEEK 1 

    Lundi, la journée est consacrée aux reviews pour la phase CRAFT. Tous les représentants ALICE arpentent les studios dans le but d’observer nos réalisations. C'est l'occasion d'aller jeter un oeil sur le travail de nos voisins. Malgré le fait que nos consignes soient identiques, il était intéressant de distinguer la singularité de chacun des travaux. Après un mois on peut déjà remarquer la patte, l'empreinte personnelle dans nos dessins ou nos moules.

    Nous partons le mardi matin à Evian. Rendez-vous: 7:30 sur les quais d'Ouchy. On traverse le lac, alors que le soleil n'entame que le début de sa traversée du ciel. L’objectif, prendre des mesures d’une structure en bois réalisée par les premières années de la volée précédente. 



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _102




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _103




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _100




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _104       MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _105



    Armés de nos mètres, K-way et carnets, nous prenons note de toutes les mesures nécessaire à notre projet sous une pluie incessante. Chaque studio s'affaire au relevé d'une partie de la structure. Nous nous attaquerons à la fontaine. Chaque binôme s’occupe d’une partie précise de celle-ci. 



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _106




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _107




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _107



    De retour aux ateliers, Mattia nous donne les directives pour la semaine. Nous devons dessiner notre partie de la structure : plan, deux élévations, axonométrie ainsi qu’une axonométrie représentant le vide laissé. Tout ceci à partir de nos croquis mouillés du matin même.

    Nous nous questionnons alors sur la représentation du vide. Comment montrer l'invisible, l'inexistant ? En imaginant le négatif, nous. arriverons à matérialiser l'immatériel. Nous déciderons de le représenter avec une coupe sur un angle du parallélépipède créé afin d'en montrer plus sur l’intérieur de ce vide.



    Image Sun Nov 03 2019 17:11:41 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)     MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _202




    WEEK 2 

    Sixième semaine de cours, les dessins s’améliorent, le programme se densifie. On commence par une discussion autour de la mesure dans la House of Commons avec Sébastien. Sacrifier le réel pour la mesure, abandonner l’expérience personnelle. Ces mots nous ont touchés et amènent plusieurs questions.

    Nous restons tard ce lundi soir, il pleut toujours.        L’eau!         Nous remarquons que nous n’avons pas pris les mesures de l’eau. Celle-ci et la fontaine ne faisaient pourtant qu’un. Le mouvement échappe à la mesure, il se fraie un chemin à travers le vide sans laisser de trace. Ne serait-il pas tout de même possible de capturer ce mouvement, matérialiser son passage?

    Nous esquissons une ébauche de concept et imaginons deux pièces de plâtre. Un pour le vide de la structure, l’autre pour le vide laissé par la passage de l’eau.

    Nous en parlons avec Mattia le mardi matin. Il approuve la direction que nous nous apprêtons à emprunter. Il nous réoriente cependant sur un point; nous devrions plutôt présenter un unique élément et non deux. Après réflexion, il s’est avéré que cette idée nous permettra d’approfondir notre concept. 

    Dans les jours qui suivent, nous décidons de considérer le vide – de notre section – du sol en pente au bord des plaques de béton constituant la fontaine. Nous pensons intéressant de couper la partie supérieure de cette pièce. Ceci nous permet d’expliciter le vide laissé par la structure, ainsi que  de rendre compte de l’inclinaison des deux éléments de béton. Nous nous voyons obligés de créer cette pièce en deux fois, le moule aurait été trop complexe à réaliser. Cette contrainte a tout de même permis la mise en valeur de la pièce supérieure et de sa complexité. Cette pièce exprime la pente, la largeur, l’épaisseur et la manière dont les plaques de béton sont tenues. Tout ceci fidèle à nos mesures. 

    Au sommet, nous tenterons de représenter la trace du passage de l’eau le long de son lit de béton. Ce choix nous a fait transpirer. Nous décidons d’utiliser la propriété visqueuse du plâtre afin de laisser une empreinte sur une reproduction miniature de la surface des dalles. Cette méthode empirique devrait nous permettre de simuler le passage de l’eau. De la même manière qu’en physique, il est de plus en plus courant de faire recours à des simulations afin d’obtenir des mesures, la quantité de facteurs à prendre en compte étant gigantesque. De ce fait nous devrions rendre compte de l’emprise qu’a l’eau sur la fontaine.




    Image Sun Nov 03 2019 17:23:26 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)





    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _108         MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _109




    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _110



    Nous avons donc créé 3 moules; un pour l’eau et deux pour la fontaine. Nous arrivons à couler ces deux derniers le vendredi et nous entamons les premiers tests du moulage de l’eau. Les résultats sont loin d'être satisfaisants... Nous réessayerons la semaine suivante.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _111




    WEEK 3

    Dernière semaine avant le rendu final de la phase MEASURES. La semaine débute sur une présentation du projet de chaque binôme. Chacun s’est approprié les consignes, résultant en une variété de pièces de plâtre trouées et coupées. Mattia et Benoît exposent leurs premiers ressentis face à nos débuts de projet. Nous réalisons la difficulté d'expliciter concept. 

    Mattia demande un nouveau dessin : une axonométrie éclatée du moule – des moules dans notre cas – montrant la stratégie de démontage de ce dernierNous nous répartissons alors les tâches, Arthur s’occupera des changements qui doivent être faits sur la maquette et Maël dessinera les deux moule que nous décidons de superposer. Le dessin de moule de la partie supérieure du vide étant plus complexe, nous estimons qu'il devrait prendre plus d’importance par rapport à le représentation du moule inférieur. Les traits seront donc plus prononcés.




    Image Sun Nov 03 2019 18:06:25 GMT+0100 (heure normale d’Europe centrale)



    Les tests du moulage de la trace de l’eau se poursuivent, un deuxième, troisième,... sixième essai. Nous observons une amélioration et nous trouvons un moyen d’obtenir un résultat intéressant. Superposer des couches de plâtre en faisant varier leur texture paraît être la meilleure méthode.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _112



    Après quelques essais supplémentaires, nous démoulons une pièce exprimant la trace recherchée. Avec soin, nous coupons la pièce au format de notre section. Malgré quelques imprévus nous parvenons à suspendre, au moyen de fils de coton, la trace de l’eau effleurant le vide des dalles.

    Afin de reprendre la pente du terrain ainsi que de suspendre l’eau, nous choisissons une structure en baguettes de bois. Celle-ci, fine et minimaliste, devrait répondre à ces exigences.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _113     MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _114



    Le résultat correspond à nos attentes, l’assemblage minutieux laisse apparaitre un objet à l’apparence légère, matérialisant le mouvement de l’eau.



    MEASURES_MP_prodhomarthur-zahafmael _115





  • Docta Manus

    Par Prod'Hom Arthur, Zahaf Maël, 06/10/19



    Image Mon Oct 14 2019 12:27:10 GMT+0200 (CEST)



    Toucher, apprendre et comprendre. Toucher pour apprendre puis comprendre. Les premières semaines, seront pour nous la base structurelle de notre année. Le fondement de notre formation. Docta Manus, c’est la main savante. La main qui a appris, a expérimenté. Ressentir tous les éléments; du point sur le papier à la texture du plâtre. Éduquer sa main afin qu'elle devienne notre outil créatif le plus important.




    WEEK 1

    On construit les groupes. Arthur et Maël. Le mardi matin, on attend les consignes, entassés dans la House of Commons.
    Ça y est, notre premier projet nous est évoqué. Nous avons alors une semaine pour réaliser une structure de bois, représentant un des fragments du sol du Panthéon de Rome. Échelle 1:1 pour la hauteur, 1:3 pour le plan. Le sol du Panthéon épouse une certaine courbure. En réduisant l’échelle du plan, on cherche à accentuer celle-ci. Cela nous permettra même de les exposer dans le hall du Bâtiment SG, antre de l’architecture dans l’école. On commence alors par dessiner des croquis, puis on colle les baguettes, on fait naître notre structure. 

    Après une semaine et quelques erreurs commises, notre maquette prend forme. 


    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _119




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _112




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _110




    WEEK 2

    Rendez-vous en SG1, lundi matin, pour une présentation sur le dessin, géométrie de Monge et axonométrie.

    La consigne nous implique de dessiner notre structure. Un plan, quatre élévations, et une axonométrie. La semaine sera chargée. En début d’après-midi, chaque binôme dépose sa structure dans le hall. Le sol est changé, chaque couple a déposé sa pierre à l’édifice. Les maquettes s’assemblent et prennent l’espace.

    Cependant, il manque des pièces. Nous avons donc une semaine pour créer les éléments manquant. Cette fois-ci par couple de binômes. 


    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _114




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _113




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _120 




    WEEK 3

    Nous commençons la semaine avec une présentation abordant la philosophie en architecture dans la House of Commons. La matinée se poursuit dans l’amphithéâtre, pour un approfondissement de l’axonométrie ainsi que des explications sur la fabrication des maquettes en plâtre.

    Nous devrons donc, pour le lundi suivant, créer notre fragment de sol en plâtre à l’échelle 1:33 de la maquette précédente. Nous devons pour ceci, concevoir les croquis du moule en carton. Ainsi que de nouveaux dessins en plan, élévations et axonométrie. 

    À trois heures, nous retrouvons tout le monde dans le hall pour reposer nos structures. Leur nombre est cette fois ci entier. Après quelques minutes, un volume se forme, épousant une courbure régulière. Le résultat est net et limpide, résultant des heures de travail de chacun.


    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _124


    Mattia Pretolani nous conseille d'attaquer les dessins avant de nous pencher sur les moules en carton, ceci pour mieux comprendre les détails constructifs.

    Nous ne touchons donc aucun carton avant mercredi soir, où nous attaquons les découpes des éléments du moule. Jeudi matin, le montage de celui-ci est terminé. Il nous reste à appliquer le « shellac ». C’est une laque, qui permet d'étanchéiser le carton et donc éviter qu'il absorbe l'humidité du plâtre. 

    Le samedi, une fois le plâtre nécessaire en notre possession et le shellac sec, nous pouvons couler notre élément.

    Trouver la bonne texture, savoir quand verser dans le moule... Couler du plâtre s’avère complexe. Nous attendons ensuite trois quarts d’heure afin que celui-ci sèche. On le démoule avec soin, le résultat est satisfaisant.


    CRAFTS_MP_prodhomarthur _205CRAFTS_MP_prodhomarthur _206




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _117



     

    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _115




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _122




    CRAFTS_MP_prodhomarthur-zahafmael _123




    WEEK 4

    10h15, lundi matin. En SG, tout le monde se retrouve pour une présentation sur la perspective.
    À 14h, rendez-vous dans la House of Commons pour poser tous les éléments en plâtre. Notre sol se présente alors, comme un immense damier blanc, se dessinant constitué alternativement de vide et de matière.



    Sur cette quatrième semaine, nous devons dessiner nos deux premières perspectives, couler notre même maquette en plâtre à l’aide d’un moule vertical et couler un autre élément par groupe de quatre.
    Nous arrivons à finir nos moules mardi. Arthur eut l’idée de placer des contreforts qui resserrent la structure. Des sortes d’anneaux. Ceux-ci donnent à nos moules une allure de bâtiment. Cela semble très solide.


    Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




    Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Les perspectives avancent à bon rythme, bien qu’elles nous donnent du fil à retordre. Le travail de visualisation est en effet inhabituel.

    Nous décidons le jeudi soir de couler notre élément avec le moule vertical. Nous prenons un plâtre différent de la semaine précédente. Le résultat est... raté, mais surprenant ! Les proportions du mélange eau/plâtre devaient être fausses. Le plâtre est beaucoup trop épais...


    Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)


    Nous réussissons avec Loriana et Virginie, à couler trois maquettes le vendredi. La leurre, la commune et la notre.
    Pour la coule de l’élément commun, nous avons manqué de plâtre à plusieurs reprises.
    Notre élément sort alors stratifié, par les différents mélanges de plâtre.


    Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




    Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)          Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)




    Image Mon Oct 14 2019 07:51:59 GMT+0200 (heure d’été d’Europe centrale)